Vincent Voiture



 
Les demoiselles de ce temps
Ont depuis peu beaucoup d’amants,
On dit qu’il n’en manque à personne,
              L’année est bonne.
 
Nous avons vu, les ans passés,
Que les galants étaient glacés ;
Mais maintenant tout en foisonne,
              L’année est bonne.
 
Le temps n’est pas bien loin encor
Qu’ils se vendaient au poids de l’or,
Et pour le présent on les donne,
              L’année est bonne.
 
Le soleil de nous rapproché,
Rend le monde plus échauffé ;
L’amour règne, le sang bouillonne,
              L’année est bonne.
 
La belle princesse n’est pas
Du rang des beautés d’ici-bas ;
Car une fraîcheur immortelle
              Se voit en elle.
 
Dans son visage et dans ses traits
Brillent quelques divins attraits,
Et dans sa mine et dans son geste
              Un air céleste.
 
De perles, d’astres, et de fleurs,
Bourbon, le ciel fit tes couleurs,
Et mit dedans tout ce mélange
              L’esprit d’un ange.
 
Que de cœurs l’amour blesserait,
Que de maux au monde il ferait,
Si cette belle moins contraire
              Le laissait faire !
 
La duchesse a pris à l’amour
Ses traits ; et ce dieu tout le jour,
Pour les ravoir de cette belle,
              Vole autour d’elle.
 
Elle les monstre en ses appas ;
Mais elle ne les lance pas,
Et craint trop d’en blesser personne,
              Tant elle est bonne.
 
Mais ses coups seraient bienheureux,
Et n’est point de cœur généreux,
Qui ne voulût mourir pour elle ;
              Tant elle est belle.
 
Le soleil cède à ses beaux yeux,
Et ne voit du plus haut des cieux,
Que lui-même dedans le monde,
              Qui les seconde.
 
Baronne pleine de douceur
Êtes-vous mère, êtes-vous sœur,
De ces deux belles si gentilles,
              Qu’on dit vos filles ?
 
Vous avez l’humeur, ce dit-on,
D’un doux et paisible mouton ;
Mais votre peau blanche et très fine
              Est d’une hermine.
 
Que vois-je si plein de clarté,
D’attraits, de grâce et de beauté,
Si ce n’est Diane, ou l’Aurore,
              Ou Flore, ou Fore ?
 
Les oiseaux vont en toutes parts,
Suivant sa voix, ou ses regards ;
Zéphire la suit et l’adore,
              C’est Flore, ou Fore.
 
Sur son visage et sous ses pas
Naissent des fleurs et des appas,
Qu’ailleurs on ne voit point éclore ;
              C’est Flore ou Fore.
 
Vigean est un soleil naissant,
Un bouton s’épanouissant,
Ou Vénus, qui sortant de l’onde,
              Brûle le monde.
 
Sans savoir ce que c’est qu’amour,
Ses beaux yeux le mettent au jour,
Et partout elle le fait naître,
              Sans le connaître.
 
Rambouillet avec sa fierté,
A certain air dans sa beauté,
Qui fait qu’autant que l’on l’admire,
              On la désire.
 
Dessus sa bouche sont toujours
Les Grâces avec les Amours,
Ou pour le plaisir de l’entendre,
              Ou pour apprendre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À сеuх qui dоrmеnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Libеrté (Сrоs)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе