Théophile de Viau



Approche, approche, ma driade !
Ici murmureront les eaux ;
Ici les amoureux oiseaux
Chanteront une sérénade ;
Les vents nous souffleront au sein,
Et afin qu’un chacun s’applique,
Je te mettrai mon vit en main,
Et tu me branleras la pique !
 
L’enfant dont avorta Semèle
Nous emplira le gobelet ;
Philis nous donnera du lait,
Et la plaintive Philomèle
Entonnera ses doux accords :
À l’air d’une chanson lyrique,
Je tirerai mon vit dehors,
Et tu me branleras la pique !
 
Ois le pinson et la linotte
À l’ombrage de ce laurier ;
Vois frémir leur petit gosier ;
Vois comme ils ont changé de note.
Tandis qu’ils font dormir les dieux
Au son de leur joyeux cantique,
J’éleverai mon vit aux cieux,
Et tu me branleras la pique !
 
Ici, Priape, à ta venue,
De ses trésors tous découverts
Te fera voir cent cons ouverts
Et cent vits à la tête nue.
Les plus beaux qu’homme jamais vit,
Et, pour sa dernière réplique,
Il te présentera mon vit,
Et tu me branleras la pique !
 
Avance cette main d’albâtre,
Fais semblant de me rebuter ;
J’essayerai de te lutter.
Ainsi savant à nous ébattre
Nous ferons envier les dieux,
Mais mon vit leur fera la nique :
Je le ferai cracher aux cieux,
Et tu me branleras la pique !
 
Que crains-tu plus, ma toute belle ?
Nous sommes seuls dans ces forêts,
Et seule de nos feux secrets
Phœbé sera la maquerelle.
Que si l’horreur d’un tel séjour
Te fait l’esprit mélancolique,
Mon vit mettra ses yeux au jour,
Et tu me branleras la pique !
 
Si nous changeons cette demeure
Aux prisons noires du trépas,
Ma belle, ne t’en fâche pas,
Pourvu que notre amour ne meure,
Car dans la glace de ces bords
Aussi chaud que sablons d’Afrique,
J’arresserai devant les morts,
Et tu me branleras la pique !
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Сhristiаn Lаbаllеrу sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сri du сœur (Rоllinаt)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе