Vincent Voiture


Sur sa maîtresse, rencontrée, en habit de garçon, un soir de carnaval


 
Je sens au profond de mon âme,
Brûler une nouvelle flamme :
Et laissant les autres amours,
Qui tenaient mon âme en altère,
J’aime un garçon depuis trois jours,
Plus beau que celui de Cythère.
 
Si le but de cette pensée,
À ma conscience offensée,
J’en ai défié le châtiment :
Car le feu qui brûla Gomorrhe,
Ne fut jamais si véhément,
Que celui-là qui me dévore.
 
Mais je ne crois pas que l’on blâme
L’amoureuse ardeur dont m’enflamme
Le bel œil de ce jouvenceau ;
Ni qu’aimer d’un amour extrême
Ce que Nature a fait de beau,
Soit un péché contre elle-même.
 
Un soir que j’attendais la Belle
Qui depuis deux ans m’ensorcelle,
Je vis comme tombé des Cieux,
Ce Narcisse objet de ma flamme ;
Et dès qu’il fut devant mes yeux,
Je le sentis dedans mon âme.
 
Sa face riante et naïve
Jetait une flamme si vive,
Et tant de rayons alentour,
Qu’à l’éclat de cette lumière
Je doutais que ce fût l’Amour
Avecque les yeux de sa mère.
 
Mille fleurs fraîchement écloses,
Les lys, les œillets et les roses
Couvraient la neige de son teint.
Mais dessous ces fleurs entassées,
Le serpent dont je fus atteint,
Avait ses embûches dressées.
 
Sur un front blanc comme l’ivoire,
Deux petits arcs de couleur noire
Étaient mignardement voûtés ;
D’où ce Dieu qui me fait la guerre,
Foulant aux pieds nos libertés,
Triomphait de toute la terre.
 
Ses yeux, le Paradis des âmes,
Pleins de ris, d’attraits, et de flammes,
Faisaient de la nuit un beau jour :
Astres de divines puissances,
De qui l’Empire de l’Amour
Prend ses meilleures influences.
 
Sur tout, il avait une grâce,
Un je ne sais quoi qui surpasse
De l’Amour les plus doux appas,
Un ris qui ne se peut décrire,
Un air que les autres n’ont pas,
Que l’on voit, et qu’on ne peut dire.
 
Parmi tant d’ennemis rendue,
Ma liberté mal défendue,
Fut sous le joug d’un Étranger ;
Mon Cœur se rendit à sa suite,
Et dans le fort de ce danger
Ma Raison se mit à la fuite.
 
Sans le connaître davantage,
Ma volonté lui fit hommage
De tout ce qu’elle avait en main ;
Mais du méchant l’âme inconstante
Me trompa dès le lendemain,
Et me frustra de mon attente.
 
Plein de dépit et de colère,
Soudain je m’en devais défaire :
Apprenant par cette leçon
Qu’il n’avait point d’arrêt en l’âme,
Et que, sous l’habit d’un garçon,
Il portait le cœur d’une femme.
 
Toutefois, malgré cette injure,
J’en pris un plus heureux augure ;
Et je n’eusse pu croire alors
Que le Ciel dont il fut l’ouvrage,
Sous le voile d’un si beau corps,
Eût mis un si mauvais courage.
 
Mais sa malice découverte
S’est reconnue avec ma perte,
Car depuis on ne l’a pu voir :
Le perfide a gagné la fuite,
Tenant mon cœur en son pouvoir,
Avec ma liberté séduite.
 
Gagné d’une sorcière flamme,
J’avais mis les clefs de mon âme
En la garde de ce voleur ;
Mais d’une malice funeste,
M’en ayant ravi le meilleur,
Il mit le feu dedans le reste.
 
Mais je l’aime, et quoi qu’il me fasse,
Je voudrais revoir cette face,
Ce chef-d’œuvre tant estimé,
Où le Ciel tout son mieux assemble ;
Et depuis j’ai toujours aimé
Une fille qui lui ressemble.
 
Avec les traits de son visage,
Elle a sa taille et son corsage,
Sa voix, son port, et sa façon,
Son doux ris, son adresse extrême ;
Enfin, sous l’habit d’un garçon,
Je l’aurais prise pour lui-même.
 
Ses yeux savent les mêmes charmes ;
Elle use de pareilles armes,
Avec tous les mêmes attraits :
Et croit, tant elle lui ressemble,
Qu’elle lui touche de bien près,
Et qu’ils sont alliés ensemble.
 
Elle connaît bien, la méchante,
La cause du mal qui m’enchante,
Et qui me retient en langueur ;
Et, sans doute, elle pourrait dire
Quelque nouvelle de mon cœur,
Et de celui qui le retire.
 
Car, sans en voir d’autre apparence,
Je jurerais en assurance,
À voir son visage assassin,
Et son œillade cauteleuse,
Qu’elle a sa part à ce larcin,
Et qu’elle en est la receleuse.
 
Amour, petit Dieu qui disposes
Du règlement de toutes choses,
Et qui fait entendre tes lois
Par toute la machine ronde,
Fais-moi justice à cette fois,
Toi qui fait droit à tout le monde.
 
Fais-moi raison de l’inhumaine,
Qui retient mon cœur à la gêne,
Sans espérance d’avoir mieux ;
Mais surtout ne vois pas la belle :
Car si tu regardes ses yeux,
Je sais que tu seras pour elle.
 
La mauvaise me tient ravis
Mon âme, mon cœur, et ma vie,
Car chez elle se vint sauver
Le voleur de cette dépouille ;
Mais j’espère tout retrouver,
Si tu permets que je la fouille.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu сiеl (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе