Villon

Le Testament, 1461



 
146
 
« À vous parle, compains de galles,
Mal des âmes et bien du corps,
Gardez-vous bien de ce mau hâle
Qui noircit les gens quand sont morts ;
Esquivez-le, c’est un mal mors ;
Passez-vous au mieux que pourrez ;
Et, pour Dieu, soyez tous records :
Une fois viendra que mourrez. »
 
147
 
Item, je donne aux Quinze-Vingts,
(Qu’autant vaudrait nommer Trois-Cents),
De Paris, non pas de Provins,
Car à eux tenu je me sens.
Ils auront, et je m’y consens,
Sans les étuis, mes grand lunettes,
Pour mettre à part, aux Innocents,
Les gens de bien des déshonnêtes.
 
148
 
Ici n’y a në ris në jeu !
Que leur vaut-il avoir chevances,
N’en grands lits de parement geu,
Engloutir vin en grosses panses,
Mener joië, fêtes et danses,
Et de ce prêt être à toute heure ?
Toutes faillent telles plaisances,
Et la coulpe si en demeure.
 
149
 
Quand je considère ces têtes
Entasséës en ces charniers,
Tous furent maîtres des requêtes,
Ou tous de la Chambre aux Deniers,
Ou tous furent porte-paniers ;
Autant puis l’un que l’autre dire,
Car d’évêques ou lanterniers
Je n’y connais rien à redire.
 
150
 
Et icelles qui s’inclinaient
Unes contre autres en leurs vies,
Desquelles les unes régnaient,
Des autres craintes et servies :
Là les vois toutes assouvies,
Ensemble en un tas pêle-mêle.
Seigneuriës leur sont ravies ;
Clerc në maître ne s’y appelle.
 
151
 
Or sont-ils morts, Dieu ait leurs âmes !
Quant est des corps, ils sont pourris.
Aiënt été seigneurs ou dames,
Souëf et tendrement nourris
De crême, fromentée ou riz,
Leurs os sont déclinés en poudre,
Auxquels ne chaut d’ébats në ris...
Plaise au doux Jésus les absoudre !
 
152
 
Aux trépassés je fais ce lais,
Et icelui je communique
À régents, cours, sièges, palais,
Haineurs d’avarice l’inique,
Lesquels pour la chose publique,
Se sèchent les os et les corps :
De Dieu et de saint Dominique
Soiënt absous quand seront morts !
 
154
 
Item, rien à Jacquet Cardon,
(Car je n’ai rien pour lui d’honnête,
Non pas que le jette à bandon),
Sinon cette bergeronnette ;
S’elle eût le chant Marïonnette
Fait pour Marïon la Peautarde,
Ou d’Ouvrez votre huis, Guillemette,
Elle allât bien à la moutarde :

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе