Villiers de L’Isle-Adam


À mon ami Amédée Le Menant


 
 

I


 
Au moment de quitter son enfance fanée,
Quand l’homme voit, soudain, la terre moins ornée,
            Le ciel plus inconnu ;
Pour la première fois se penchant sur lui-même,
Il se pose en rêvant la question suprême :
            « Pourquoi suis-je venu ? »
 
 
 

II


 
Ah ! pauvre matelot ! Loin des bords de la vie
Tu t’arrêtes, cherchant quelle route a suivie
            Ta barque au sillon bleu.
Mais le flot sourd l’entraîne, et sans cesse l’égare,
Dans la brume des mers, le Destin, sombre phare,
            Soulève un doigt de feu.
 
 
 

III


 
Derrière lui, bien loin, presque sur les rivages,
Déjà le rameur voit voltiger des images
            Aux fronts purs et voilés :
Une mère, une sœur, même la fiancée...
Parfois il se souvient qu’une terre glacée
            Clôt leurs yeux étoilés.
 
 
 

IV


 
Et ce sont les adieux d’autrefois : les mains blanches,
Qui lui serraient la main ; les baisers sous les branches,
            Et les jeunes amours...
Mais, pour voguer plus seul vers de plus vastes plages,
En détournant la tête il déchire ces pages
            Du livre de ses jours.
 
 
 

V


 
Alors, c’est la tempête aux souvenirs funèbres.
Le malheur, près de lui nageant dans les ténèbres,
            Le suit comme un ami ;
Et, fermant ses yeux las, si le marin sommeille,
Le malheur vient s’assoir au gouvernail, et veille
            Sur son homme endormi.
 
 
 

VI


 
Il nous faut bien lutter contre l’homme et l’espace !
Car perdus tous, parmi la tourmente qui passe
            En courant dans les cieux.
Pour supporter le poids des communes misères,
Au lieu de s’entraider, tous les humains, ces frères,
            Se haïssent entre eux.
 
 
 

VII


 
Les uns, insouciants, dans leurs manteaux se couchent
Et s’en vont. Il en est dont les barques se touchent...
            À deux on est plus fort ;
Et, cherchant dans l’amour un refuge suprême,
Seuls ils voguent en paix sans effroi ni blasphème,
            Vers l’insondable port.
 
 
 

VIII


 
Mais celui qui regarde, intrépide et tranquille,
Les hommes et les flots, à qui la mer stérile
            Toujours offre un écueil,
Il s’y dresse en silence et lutte solitaire.
Toute voile pour lui n’est au fond qu’un suaire,
            Tout esquif qu’un cercueil.
 
 
 

IX


 
L’ancre qu’il veut jeter, la foudre la dénoue ;
Enfin, pâle, il saisit son cœur et le secoue...
            Et toute illusion,
Espérance, amitié, charité, foi sublime,
Tombent autour de lui. — Naître, serait-ce crime
            Ou malédiction ? —
 
 
 

X


 
Seul alors, le vieillard abandonnant la voile,
Livre aux flots de l’oubli, cette mer sans étoile,
            Sa nef aux mâts brisés...
Jusqu’à l’heure où, laissant tomber au fond de l’urne
Un sablier de plus, le Destin taciturne
            Dans l’ombre dit : « Assez. »
 
 
 

XI


 
L’onde parle tout bas aux rives qu’elle effleure,
Et l’on entend toujours, sur l’Océan qui pleure,
            Le vent sombre qui fuit ;
Et chaque aurore vient éclairer, ô mystère !
Les chants insoucieux des enfants de la Terre
            Qui partent pour la Nuit !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе