Renée Vivien

Chansons pour mon ombre, 1907


Viviane


 
Une odeur fraîche, un bruit de musique étouffée
Sous les feuilles, et c’est Viviane la fée.
 
Elle imite, cachée en un fouillis de fleurs,
Le rire suraigu des oiseaux persifleurs.
 
Souveraine fantasque, elle s’attarde et rôde
Dans la forêt, comme en un palais d’émeraude.
 
L’eau qui miroite a la couleur de son regard.
Elle se voile des dentelles du brouillard.
 
Parfois, une langueur monte de l’herbe et plane :
Les violettes ont salué Viviane.
 
Sa robe a des lueurs de perle et d’argent,
Son front est variable et son cœur est changeant.
 
Son pouvoir féminin s’insinue à la brume :
Elle devient irrésistible au clair de lune.
 
Des pâtres ont cru voir, de leurs yeux ingénus,
Des serpents verts glisser le long de ses bras nus.
 
À minuit, la plus belle étoile la couronne ;
Parfois elle est cruelle et parfois elle est bonne.
 
Et Viviane est plus puissante que le sort ;
Elle porte en ses mains le sommeil et la mort.
 
Plus que l’espoir et plus que le songe, elle est belle.
Les plus grands enchanteurs sont des enfants près d’elle.
 
Près d’elle, la mémoire est un rêve aboli.
Son magique baiser est plus froid que l’oubli.
 
Ses cheveux sont défaits et le soleil les dore.
Chaque matin, elle est plus blonde que l’aurore.
 
Ondoyante, elle sait promettre et décevoir.
Vers le couchant, elle est rousse comme le soir.
 
À l’heure vague où le regret se dissimule,
Elle a les yeux lointains et gris du crépuscule.
 
Lorsque le fil ambré du croissant tremble et luit
Sur les chênes, elle est brune comme la nuit.
 
Des rois ont partagé son palais et sa table,
Mais nul n’a jamais vu sa face véritable.
 
Elle renaît, elle est plus belle chaque jour,
Et ses illusions trompent le simple amour.
 
Elle erre, comme un vent d’avril, sous la ramée,
Et vous reconnaissez en elle votre aimée.
 
Elle est celle qu’on ne rencontre qu’une fois.
Écoutez... Nulle voix n’est pareille à sa voix.
 
Elle approche, et ses doigts effeuillent des corolles.
Vous tremblez... Vous avez oublié les paroles...
 
Mais vous savez — le bois merveilleux l’a chanté —
Qu’elle vous appartient depuis l’éternité.
 
Elle a changé de nom, de voix et de visage ;
Malgré tout, vous l’avez reconnue au passage.
 
Elle réveille en vous tous les anciens désirs.
À l’ombre de ses pas brillent des souvenirs.
 
Vous l’avez pressentie et vous l’avez rêvée
Longuement, et surtout vous l’avez retrouvée.
 
Elle trame pour vous des jardins et des ciels,
Et vous vous endormez en ses bras éternels.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Τristе, à сôté du сhiеn еt du сhаt, ј’аi сhаuffé...»

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Stèlе du сhеmin dе l’âmе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе suis pаs dе сеuх pоur qui lеs саusеriеs...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе