Théophile de Viau



À Cloris
Stances


S’il est vrai, Cloris, que tu m’aimes,
Mais j’entends que tu m’aimes bien,
Je ne crois point que les Rois mêmes
Ayent un heur comme le mien :
Que la mort serait importune
De venir changer ma fortune
À la félicité des Dieux !
Tout ce qu’on dit de l’ambroisie
Ne touche point ma fantaisie
Au prix des grâces de tes yeux.
 
Sur mon âme il m’est impossible
De passer un jour sans te voir,
Qu’avec un tourment plus sensible
Qu’un damné n’en saurait avoir.
Le sort qui menaça ma vie,
Quand les cruautés de l’envie
Me firent éloigner du Roi,
M’exposant à tes yeux en proie,
Me donna beaucoup plus de joie
Qu’il ne m’avait donné d’effroi.
 
Que je me plus dans ma misère,
Que j’aimai mon bannissement !
Mes ennemis ne valent guère
De me traiter si doucement.
Cloris, prions que leur malice
Fasse bien durer mon supplice ;
Je ne veux point partir d’ici,
Quoi que mon innocence endure,
Pourvu que ton amour me dure,
Que mon exil me dure aussi.
 
Je jure l’Amour et sa flamme,
Que les doux regards de Cloris
Me font déjà trembler dans l’âme,
Quand on me parle de Paris :
Insensé je commence à craindre
Que mon Prince me va contraindre
À souffrir que je sois remis ;
Vous qui le mîtes en colère,
Si vous l’empêchez de le faire
Vous n’êtes plus mes ennemis.
 
Toi qui si vivement pourchasses
Les remèdes de mon retour,
Prends bien garde quoi que tu fasses
De ne point fâcher mon amour.
Arrête un peu, rien ne me presse,
Ton soin vaut moins que ta paresse,
Me bien servir, c’est m’affliger :
Je ne crains que ta diligence,
Et prépare de la vengeance
À qui tâche de m’obliger.
 
Il te semble que c’est un songe
D’entendre que je m’aime ici,
Et que le chagrin qui me ronge
Vienne d’un amoureux souci :
Tu penses que je ne respire
Que de savoir où va l’Empire,
Que devient ce peuple mutin ;
Et quand Rome se doit résoudre
À faire partir une foudre
Qui consomme le Palatin.
 
Toutes ces guerres insensées,
Je les trouve fort à propos ;
Ce ne sont point là les pensées
Qui s’opposent à mon repos,
Quelques maux qu’apportent les armes,
Un amant verse peu de larmes
Pour fléchir le courroux divin ;
Pourvu que Cloris m’accompagne,
Il me chaut peu que l’Allemagne
Se noie de sang ou de vin.
 
Et combien qu’un appas funeste
Me traîne aux pompes de la Cour,
Et que tu sais bien qu’il me reste
Un soin d’y retourner un jour :
Quoique la fortune apaisée
Se rendît à mes vœux aisée,
Aujourd’hui je ne pense pas,
Soit-il le Roi qui me rappelle,
Que je puisse m’éloigner d’elle,
Sans trouver la mort sur mes pas.
 
Mon esprit est forcé de suivre
L’aimant de son divin pouvoir,
Et tout ce que j’appelle vivre,
C’est de lui parler, et la voir.
Quand Cloris me fait bon visage,
Les tempêtes sont sans nuage,
L’air le plus orageux est beau ;
Je ris quand le tonnerre gronde,
Et ne crois point que tout le monde
Soit capable de mon tombeau.
 
La félicité la plus rare
Qui flatte mon affection,
C’est que Cloris n’est point avare
De caresse et de passion.
Le bonheur nous tourne en coutume,
Nos plaisirs sont sans amertume,
Nous n’avons ni courroux ni fard ;
Nos trames sont toutes de soie,
Et la Parque après tant de joie
Ne les peut achever que tard.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gérаldу : Duаlismе

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Αrаmis sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаuvrе gаrçоn (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur «Gеntil Quimpеr, lе nid dе mоn еnfаnсе...» (Jасоb)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе