Renée Vivien

Chansons pour mon ombre, 1907


La Dogaresse


 

Un acte en vers


 
 

SCÈNE PREMIÈRE


Le palais des Doges. Fenêtres ouvertes sur la lagune. On entend de lointains accords de luths et de mandolines.


 

GEMMA


 
Ô Venise ! j’ai l’âme ivre de sérénades :
La musique a brûlé mes lèvres et mon front.
Les barques où, parmi la pourpre des grenades,
Rougit le rose frais des pastèques, s’en vont
Sous la brise du soir ivre de sérénades.
 
 

VIOLA


 
Le crépuscule, las de regrets et d’espoir,
Mire ses roux cheveux et ses yeux d’un bleu noir...
Il m’apparait ainsi qu’une femme fantasque,
Une femme voilée et riant sous le masque,
Que tente l’amoureuse aventure du soir.
 
 

GEMMA


 
Mon cœur se ralentit, obscurément fantasque,
Selon le glissement des gondoles.... Le soir
S’approche, souriant à demi sous un masque...
Les luths s’interrompent brusquement.
 
 

VIOLA


 
Ah ! les luths se sont tus !
 
 

GEMMA, écoutant.


                                                  Voici, dans le couloir
Un bruit de soie et d’or....
 
 

On entend un frisson de robe.


 
 

GEMMA


 
                                                      Voici la Dogaresse....
L’ombre de son regard mystérieux m’oppresse
Comme l’eau morte aux pieds rayonnants de la mer.
 
 

VIOLA, comme en songe.


 
L’eau morte aux plis dormants...
 
 

GEMMA, la rappelant à la réalité.


 
                                                                Voici la Dogaresse...
 
 

VIOLA, comme en songe.


 
La contemplation des lagunes l’oppresse.
Je redoute la froideur pâle de sa chair
Et de ses yeux...
 
 

Elle recule comme saisie par un pressentiment.


 
 

SCÈNE II


La Dogaresse entre. Elle va vers la fenêtre. Pendant tout l’acte, ses yeux restent fixés sur l’eau du canal.


 

LA DOGARESSE


 
                                  J’ai trop contemplé les lagunes.
J’ai trop aimé leurs eaux sans remous, leurs eaux brunes ;
Elles m’attirent comme un désastreux appel...
Je ne défaille plus sous le charme cruel
Des accords et des chants... L’eau morte a pris mon âme.
 
 

GEMMA


 
Les luths qui suppliaient, ainsi qu’un vaste appel,
Les voix qui s’exaltaient, plus vives qu’une flamme,
Ne font plus tressaillir le palais, telle une âme.
 
 

LA DOGARESSE


 
J’ai fait taire les luths... Le silence des eaux
A plus de volupté que les sons les plus beaux...
Ah ! silence éternel où s’enlise mon âme !...
 
 

VIOLA, dans un cri d’effroi.


 
Oh ! ne contemplez pas les lagunes !
 
 

LA DOGARESSE, à Viola.


 
                                                                          Dis-moi,
N’as-tu point vu, sur l’eau sans clartés et sans voiles,
Un mystère d’azur et d’étranges étoiles ?
Vers la nuit, n’as-tu point frissonné, comme moi,
D’un immense désir dans un immense effroi ?
 
 

GEMMA, s’approchant de la fenêtre.


 
Le ciel bariolé détruit ses mosaïques
Il s’effrite, il s’effondre...
 
 

LA DOGARESSE


 
                                                    Ô grave Viola,
N’as-tu point frissonné, quand le soir révéla
Les verts hallucinants et les bleus magnétiques
De l’eau morte, les bleus d’abîmes, et les verts
S’insinuant en nous comme un songe pervers ?...
Ah ! l’eau morte !...
 
 

VIOLA


 
                                          Mais la stupeur de l’automne ivre !
Le couchant qui s’affirme en des clameurs de cuivre
Et qui s’éteint, plus doux qu’un musical soupir !
Les murs où, comme un sphinx, le soir vient s’accroupir...
Les vignes de la nuit, fiévreuses et funèbres,
Où sourd confusément le vin noir des ténèbres !
 
 

GEMMA


 
On croit voir refluer votre ondoyant manteau
Sur un rythme pareil au roulis d’un bateau.
 
 

LA DOGARESSE, comme hallucinée.


 
L’onde nocturne m’a dévoilé ce mystère :
Une mort amoureuse et pourtant solitaire,
Un silence oublieux où dorment les sanglots,
Un sommeil violet dans la pourpre des flots...
 
 

GEMMA


 
Détournez vos regards fébriles !...
 
 

LA DOGARESSE


 
                                                                    L’eau m’appelle...
L’eau m’attire...
 
 

GEMMA, suppliante.


 
                                Madone...
 
 

VIOLA


 
                                                        Oh ! vous êtes plus belle
Qu’au matin nuptial et bleu de Séraphim
Où riaient, à travers l’encens de la nef grise,
La harpe d’Azraël et le luth d’Éloïm,
Où les cloches jetaient leurs lys d’or sur Venise !
 
 

La Dogaresse sort lentement.


 
 

GEMMA


 
La lumière qui meurt à l’Occident se brise,
Et le soir s’engourdit en son verger d’azur.
 
 

VIOLA


 
Au fond de ma tristesse il sommeille une joie.
 
 

UNE VOIX DE FEMME, du dehors.


 
Elle se noie !
 
 

VOIX DE LA FOULE


 
                          Elle se noie !
 
 

VIOLA, dans un grand cri.


 
                                                        Elle se noie !
Mon âme se débat, comme en un rêve obscur...
 
 

GEMMA


 
Comme elle, qui s’en va vers la mer, j’agonise...
L’eau replie en rampant ses mille anneaux d’azur
Sur celle que j’aimais...
 
 

VIOLA


 
                                                  Les lagunes l’ont prise.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Сhеvrеul (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе