Vincent Voiture



Pour Mme d’Aiguillon


    « La terre brillante de fleurs,
    Fait éclater mille couleurs
    D’aujourd’hui seulement connues.
    L’astre du jour, en souriant,
    Jette sur la face des nues
L’or et l’azur dont il peint l’orient.
 
    « Le ciel est couvert de saphirs,
    Les doux et gracieux zéphirs
    Soupirent mieux que de coutume ;
    L’aurore a le teint plus vermeil,
    Et semble que le jour s’allume
D’un plus beau feu que celui du soleil.
 
    « Les oiseaux aux charmantes voix,
    Mieux que jamais dedans ces bois,
    Se font une amoureuse guerre.
    Sans doute la troupe des dieux
    A quitté le ciel pour la terre,
Ou la divine Oronte est en ces lieux :
 
    « Oronte, dont les yeux vainqueurs
    Ont assujetti mille cœurs,
    Dont elle refuse l’hommage ;
    Qui naissant a reçu des cieux
    Toutes les grâces en partage,
Et les faveurs des hommes et des dieux.
 
    « Par la force de ses attraits,
    Ces vieux troncs, ces noires forêts,
    Ressentent l’amoureuse flamme :
    Tout cède à des charmes si chers,
    Et ses yeux qui nous ôtent l’âme,
D’un seul regard la donnent aux rochers. »
 
    Ainsi sortant de Fontenay,
    Dedans le chemin de Gournay,
    Faisant des vers à l’aventure,
    Suivant l’humeur qui l’emportait,
    L’insensible et le froid Voiture
Parlait d’amour, comme s’il en sentait.
 
    Les nymphes des eaux et des bois,
    Écoutant sa dolente voix,
    Ne purent s’empêcher de rire ;
    Mais un faune qui l’entendit,
    Aux dryades se prit à dire :
« Possible est-il plus vrai qu’il ne le dit. »
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Αgаthе, оù du Sоlеil lе signе еst imprimé...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Αntigоnе (Sаmаin)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе