Villon

Le Testament, 1461



 
55
 
Së celle que jadis servoie
De si bon cœur et loyaument,
Dont tant de maux et griefs j’avoie,
Et souffroye tant de tourment,
Së dit m’eût, au commencement,
Sa volonté (mais nenni, las !),
J’eusse mis peine aucunement
De moi retraire de ses lacs.
 
56
 
Quoi que je lui vousisse dire,
Elle était prête d’écouter,
Sans m’accorder në contredire ;
Qui plus, me souffrait acouter,
Joignant d’elle, près sacouter ;
Et ainsi m’allait amusant,
Et me souffrait tout raconter,
Mais ce n’était qu’en m’abusant.
 
57
 
Abusé m’a et fait entendre
Toujours d’un que ce fût un autre,
De farine, que ce fût cendre ;
D’un mortier, un chapeau de fautre ;
De vieil mâchefer, que fût peautre ;
D’ambesars, que c’étaiënt ternes...
Toujours trompait ou moi ou autre
Et rend vessiës pour lanternes ;
 
59
 
Du ciel, un poêle d’airain ;
Des nuës, une peau de veau ;
Du matin, qu’était le serein ;
D’un trognon de chou, un naveau ;
D’orde cervoise, vin nouveau ;
D’une truie, un moulin à vent ;
Et d’une hart, un écheveau ;
D’un gras abbé, un poursuivant.
 
59
 
Ainsi m’ont Amours abusé,
Et pourmené de l’huis au pêle.
Je crois qu’homme n’est si rusé,
Fût fin comme argent de coupelle,
Qui n’y laissât linge, drapelle ;
Mais qu’il fut ainsi manié
Comme moi, qui partout m’appelle :
L’amant remis et renié.
 
60
 
Je renie Amours et dépite
Et défie à feu et à sang.
Mort par elles me précipite,
Et ne leur en chaut pas d’un blanc.
Ma vielle ai mis sous le banc ;
Amants je ne suivrai jamais ;
Si jadis je fus de leur rang,
Je déclare que n’en suis mais.
 
61
 
Car j’ai mis le plumail au vent :
Or le suive qui a attente ;
De ce me tais dorénavant,
Poursuivre je veuil mon entente.
Et, s’aucun m’interroge ou tente
Comment d’Amour j’ose médire,
Cette parole le contente :
« Qui meurt, a ses lois de tout dire ».
 
62
 
Je connais approcher ma seuf ;
Je crache, blanc comme coton,
Jacopins gros comme un éteuf ;
Qu’est-ce à dire ? Que Jeanneton
Plus ne me tient pour valeton,
Mais pour un vieil usé roquard...
De vieil porte voix et le ton,
Et ne suis qu’un jeune coquard.
 
63
 
Dieu merci et Tacque Thibaut,
Qui tant d’eau froide m’a fait boire,
En un bas, non pas, en un haut,
Manger d’angoisse mainte poire,
Enserré... Quand j’en ai mémoire,
Je pri pour lui et reliqua,
Que Dieu lui doint... et voire, voire,
Ce que je pense... et cetera.
 
64
 
Toutefois, je n’y pense mal,
Pour lui, et pour son lieutenant,
Aussi pour son official,
Qui est plaisant et avenant ;
Que faire n’ai du remenant,
Mais du petit maître Robert ?...
Je les aime tout d’un tenant
Ainsi que fait Dieu le Lombard.
 
65
 
Si me souvient, à mon avis,
Que je fis à mon parlement
Certains lais, l’an cinquante-six,
Qu’aucuns, sans mon consentement.
Voulurent nommer Testament :
Leur plaisir fut, et non le mien :
Mais quoi ? On dit communément
Un chacun n’est maître du sien.
 
67
 
Pour le révoquer ne le dis,
Et y courût toute ma terre,
De pitié ne suis refroidis
Envers le Bâtard de la Barre :
Parmi ses trois gluyons de feurre,
Je lui donne mes vieilles nattes ;
Bonnes seront pour tenir serre,
Et soi soutenir sur ses pattes.
 
66
 
S’ainsi était qu’aucun n’eût pas
Reçu les lais que je lui mande,
J’ordonne qu’après mon trépas
À mes hoirs on fasse demande ;
Et qui sont-ils ? S’il le demande :
Moreau, Provins, Robin Turgis ;
De moi, dites que je leur mande,
Ont eu jusqu’au lit où je gis.
 
68
 
Somme, plus ne dirai qu’un mot,
Car commencer veuil à tester :
Devant mon clerc Fremin, qui m’ot
(S’il ne dort), je veuil protester
Que n’entends hommes détester.
En cette présente Ordonnance,
Et ne la veuil manifester
Sinon au royaume de France.
 
69
 
Je sens mon cœur qui s’affaiblit,
Et plus je ne puis papier.
Fremin, sied-toi près de mon lit ;
Que l’on ne m’y vienne épier !
Prends encre tôt, plume et papier,
Ce que nomme écris vitement,
Puis fais-le partout copier,
Et voici le commencement.
 
70
 
Au nom de Dieu Père éternel,
Et du Fils que Vierge parit,
Dieu au Père coéternel,
Ensemble et le Saint-Esperit,
Qui sauva ce qu’Adam périt,
Et du péri pare ses Cieux...
Qui bien ce croit, peu ne mérit :
Gens morts être faits petits dieux.
 
71
 
Morts étoyent, et corps et âmes,
En damnéë perdition ;
Corps pourris et âmes en flammes,
De quelconque condition ;
Toutefois, fais exception
Des patriarches et prophètes ;
Car, selon ma conception,
Oncques grand chaud n’eurent aux fesses.
 
72
 
Qui me dirait : « Qui vous fait mettre
Si très avant cette parole,
Qui n’êtes en théologie maître ?
À vous est présomption folle. »
C’est de Jésus la parabole
Touchant le Riche enseveli
En feu, non pas en couche molle
Et du Ladre au dessus li.
 
73
 
Së du Ladre eût vu le doigt ardre,
Jà n’en eût requis réfrigère,
N’au bout d’icelui doigt aherdre,
Pour rafraîchir sa mâchouère.
Pions y feront mate chère,
Qui boivent pourpoint et chemise.
Puisque boiture y est si chère,
Dieu nous garde de la mainmise !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...»

Τаvаn : Lа Rоndе dеs mоis

Gаutiеr : Lеs Αссrосhе-сœurs

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt plus spéсiаlеmеnt truсulеnt еt аllégоriquе

Gilkin : Lа Саpitаlе

Ιwаn Gilkin

Fоurеst : Ρsеudо-sоnnеt аfriсаin еt gаstrоnоmiquе

Βоukау : Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt

Fаvrе : «Μаgnifiquеs mоndаins...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соuté : Lе Сhаmp d’ nаviоts

Lа Сеppèdе : «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...»

Βruаnt : Соnаssе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Fоurеst : Unе viе

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Fоurеst : Ιphigéniе

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Fоurеst : Flеurs dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αuјоurd’hui, hiеr, dеmаin (Siеfеrt)

De Νаthаliе sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De sуnсhrоniсité sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Jоhn Kеаts sur «Sur lе bоrd d’un bеаu flеuvе Αmоur аvаit tеndu...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhrist аuх Οliviеrs (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd Jоdеllе аrrivа sоufflаnt еnсоr sа pеinе...» (Αubigné)

De Lа Μusérаntе sur Lеs Αspеrgеs (Rоllinаt)

De Αllis sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Βоnјоur tristеssе sur Τu t’еn irаs lеs piеds dеvаnt (Βоukау)

De Μаrl’hаinе sur Соnаssе (Βruаnt)

De Gаrсе’sоnnе sur «Νаturе еst аuх bâtаrds vоlоntiеrs fаvоrаblе...» (Du Βеllау)

De Νаdiа sur Εnсоrе сеt аstrе (Lаfоrguе)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе