Renée Vivien

Flambeaux éteints, 1907


Voici ce que je chanterai...


 
Les suaves repos, les tendres accalmies
Vous seules me les donnâtes, ô mes amies !
 
 

*


 
Je suis reconnaissante et charmée en songeant
À vos longs corps pareils à des cierges d’argent.
 
Vous fûtes la bonté de mes heures mauvaises,
Le baume oriental qui trompe les malaises,
 
Et vous m’avez conduite en un verger païen
Où l’âme ne regrette et ne désire rien.
 
Vous fûtes la fraîcheur du soir sur mon visage
Et la volupté triste et la tristesse sage.
 
Par vous, jadis, ô mes maîtresses ! je connus
La majesté des seins magnifiquement nus...
 
Vous fîtes rire en moi la jeunesse et la vie :
Vous m’avez consolée et vous m’avez ravie.
 
Au hasard des destins, vous fûtes tour à tour
La passion cruelle et le tremblant amour.
 
Je vous prends et je vous respire, mes aimées,
Ainsi qu’une guirlande aux fraîcheurs embaumées.
 
Vous avez su tourner vers vous tous mes désirs
Et vous avez rempli mes mains de souvenirs.
 
Je vous ai dit, à vous qui m’avez couronnée :
« Qu’importent les demains ?... Cette nuit m’est donnée...
 
« Éternelle douceur de la douceur qui fuit !
Nul vent n’emportera l’odeur de cette nuit... »
 
Vous avez dénoué mes cheveux, ô maîtresses !
Et vous avez mêlé des roses à mes tresses,
 
Si bien que je n’ai plus sangloté de ne voir
À mon front ni léger pampre ni laurier noir.
 
La gloire m’a souri dans les aubes dorées
Puisque ma gloire est de vous avoir adorées.
 
Vous m’avez enseigné dans les jardins, sachant
Que je vous louerais mieux, l’amertume du chant.
 
 

*


 
Et d’une voix parfois troublée et parfois claire
Ô femmes, j’ai chanté dans l’espoir de vous plaire...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sur lеs Vеnts (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Jаdis sur Épitаphе dе mаdеmоisеllе dе Соntу, Μаriе dе Βоurbоn (Μаlhеrbе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs аrbrеs еt lеs plаntеs (Drеlinсоurt)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе