Villon

Le Testament, 1461



 
153
 
Item, donne à maître Lomer,
Comme extrait que je suis de fée,
Qu’il soit bien aimé (mais d’aimer
Fille en chef ou femme coiffée,
Jà n’en ait la tête échauffée)
Et qu’il ne lui coûte une noix,
Faire un soir cent fois la faffée,
En dépit d’Ogier le Danois.
 
155
 
Item, donne aux amants infirmes,
Sans le lais maître Alain Chartier,
À leurs chevets, de pleurs et larmes
Trétout fin plein un bénitier,
Et un petit brin d’églantier,
En tout temps vert, pour goupillon,
Pourvu qu’ils diront un psautier
Pour l’âme du pauvre Villon.
 
156
 
Item, à maître Jacques James
Qui se tuë d’amasser biens,
Donne fiancer tant de femmes
Qu’il voudra ; mais d’épouser ? riens.
Pour qui amasse-il ? Pour les siens ?
Il ne plaint fors que ses morceaux ;
Ce qui fut aux truiës, je tiens
Qu’il doit de droit être aux pourceaux.
 
157
 
Item, sera le Sénéchal,
Qui une fois paya mes dettes,
En récompense, maréchal
Pour ferrer oiës et canettes.
Je lui envoië ces sornettes
Pour soi désennuyer ; combien,
S’il veut, fasse-en des allumettes :
De bien chanter s’ennuie-on bien.
 
158
 
Item, au Chevalier du Guet
Je donne deux beaux petits pages,
Philibert et le gros Marquet,
Qui très bien servi, comme sages,
La plus grand partie de leurs âges,
Ont le prévôt des maréchaux.
Hélas, s’ils sont cassés de gages,
Aller leur faudra tous déchaux !
 
159
 
Item, à Chapelain je laisse
Ma chapelle à simple tonsure,
Chargéë d’une sèche messe
Où il ne faut pas grand lecture.
Résigné lui eusse ma cure,
Mais point ne veut de charge d’âmes :
De confesser, ce dit, n’a cure
Sinon chamberières et dames.
 
160
 
Pour ce que sait bien mon entente,
Jean de Calais, honorable homme,
Qui ne me vit des ans a trente
Et ne sait comment je me nomme.
De tout ce testament, en somme,
S’aucun y a difficulté,
Ôter jusqu’au rez d’une pomme
Je lui en donne faculté.
 
161
 
De le gloser et commenter,
De le définir et décrire,
Diminuer ou augmenter,
De le canceller et prescrire
De sa main, (et ne sût écrire),
Interpréter et donner sens
À son plaisir, meilleur ou pire,
À tout ceci je m’y consens.
 
162
 
Et s’aucun, dont n’ai connaissance,
Était allé de mort à vie,
Je veuil et lui donne puissance,
Afin que l’ordre soit suivie
Pour être mieux parassouvie,
Que cette aumône ailleurs transporte,
Car s’il l’appliquait par envie,
À son âme je m’en rapporte.
 
163
 
Item, j’ordonne à Sainte-Avoie,
Et non ailleurs, ma sépulture ;
Et, afin que chacun me voie,
Non pas en chair, mais en peinture,
Que l’on tire mon estature
D’encre, s’il ne coûtait trop cher.
De tombel ? Rien ; je n’en ai cure,
Car il grèverait le plancher.
 
164
 
Item, veuil qu’autour de ma fosse
Ce que s’ensuit, sans autre histoire,
Soit écrit en lettre assez grosse ;
Et, qui n’aurait point d’écritoire,
De charbon ou de pierre noire,
Sans en rien entamer le plâtre :
Au moins sera de moi mémoire,
Telle qu’elle est d’un bon folâtre :
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Сосhоnfuсius sur Sеt Οhаëdаt (Νоuvеаu)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе