Théophile de Viau


[1623]
Élégie


 
Cloris, lorsque je songe, en te voyant si belle,
Que ta vie est sujette à la loi naturelle,
Et qu’à la fin les traits d’un visage si beau,
Avec tout leur éclat iront dans le tombeau,
Sans espoir que la mort nous laisse en la pensée
Aucun ressentiment de l’amitié passée,
Je suis tout rebuté de l’aise et du souci
Que nous fait le destin qui nous gouverne ici,
Et, tombant tout à coup dans la mélancolie,
Je commence à blâmer un peu notre folie,
Et fais vœu de bon cœur de m’arracher un jour
La chère rêverie où m’occupe l’Amour.
Aussi bien faudra-t-il qu’une vieillesse infâme
Nous gèle dans le sang les mouvements de l’âme,
Et que l’âge en suivant ses révolutions
Nous ôte la lumière avec les passions :
Ainsi je me résous de songer à ma vie
Tandis que la raison m’en fait venir l’envie ;
Je veux prendre un objet où mon libre désir
Discerne la douleur d’avecque le plaisir,
Où mes sens tout entiers sans fraude et sans contrainte
Ne s’embarrassent plus ni d’espoir ni de crainte,
Et de sa vaine erreur mon cœur désabusant,
Je goûterai le bien que je verrai présent,
Je prendrai les douceurs à quoi je suis sensible
Le plus abondamment qu’il me sera possible.
Dieu nous a tant donné de divertissements,
Nos sens trouvent en eux tant de ravissements,
Que c’est une fureur de chercher, qu’en nous-même,
Quelqu’un que nous aimions et quelqu’un qui nous aime.
Le cœur le mieux donné tient toujours à demi,
Chacun s’aime un peu mieux toujours que son ami ;
On les suit rarement dedans la sépulture,
Le droit de l’amitié cède aux lois de nature.
Pour moi si je voyais en l’humeur où je suis
Ton âme s’envoler aux éternelles nuits,
Quoi que puisse envers moi l’usage de tes charmes,
Je m’en consolerais avec un peu de larmes.
N’attends pas que l’Amour aveugle aille suivant
Dans l’horreur de la nuit des ombres et du vent.
Ceux qui jurent d’avoir l’âme encore assez forte
Pour vivre dans les yeux d’une maîtresse morte,
N’ont pas pris le loisir de voir tous les efforts
Que fait la mort hideuse à consumer un corps,
Quand les sens pervertis sortent de leur usage,
Qu’une laideur visible efface le visage,
Que l’esprit défaillant et les membres perclus,
En se disant adieu, ne se connaissent plus,
Que dedans un moment, après la vie éteinte,
La face sur son cuir n’est pas seulement peinte,
Et que l’infirmité de la puante chair
Nous fait ouvrir la terre afin de la cacher.
Il faut être animé d’une fureur bien vive,
Ayant considéré comme la mort arrive,
Et comme tout l’objet de notre amour périt,
Si par un tel remède une âme ne guérit.
Cloris, tu vois qu’un jour il faudra qu’il advienne
Que le destin ravisse et ta vie et la mienne ;
Mais sans te voir le corps ni l’esprit dépéri,
Le Ciel en soit loué, Cloris, je suis guéri,
Mon âme en me dictant les vers que je t’envoie,
Me vient de plus en plus ressusciter la joie,
Je sens que mon esprit reprend sa liberté,
Que mes yeux dévoilés connaissent la clarté,
Que l’objet d’un beau jour, d’un pré, d’une fontaine,
De voir comme Garonne en l’Océan se traîne,
De prendre dans mon île en ses longs promenoirs
La paisible fraîcheur de ses ombrages noirs,
Me plaît mieux aujourd’hui que le charme inutile
Des attraits dont l’Amour te fait voir si fertile.
Languir incessamment après une beauté,
Et ne se rebuter d’aucune cruauté,
Gagner au prix du sang une faible espérance
D’un plaisir passager qui n’est qu’en apparence,
Se rendre l’esprit mol, le courage abattu,
Ne mettre en aucun prix l’honneur ni la vertu,
Pour conserver son mal mettre tout en usage,
Se peindre incessamment et l’âme et le visage,
Cela tient d’un esprit où le Ciel n’a point mis
Ce que son influence inspire à ses amis.
Pour moi que la raison éclaire en quelque sorte,
Je ne saurais porter une fureur si forte,
Et déjà tu peux voir au train de cet écrit,
Comme la guérison avance en mon esprit ;
Car insensiblement ma Muse un peu légère
A passé dessus toi sa plume passagère,
Et, détournant mon cœur de son premier objet,
Dès le commencement j’ai changé de sujet,
Emporté du plaisir de voir ma veine aisée
Sûrement aborder ma flamme rapaisée
Et jouer à son gré sur les propos d’aimer,
Sans avoir aujourd’hui pour but que de rimer,
Et sans te demander que ton bel œil éclaire
Ces vers où je n’ai pris aucun soin de te plaire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе