Villon

Le Testament, 1461



 
47
 
Cette leçon ici leur baille
La belle et bonne de jadis ;
Bien dit ou mal, vaille que vaille,
Enregistrer j’ai fait ces dits
Par mon clerc Fremin l’étourdis,
Aussi rassis que je pense être...
S’il me dément, je le maudis :
Selon le clerc est duit le maître.
 
48
 
Si aperçois le grand danger
Oúquel l’homme amoureux se boute...
Et qui me voudrait laidanger
De ce mot, en disant : « Écoute !
Së d’aimer t’étrange et reboute
Le barrat de celles nommées,
Tu fais une bien folle doute,
Car ce sont femmes diffamées.
 
49
 
« S’ils n’aiment fors que pour l’argent,
On ne les aime que pour l’heure,
Rondement aiment toute gent,
Et riënt lors quand bourse pleure ;
De celles-ci n’est qui ne queure.
Mais en femmes d’honneur et nom,
Franc homme, së Dieu me sequeure,
Se doit employer ; ailleurs, non. »
 
50
 
Je prends qu’aucun dië ceci,
Si ne me contente-il en rien.
En effet, il conclut ainsi,
Et je le cuide entendre bien,
Qu’on doit aimer en lieu de bien.
Assavoir mon, së ces fillettes
Qu’en paroles toute jour tien,
Ne furent-ils femmes honnêtes ?
 
51
 
Honnêtes ? Si furent vraiment,
Sans avoir reproches në blâmes,
S’il est vrai qu’au commencement,
Une chacune de ces femmes
Lors prirent, ains qu’eussent diffames,
L’une un clerc, un lai, l’autre un moine,
Pour éteindre d’amours les flammes
Plus chaudes que feu saint Antoine.
 
52
 
Or firent selon ce Décret
Leurs amis, et bien y apert ;
Ils aimaiënt en lieu secret.
Car autre d’eux n’y avait part.
Toutefois, celle amour se part :
Car celle qui n’en avait qu’un
De celui s’éloigne et départ,
Et aime mieux aimer chacun.
 
53
 
Qui les meut à ce ? J’imagine,
Sans l’amour des dames blâmer,
Que c’est nature féminine,
Qui tout uniement veut aimer.
Autre chose n’y sais rimer,
Fors qu’on dit à Reims et à Troys,
Voire à Lille ou à Saint-Omer,
Que six ouvriers font plus que trois.
 
54
 
Or ont ces fols amants le bond
Et les dames pris la volée ;
C’est le droit loyer qu’amants ont ;
Toute foi y est violée ;
Quelque doux baiser n’acollée.
« De chiens, d’oiseaux, d’armes, d’amours, »
C’est pure verté décelée,
« Pour une joië, cent doulours ».
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе