Vincent Voiture



 
Les demoiselles de ce temps
Ont depuis peu beaucoup d’amants,
On dit qu’il n’en manque à personne,
              L’année est bonne.
 
Nous avons vu, les ans passés,
Que les galants étaient glacés ;
Mais maintenant tout en foisonne,
              L’année est bonne.
 
Le temps n’est pas bien loin encor
Qu’ils se vendaient au poids de l’or,
Et pour le présent on les donne,
              L’année est bonne.
 
Le soleil de nous rapproché,
Rend le monde plus échauffé ;
L’amour règne, le sang bouillonne,
              L’année est bonne.
 
La belle princesse n’est pas
Du rang des beautés d’ici-bas ;
Car une fraîcheur immortelle
              Se voit en elle.
 
Dans son visage et dans ses traits
Brillent quelques divins attraits,
Et dans sa mine et dans son geste
              Un air céleste.
 
De perles, d’astres, et de fleurs,
Bourbon, le ciel fit tes couleurs,
Et mit dedans tout ce mélange
              L’esprit d’un ange.
 
Que de cœurs l’amour blesserait,
Que de maux au monde il ferait,
Si cette belle moins contraire
              Le laissait faire !
 
La duchesse a pris à l’amour
Ses traits ; et ce dieu tout le jour,
Pour les ravoir de cette belle,
              Vole autour d’elle.
 
Elle les monstre en ses appas ;
Mais elle ne les lance pas,
Et craint trop d’en blesser personne,
              Tant elle est bonne.
 
Mais ses coups seraient bienheureux,
Et n’est point de cœur généreux,
Qui ne voulût mourir pour elle ;
              Tant elle est belle.
 
Le soleil cède à ses beaux yeux,
Et ne voit du plus haut des cieux,
Que lui-même dedans le monde,
              Qui les seconde.
 
Baronne pleine de douceur
Êtes-vous mère, êtes-vous sœur,
De ces deux belles si gentilles,
              Qu’on dit vos filles ?
 
Vous avez l’humeur, ce dit-on,
D’un doux et paisible mouton ;
Mais votre peau blanche et très fine
              Est d’une hermine.
 
Que vois-je si plein de clarté,
D’attraits, de grâce et de beauté,
Si ce n’est Diane, ou l’Aurore,
              Ou Flore, ou Fore ?
 
Les oiseaux vont en toutes parts,
Suivant sa voix, ou ses regards ;
Zéphire la suit et l’adore,
              C’est Flore, ou Fore.
 
Sur son visage et sous ses pas
Naissent des fleurs et des appas,
Qu’ailleurs on ne voit point éclore ;
              C’est Flore ou Fore.
 
Vigean est un soleil naissant,
Un bouton s’épanouissant,
Ou Vénus, qui sortant de l’onde,
              Brûle le monde.
 
Sans savoir ce que c’est qu’amour,
Ses beaux yeux le mettent au jour,
Et partout elle le fait naître,
              Sans le connaître.
 
Rambouillet avec sa fierté,
A certain air dans sa beauté,
Qui fait qu’autant que l’on l’admire,
              On la désire.
 
Dessus sa bouche sont toujours
Les Grâces avec les Amours,
Ou pour le plaisir de l’entendre,
              Ou pour apprendre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Dеs trоis sоrtеs d’аimеr, lа prеmièrе ехpriméе...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе