Villon

Le Testament, 1461



 
153
 
Item, donne à maître Lomer,
Comme extrait que je suis de fée,
Qu’il soit bien aimé (mais d’aimer
Fille en chef ou femme coiffée,
Jà n’en ait la tête échauffée)
Et qu’il ne lui coûte une noix,
Faire un soir cent fois la faffée,
En dépit d’Ogier le Danois.
 
155
 
Item, donne aux amants infirmes,
Sans le lais maître Alain Chartier,
À leurs chevets, de pleurs et larmes
Trétout fin plein un bénitier,
Et un petit brin d’églantier,
En tout temps vert, pour goupillon,
Pourvu qu’ils diront un psautier
Pour l’âme du pauvre Villon.
 
156
 
Item, à maître Jacques James
Qui se tuë d’amasser biens,
Donne fiancer tant de femmes
Qu’il voudra ; mais d’épouser ? riens.
Pour qui amasse-il ? Pour les siens ?
Il ne plaint fors que ses morceaux ;
Ce qui fut aux truiës, je tiens
Qu’il doit de droit être aux pourceaux.
 
157
 
Item, sera le Sénéchal,
Qui une fois paya mes dettes,
En récompense, maréchal
Pour ferrer oiës et canettes.
Je lui envoië ces sornettes
Pour soi désennuyer ; combien,
S’il veut, fasse-en des allumettes :
De bien chanter s’ennuie-on bien.
 
158
 
Item, au Chevalier du Guet
Je donne deux beaux petits pages,
Philibert et le gros Marquet,
Qui très bien servi, comme sages,
La plus grand partie de leurs âges,
Ont le prévôt des maréchaux.
Hélas, s’ils sont cassés de gages,
Aller leur faudra tous déchaux !
 
159
 
Item, à Chapelain je laisse
Ma chapelle à simple tonsure,
Chargéë d’une sèche messe
Où il ne faut pas grand lecture.
Résigné lui eusse ma cure,
Mais point ne veut de charge d’âmes :
De confesser, ce dit, n’a cure
Sinon chamberières et dames.
 
160
 
Pour ce que sait bien mon entente,
Jean de Calais, honorable homme,
Qui ne me vit des ans a trente
Et ne sait comment je me nomme.
De tout ce testament, en somme,
S’aucun y a difficulté,
Ôter jusqu’au rez d’une pomme
Je lui en donne faculté.
 
161
 
De le gloser et commenter,
De le définir et décrire,
Diminuer ou augmenter,
De le canceller et prescrire
De sa main, (et ne sût écrire),
Interpréter et donner sens
À son plaisir, meilleur ou pire,
À tout ceci je m’y consens.
 
162
 
Et s’aucun, dont n’ai connaissance,
Était allé de mort à vie,
Je veuil et lui donne puissance,
Afin que l’ordre soit suivie
Pour être mieux parassouvie,
Que cette aumône ailleurs transporte,
Car s’il l’appliquait par envie,
À son âme je m’en rapporte.
 
163
 
Item, j’ordonne à Sainte-Avoie,
Et non ailleurs, ma sépulture ;
Et, afin que chacun me voie,
Non pas en chair, mais en peinture,
Que l’on tire mon estature
D’encre, s’il ne coûtait trop cher.
De tombel ? Rien ; je n’en ai cure,
Car il grèverait le plancher.
 
164
 
Item, veuil qu’autour de ma fosse
Ce que s’ensuit, sans autre histoire,
Soit écrit en lettre assez grosse ;
Et, qui n’aurait point d’écritoire,
De charbon ou de pierre noire,
Sans en rien entamer le plâtre :
Au moins sera de moi mémoire,
Telle qu’elle est d’un bon folâtre :
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе