Renée Vivien

La Vénus des aveugles, 1904


Sonnet de Porcelaine


 
Le soir, ouvrant au vent ses ailes de phalène,
Évoque un souvenir fragilement rosé,
Le souvenir, touchant comme un Saxe brisé,
De ta naïveté fraîche de porcelaine.
 
Notre chambre d’hier, où meurt la marjolaine,
N’aura plus ton regard plein de ciel ardoisé,
Ni ton étonnement puéril et rusé...
Ô frissons de ta nuque où brûlait mon haleine !
 
Et mon cœur, dont la paix ne craint plus ton retour,
Ne sanglotera plus son misérable amour,
Frêle apparition que le silence éveille !
 
Loin du sincère avril de venins et de miels,
Tu souris, m’apportant les fleurs de ta corbeille,
Fleurs précieuses des champs artificiels.
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 2 avril 2020 à 14h12


Je sais des mots ailés tissant des cantilènes,
Souvenances de doux et vaporeux baisers ;
Portés gracieusement par les vents alizés,
Ils flottent dans l’azur, et mes mains en sont pleines.

On les croise parfois chez Nerval ou Verlaine :
Si je ne prétends pas vouloir rivaliser,
Ces vocables charmants ne sont pas tous usés,
Ils parlent de grands parcs, d’ormeaux, de châtelaines.

Ils font réapparaître une dame à sa tour,
En ses habits anciens de moire et de velours,
Qui rêve à sa fenêtre, et bien d’autres merveilles.

Ces mots qui font pleuvoir au loin des arcs-en-ciel,
Reverdir la tonnelle, et vibrer les abeilles,
Je vous les dirais bien, mais c’est confidentiel.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 avril 2022 à 12h26

Planète Prozacandra
------------

Notre faune est placide et n’est pas trop vilaine,
Même les grands félins se laissent apaiser ;
Aux noirs rhinocéros nous faisons des baisers,
Nous offrons du fromage aux corbeaux de la plaine.

Un prophète égaré chevauche une baleine,
Un poulpe en araignée se laisse déguiser ;
La paix règne entre nous, faut-il le préciser,
Bacchus est de la fête, et son cousin Silène.

D’agréables saisons se montrent tour à tour,
Quelques festivité célèbrent leur retour ;
Les roses des jardins se portent à merveille.

Nous prenons nos cachets, pour nous, c’est essentiel.
Vive le médecin qui sur notre humeur veille !
Ce bonheur, peu nous chaut qu(il soit artificiel.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 juin 2024 à 11h51

Minolion perdu
----------

Dans un dédale je me traîne,
Que je ne peux apprivoiser ;
Dans ces couloirs entrecroisés,
Ma pauvre âme n’est point sereine.

J’aurais dû rester dans la plaine,
À sagement me reposer ;
Aphrodite m’a proposé
Cette épreuve ; qu’elle est vilaine !

Je m’égare dans des détours
En ces ténébreux alentours,
Bien loin du Pays des Merveilles.

Reverrai-je le bleu du ciel ?
Non, personne sur moi ne veille
En ces instants sacrificiels.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par La Musérante le 19 juin 2024 à 21h11

Je suis un peu perdue
Aussi éperdument . .
Et de liens en lianes
Tout ces malentendus . .

je t’aurais dis ’je t’aime jusqu’aux aurores’

Mais je ne peux que chanter . .

 https://www.youtube.com/watch?v=5V2X-8arD3U

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νаdаud : Viеillе histоirе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Jоdеllе : «Dеs аstrеs, dеs fоrêts, еt d’Αсhérоn l’hоnnеur...»

Сrоs : Сuеillеttе

Hеnri dе Régniеr

Viоn Dаlibrау : «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...»

Lа Fоntаinе : Ρаrоlе dе Sосrаtе

Lаfоrguе : Μéditаtiоn grisâtrе

Νоël : Сhаnt dе nоurriсе

☆ ☆ ☆ ☆

Guérin : «Αh ! Sеignеur, Diеu dеs сœurs rоbustеs, répоndеz !...»

Du Βеllау : «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...»

Βаudеlаirе : Lа Fаussе Μоnnаiе

Сhаlupt : Lе Βасhеliеr dе Sаlаmаnquе

Fréсhеttе : Νоvеmbrе

Νеlligаn : Lе Τоmbеаu dе lа négrеssе

Сrоs : Dеstinéе

Τоulеt : Épitаphе.

Lаmаrtinе : L’Ιmmоrtаlité

Glаtignу : «Lа tаblе étinсеlаit. Un tаs dе bоnnеs сhоsеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis lе tristе Οisеаu dе lа nuit sоlitаirе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui соntеmplе lе Сiеl...» (Grévin)

De Jаdis sur «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе pеtits еnfаnts d’unе lаrvе оutrаgеusе...» (Сhаssignеt)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Jаdis sur «Οù dоnс еst lе bоnhеur ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Τristаn Βеrnаrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De krm sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе