Verlaine

Bonheur, 1891



Bon pauvre, ton vêtement est léger
          Comme une brume,
Oui, mais aussi ton cœur, il est léger
          Comme une plume,
Ton libre cœur qui n’a qu’à plaire à Dieu,
          Ton cœur bien quitte
De toute dette humaine, en quelque lieu
          Que l’homme habite,
Ta part de plaisir et d’aise paraît
          Peu suffisante.
Ta conscience, en revanche, apparaît
          Satisfaisante,
Ta conscience que, précisément,
          Tes malheurs mêmes
Ont dégagée, en ce juste moment,
          Des soins suprêmes.
Ton boire et ton manger sont, je le crains,
          Tristes et mornes ;
Seulement ton corps faible a, dans ses reins
          Sans fin ni bornes,
Des forces d’abstinence et de refus
          Très glorieuses,
Et des ailes vers les cieux entrevus
          Impérieuses.
Ta tête, franche de mets et de vin,
          Toute pensée,
Tout intellect, conforme au plan divin,
          Haut redressée,
Ta tête est prête à tout enseignement
          De la parole
Et, de l’exemple de Jésus clément
          Et bénévole,
Et de Jésus terrible, prêt au pleur
          Qu’il faut qu’on verse,
À l’affront vil qui poigne, à la douleur
          Lente qui perce.
Le monde pour toi seul, le monde affreux
          Devient possible,
T’environnant, toi qu’il croit malheureux,
          D’oubli paisible,
Même t’ayant d’étonnantes douceurs
          Et ces caresses !
Les femmes qui sont parfois d’âpres sœurs,
          D’aigres maîtresses,
Et de douloureux compagnons toujours
          Ou toujours presque,
Te jaugeant malfringant, aux gestes lourds,
          Un peu grotesque,
Tout à fait incapable de n’aimer
          Qu’à les voir belles,
Qu’à les trouver bonnes et de n’aimer
          Qu’elles en elles,
Et le pesant si léger que ce n’est
          Rien de le dire,
Te dispenseront, tous comptes au net,
          De leur sourire.
Et te voilà libre, à dîner, en roi,
          Seul à ta table,
Sans nul flatteur, quel fléau pour un roi,
          Plus détestable ?
L’assassin, l’escroc et l’humble voleur
          Qui n’y voient guère
De nuance, t’épargnent comme leur
          Plus jeune frère,
Des vertus surérogatoires, la
          Prudence humaine,
(L’autre, la cardinale, ah ! celle-là
          Que Dieu t’y mène !)
L’amabilité, l’affabilité
          Quasi célestes,
Sans rien d’affecté, sans rien d’apprêté,
          Franches modestes,
Nimbent le destin, que Dieu te voulut
          Tendre et sévère.
Dans l’intérêt surtout de ton salut,
          À bien parfaire
Et pour ange contre le lourd méchant
          Toujours stupide
La clairvoyance te guide en marchant,
          Fine et rapide,
La clairvoyance, qui n’est pas du tout,
          La Méfiance
Et qui plutôt serait pour sommer tout,
          La Prévoyance,
Élicitant les gens de prime-saut
          Sous les grimaces
Faisant sortir la sottise du sot,
          Trouvant des traces,
Et médusant la curiosité
          De l’hypocrite
Par un regard entre les yeux planté
          Qui brûle vite...
Et s’il ose rester des ennemis
          À ta misère,
Pardonne-leur, ainsi que l’a promis
          Ton Notre-Père...
Afin que Dieu te pardonne aussi, Lui,
          Prends cette avance.
Car, dans le mal fait au prochain, c’est Lui
          Seul qu’on offense.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : Εspоir timidе

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Соppéе : «Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...»

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De СΟUGΑRΕ- sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе