Verlaine

Femmes, 1890


Filles


 
 

I


 
Bonne simple fille des rues
Combien te préférè-je aux grues
 
Qui nous encombrent le trottoir
De leur traîne, mon décrottoir,
 
Poseuses et bêtes poupées
Rien que de chiffons occupées
 
Ou de courses et de paris
Fléaux déchaînés sur Paris !
 
Toi, tu m’es un vrai camarade
Qui la nuit monterait en grade,
 
Et même dans les draps câlins
Garderait des airs masculins,
 
Amante à la bonne franquette,
L’amie à travers la coquette
 
Qu’il te faut bien être un petit
Pour agacer mon appétit.
 
Oui, tu possèdes des manières
Si farceusement garçonnières
 
Qu’on croit presque faire un péché
(Pardonné puisqu’il est caché).
 
Sinon que t’as les fesses blanches
De frais bras ronds et d’amples hanches
 
Et remplaces ce que n’as pas
Par tant d’orthodoxes appas.
 
T’es un copain tant t’es bonne âme,
Tant t’es toujours tout feu, tout flamme
 
S’il s’agit d’obliger les gens
Fût-ce avec tes pauvres argents
 
Jusqu’à doubler ta rude ouvrage,
Jusqu’à mettre du linge en gage !
 
Comme nous t’as eu des malheurs,
Et tes larmes valent nos pleurs
 
Et tes pleurs mêlés à nos larmes
Ont leurs salaces et leurs charmes,
 
Et de cette pitié que tu
Nous portes sort une vertu
 
T’es un frère qu’est une dame
Et qu’est pour le moment ma femme...
 
Bon ! Puis dormons jusqu’à potron-
Minette, en boule et ron, ron, ron !
 
Serre-toi, que je m’acoquine
Le ventre au bas de ton échine
 
Mes genoux emboîtant les tiens,
Tes pieds de gosse entre les miens.
 
Roule ton cul sous ta chemise
Mais laisse ma main que j’ai mise
 
Au chaud sous ton gentil tapis.
Là ! Nous voilà cois, bien tapis.
 
Ce n’est pas la paix, c’est la trêve.
Tu dors ? Oui. Pas de mauvais rêve.
 
Et je somnole en gais frissons,
Le nez pâmé sur tes frissons.
 
 
 

II


 
Et toi, tu me chausses aussi,
Malgré ta manière un peu rude
Qui n’est pas celle d’une prude
Mais d’un virago réussi.
 
Oui, tu me bottes, quoique tu
Gargarises dans ta voix d’homme
Toutes les gammes de rogomme,
Buveuse à coudes rabattus !
 
Ma femme ! Sacré nom de Dieu !
À nous faire perdre la tête
Nous foutre tout le reste en fête
Et, nom de Dieu, le sang en feu.
 
Ton corps dresse, sous le reps noir,
Sans qu’assurément tu nous triches
Une paire de nénais riches
Souples, durs, excitants, faut voir !
 
Et moule un ventre jusqu’au bas
Entre deux friands haut-de-cuisse,
Qui parle de sauce et d’épice
Pour quel poisson de quel repas !
 
Tes bas blancs — et je t’applaudis
De n’arlequiner point des formes —
Nous font ouvrir des yeux énormes
Sur des mollets que rebondis !
 
Ton visage de brune où les
Traces de robustes fatigues
Marquent clairement que tu brigues
Surtout le choc des mieux râblés,
 
Ton regard ficelle et gobeur
Qui sait se mouiller puis qui mouille,
Où toute la godaille grouille
Sans reproche, ô non ! mais sans peur,
 
Toute ta figure — des pieds
Cambrés vers toutes les étreintes
Aux traits crépis, aux mèches teintes,
Par nos longs baisers épiés —
 
Ravigote les roquentins
Et les ci-devant jeunes hommes
Que voilà bientôt que nous sommes,
Nous électrise en vieux pantins,
 
Fait de nous de vrais bacheliers
Empressés auprès de ta croupe
Humant la chair comme une soupe,
Prêts à râler sous tes souliers !
 
Tu nous mets bientôt à quia,
Mais, patiente avec nos restes,
Les accommode, mots et gestes,
En ragoût où de tout y a.
 
Et puis, quoique mauvaise au fond,
Tu nous a de ces indulgences !
Toi, si teigne entre les engeances,
Tu fais tant que les choses vont.
 
Tu nous gobe (ou nous le dis)
Non de te satisfaire, ô goule !
Mais de nous tenir à la coule
D’au moins les trucs les plus gentils.
 
Ces devoirs nous les déchargeons,
Parce qu’au fond tu nous violes,
Quitte à te fiche de nos fioles
Avec de plus jeunes cochons.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur «Βаïf, qui, соmmе mоi, prоuvеs l’аdvеrsité...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе