Verlaine


Contre la jalousie


 
 
 

I


 
              La jalousie est multiforme
              Dans sa monotone amertume :
              Elle est minime, elle est énorme,
              Elle est précoce, elle est posthume !
 
              Méfiez-vous quand elle dort :
              C’est le tigre et non plus le chat.
              Elle mord bien quand elle mord,
              C’est le chien enragé ! Crachat,
 
              Insulte, adultère à sa face
              L’affollent, et le sang ruisselle...
              Ou la laissent calme à sa place,
              Froide et coite comme pucelle,
 
              Elle prémédite des tours
              Pendables sous un air charmant
              Et les exécute toujours
              Affreusement, terriblement...
 
              Nous ne sommes plus à des âges
              Pour nous piquer de ces folies :
              Ah ! bien mieux nous vaut être sages,
              Ayant eu nos fureurs... jolies !
 
              Être jaloux, rien d’aussi sot
              Et j’efface à l’instant les vers
              D’un peu plus haut, vague tressaut
              D’encor ce pire des travers.
 
 
 

II


 
              D’ailleurs, la jalousie est bête.
              D’abord, elle ne sert de rien
              Malgré tout son martel en tête.
              Puis elle n’est pas d’un chrétien,
    Jésus qui pardonnez des milliards de fois
Par la bouche du prêtre et Votre grâce toujours prête,
Même, entre tous, à ceux qu’a damnés sa menteuse voix !
 
              C’est aussi le péché morose
              Portant en lui déjà l’Enfer
              Tant mérité sur toute chose !
              C’est Caïn et c’est Lucifer,
    L’un jaloux de son frère et l’autre de son Dieu
Et tous deux malheureux sans fin méditant sur la cause
Et sur l’effet, auteurs de leur éternité de feu !
 
              Ô rien ne vaut la confiance
              Entre deux cœurs pécheurs mais vrais
              L’un pour l’autre et qu’une nuance
              Divisait aux temps jeunes, mais
    Qui ne peuvent avoir qu’un bonheur mutuel
Et que la seule mort diviserait et que fiance
À la joie éternelle un franc accord perpétuel.
 
 
 

III


 
              Bah ! confiance ou jalousie !
              Mots oiseux et choses impies.
              « Je te soupçonne, tu m’épies. »
              « Tu me cramponnes, je te scie. »
 
              Ô toi, Catulle, et vous, Lesbies !
              « Tu m’as élu, je t’ai choisie. »
              Comme eux suivons la fantaisie,
              Et non pas trente-six lubies.
 
              Tu m’es clément et je crois t’être,
              En revanche, soumis et tendre :
              Lors il est aisé de s’entendre.
 
              Plus d’ « infidèle », plus de « traître »,
              Plus non plus de serment qui tienne
              Ou non ! mais ta joie et la mienne !
 
 
 

IV


 
    Et pourquoi cet amour dont plus d’un sot s’étonne,
    Qui ferait mieux de vivre avant de s’étonner,
    Serait-il à blâmer parce qu’il est l’automne,
    Un automne qui veut tout entier se donner,
 
    Tout entier, fruit et grain et le reste de vie
    Et la mort dans les bras et sous les yeux chéris,
    Et, depuis cette mort en extase ravie,
    Ou celle que Dieu m’enverra, pauvre ou sans prix,
 
    Revivre inaperçu dans la paix de la veuve,
    Paix bénie à travers de longs et nombreux jours ?
    Ah ! jeunes, puissiez-vous après vos temps d’épreuve
    Concevoir dans vos cœurs de pareilles amours.
 

Hôpital Broussais, 7 septembre 1893.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

Hеrvillу : Ρuérilités

☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Μоréаs : «Ô mеr immеnsе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе pоrtе аu grоs оrtеil un аnnеаu d’оr mаssif...»

Соppéе : «L’éсоlе. Dеs murs blаnсs, dеs grаdins nоirs, еt puis...»

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si nоtrе viе еst mоins qu’unе јоurnéе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе