Villon

Le Testament, 1461



 
146
 
« À vous parle, compains de galles,
Mal des âmes et bien du corps,
Gardez-vous bien de ce mau hâle
Qui noircit les gens quand sont morts ;
Esquivez-le, c’est un mal mors ;
Passez-vous au mieux que pourrez ;
Et, pour Dieu, soyez tous records :
Une fois viendra que mourrez. »
 
147
 
Item, je donne aux Quinze-Vingts,
(Qu’autant vaudrait nommer Trois-Cents),
De Paris, non pas de Provins,
Car à eux tenu je me sens.
Ils auront, et je m’y consens,
Sans les étuis, mes grand lunettes,
Pour mettre à part, aux Innocents,
Les gens de bien des déshonnêtes.
 
148
 
Ici n’y a në ris në jeu !
Que leur vaut-il avoir chevances,
N’en grands lits de parement geu,
Engloutir vin en grosses panses,
Mener joië, fêtes et danses,
Et de ce prêt être à toute heure ?
Toutes faillent telles plaisances,
Et la coulpe si en demeure.
 
149
 
Quand je considère ces têtes
Entasséës en ces charniers,
Tous furent maîtres des requêtes,
Ou tous de la Chambre aux Deniers,
Ou tous furent porte-paniers ;
Autant puis l’un que l’autre dire,
Car d’évêques ou lanterniers
Je n’y connais rien à redire.
 
150
 
Et icelles qui s’inclinaient
Unes contre autres en leurs vies,
Desquelles les unes régnaient,
Des autres craintes et servies :
Là les vois toutes assouvies,
Ensemble en un tas pêle-mêle.
Seigneuriës leur sont ravies ;
Clerc në maître ne s’y appelle.
 
151
 
Or sont-ils morts, Dieu ait leurs âmes !
Quant est des corps, ils sont pourris.
Aiënt été seigneurs ou dames,
Souëf et tendrement nourris
De crême, fromentée ou riz,
Leurs os sont déclinés en poudre,
Auxquels ne chaut d’ébats në ris...
Plaise au doux Jésus les absoudre !
 
152
 
Aux trépassés je fais ce lais,
Et icelui je communique
À régents, cours, sièges, palais,
Haineurs d’avarice l’inique,
Lesquels pour la chose publique,
Se sèchent les os et les corps :
De Dieu et de saint Dominique
Soiënt absous quand seront morts !
 
154
 
Item, rien à Jacquet Cardon,
(Car je n’ai rien pour lui d’honnête,
Non pas que le jette à bandon),
Sinon cette bergeronnette ;
S’elle eût le chant Marïonnette
Fait pour Marïon la Peautarde,
Ou d’Ouvrez votre huis, Guillemette,
Elle allât bien à la moutarde :

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Сосhоnfuсius sur Sеt Οhаëdаt (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе