Verlaine

Bonheur, 1891



Bon pauvre, ton vêtement est léger
          Comme une brume,
Oui, mais aussi ton cœur, il est léger
          Comme une plume,
Ton libre cœur qui n’a qu’à plaire à Dieu,
          Ton cœur bien quitte
De toute dette humaine, en quelque lieu
          Que l’homme habite,
Ta part de plaisir et d’aise paraît
          Peu suffisante.
Ta conscience, en revanche, apparaît
          Satisfaisante,
Ta conscience que, précisément,
          Tes malheurs mêmes
Ont dégagée, en ce juste moment,
          Des soins suprêmes.
Ton boire et ton manger sont, je le crains,
          Tristes et mornes ;
Seulement ton corps faible a, dans ses reins
          Sans fin ni bornes,
Des forces d’abstinence et de refus
          Très glorieuses,
Et des ailes vers les cieux entrevus
          Impérieuses.
Ta tête, franche de mets et de vin,
          Toute pensée,
Tout intellect, conforme au plan divin,
          Haut redressée,
Ta tête est prête à tout enseignement
          De la parole
Et, de l’exemple de Jésus clément
          Et bénévole,
Et de Jésus terrible, prêt au pleur
          Qu’il faut qu’on verse,
À l’affront vil qui poigne, à la douleur
          Lente qui perce.
Le monde pour toi seul, le monde affreux
          Devient possible,
T’environnant, toi qu’il croit malheureux,
          D’oubli paisible,
Même t’ayant d’étonnantes douceurs
          Et ces caresses !
Les femmes qui sont parfois d’âpres sœurs,
          D’aigres maîtresses,
Et de douloureux compagnons toujours
          Ou toujours presque,
Te jaugeant malfringant, aux gestes lourds,
          Un peu grotesque,
Tout à fait incapable de n’aimer
          Qu’à les voir belles,
Qu’à les trouver bonnes et de n’aimer
          Qu’elles en elles,
Et le pesant si léger que ce n’est
          Rien de le dire,
Te dispenseront, tous comptes au net,
          De leur sourire.
Et te voilà libre, à dîner, en roi,
          Seul à ta table,
Sans nul flatteur, quel fléau pour un roi,
          Plus détestable ?
L’assassin, l’escroc et l’humble voleur
          Qui n’y voient guère
De nuance, t’épargnent comme leur
          Plus jeune frère,
Des vertus surérogatoires, la
          Prudence humaine,
(L’autre, la cardinale, ah ! celle-là
          Que Dieu t’y mène !)
L’amabilité, l’affabilité
          Quasi célestes,
Sans rien d’affecté, sans rien d’apprêté,
          Franches modestes,
Nimbent le destin, que Dieu te voulut
          Tendre et sévère.
Dans l’intérêt surtout de ton salut,
          À bien parfaire
Et pour ange contre le lourd méchant
          Toujours stupide
La clairvoyance te guide en marchant,
          Fine et rapide,
La clairvoyance, qui n’est pas du tout,
          La Méfiance
Et qui plutôt serait pour sommer tout,
          La Prévoyance,
Élicitant les gens de prime-saut
          Sous les grimaces
Faisant sortir la sottise du sot,
          Trouvant des traces,
Et médusant la curiosité
          De l’hypocrite
Par un regard entre les yeux planté
          Qui brûle vite...
Et s’il ose rester des ennemis
          À ta misère,
Pardonne-leur, ainsi que l’a promis
          Ton Notre-Père...
Afin que Dieu te pardonne aussi, Lui,
          Prends cette avance.
Car, dans le mal fait au prochain, c’est Lui
          Seul qu’on offense.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Lеs Μаlсhаnсеuх

Νоuvеаu : Humilité

Τаvаn : Lаssitudе

Τаvаn : Sоir d’été

Lа Villе dе Μirmоnt : Ρrоmеnаdе

Βruаnt : Lézаrd

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Hugо : Εt nох fасtа еst

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Lаfоrguе : Ρiеrrоts : «Εllе disаit...»

Βаudеlаirе : Déјà !

Νоuvеаu : Lа Ρоudrе

Τаvаn : Lаssitudе

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Dеrèmе : «Νоus nоus tаisоns. Lе vеnt bаlаnсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаgnifiquеs mоndаins...» (Fаvrе)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lе mаtin, dès mоn œil оuvеrt...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх сhеvеuх d’аrgеnt mignоnnеmеnt rеtоrs !...» (Du Βеllау)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

De Ρiеrrоt sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Βеnеdеtti еt Sаundеr sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе