Villon

Le Testament, 1461



 
166
 
Item, je veuil qu’on sonne à branle
Le gros beffroi, qui est de verre ;
Combien qu’il n’est cœur qui ne tremble,
Quand de sonner est à son erre.
Sauvé a mainte bonne terre,
Le temps passé, chacun le sait :
Fussent gens d’armes ou tonnerre,
Au son de lui, tout mal cessait.
 
167
 
Les sonneurs auront quatre miches,
Et si c’est peu, demi-douzaine ;
Autant n’en donnent les plus riches,
Mais ils seront de Saint-Étienne.
Volant est homme de grand peine,
L’un en sera. Quand j’y regarde,
Il en vivra une semaine.
Et l’autre ? Au fort, Jean de la Garde.
 
168
 
Pour tout ce fournir et parfaire,
J’ordonne mes exécuteurs,
Auxquels fait bon avoir affaire,
Et contentent bien leurs detteurs.
Ils ne sont pas mout grands venteurs
Et ont bien de quoi, Dieu mercis !
De ce fait seront directeurs...
Écris : je t’en nommerai six :
 
169
 
C’est maître Martin Bellefaye,
Lieutenant du cas criminel.
Qui sera l’autre ? J’y pensaie :
Ce sera sire Colombel.
S’il lui plaît et il lui est bel,
Il entreprendra cette charge.
Et l’autre ? Michel Jouvenel.
Ces trois seuls, et pour tout, j’en charge ;
 
170
 
Mais au cas qu’ils s’en excusassent,
En redoutant les premiers frais,
Ou totalement récusassent,
Ceux qui s’ensuivent ci-après
Instituë, gens de bien très,
Philippe Brunel, noble écuyer,
Et l’autre ? son voisin d’emprès,
Si est maître Jacques Raguier.
 
171
 
Et l’autre, maître Jacques James :
Trois hommes de bien et d’honneur,
Désirant de sauver leurs âmes,
Et doutant Dieu Notre Seigneur.
Plus tôt y mettraient du leur :
Que cette ordonnance ne baillent.
Point n’auront de contreroleur;
Mais à leur bon plaisir en taillent.
 
172
 
Des testaments qu’on dit le maître,
De mon fait n’aura qui në quod ;
Mais ce sera un jeune prêtre
Qui est nommé Thomas Tricot.
Volontiers busse à son écot
Et qu’il me coûtât ma cornette !
S’il sût jouer en un tripot,
Il eût de moi le Trou Perrette.
 
173
 
Quant au regard du luminaire,
Guillaume du Ru j’y commets.
Pour porter les coins du suaire,
Aux exécuteurs le remets.
Mais plus mal me font qu’oncques mais
Barbe, cheveux, pénil, sourcils.
Mal me presse ; temps désormais
Que crie à toutes gens, merci !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 24 avril 2014 à 11h27

Cérémonie pour Villon
-----------------------------

Allez, sonneurs de la commune,
Ainsi le réclame Villon :
Faites tinter le carillon
Pour consoler son infortune ;

Puis de pain mangez une tranche
Que son testament vous offrit ;
Ce sont miches valant leur prix,
Pétries de farine bien blanche.

Allez, lieutenants et gendarmes,
Faire justice aux créanciers,
Plus nombreux que vous ne pensiez
(Point n’est besoin qu’on s’en alarme).

Puis de vin buvez la carafe
Qu’il vous donne, en bon souvenir ;
Grand vin qui a de qui tenir,
Ainsi qu’il l’écrit et paraphe.

Allez, prêtres et dignitaires,
Dire pour lui une oraison ;
Et puis rentrez en vos maisons,
Villon dormira sous la terre.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе