Théophile de Viau


Désespoirs amoureux.


 

Stances


Éloigné de vos yeux où j’ai laissé mon âme,
Je n’ai de sentiment que celui du malheur,
Et sans un peu d’espoir, qui luit parmi ma flamme,
Mon trépas eût été ma dernière douleur.
 
Plût au Ciel qu’aujourd’hui la terre eût quitté l’onde,
Que les rais du soleil fussent absents des cieux,
Que tous les éléments eussent quitté le monde,
Et que je n’eusse pas abandonné vos yeux !
 
Un arbre que le vent emporte à ses racines,
Une ville qui voit démolir son rempart,
Le faîte d’une tour qui tombe en ses ruines,
N’ont rien de comparable à ce sanglant départ.
 
Depuis, votre Damon ne sert plus que de nombre,
Mes sens de ma douleur s’en vont déjà ravis ;
Je ne suis plus vivant, et passerais pour ombre
Sinon que mes soupirs découvrent que je vis.
 
Mon âme est dans les fers, mon sang est dans la flamme,
Jamais malheur ne fut à mon malheur égal ;
J’ai des vautours au sein, j’ai des serpents dans l’âme,
Et vos traits qui me font encore plus de mal.
 
Errant depuis deux mois de province en province,
Je traîne avecque moi la fortune et l’amour ;
L’une oblige mes pas à courtiser mon Prince,
L’autre oblige mes sens à vous faire la cour.
 
Des plus rares beautés en ce fâcheux voyage,
Où jadis pour aimer les dieux fussent allés,
M’ont assez prodigué les traits de leur visage ;
Mais ce n’était qu’horreur à mes yeux désolés.
 
Partout où loin de toi la Fortune me traîne,
Je jure par tes yeux que tout mon entretien
N’est que d’entretenir ma vagabonde peine,
Et qu’il me souvient moins de mon nom que du tien.
 
En ma condition d’où mille soins ne partent,
L’entendement me laisse et tout conseil me fuit ;
Tous autres pensements de mon âme s’écartent,
Au souvenir du tien qui sans cesse me suit.
 
Que ta fidélité se forme à mon exemple !
Fuis comme moi la presse, hais comme moi la Cour ;
Ne fréquente jamais bal, promenoir, ni temple,
Et que nos déités ne soient rien que l’Amour.
 
Tout seul dedans ma chambre où j’ai fait ton église,
Ton image est mon Dieu, mes passions, ma foi ;
Si pour me divertir Amour veut que je lise,
Ce sont vers que lui-même a composés pour moi.
 
Dans le trouble importun des soucis de la guerre
Chacun me voit chagrin: car il semble, à me voir,
Que je fais des projets pour conquérir la terre,
Et mes hauts desseins ne sont que de t’avoir.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе