(folklore) ***


Le Juif errant


 
Est-il rien sur la terre,
Qui soit plus surprenant,
Que la grande misère
Du pauvre Juif-Errant ?
Que son sort malheureux
Paraît triste et fâcheux !
 
Un jour, près de la ville
De Bruxelles en Brabant,
Des bourgeois fort dociles
L’accostèr’ en passant :
Jamais ils n’avaient vu
Un homme si barbu.
 
Son habit tout difforme
Et très-mal arrangé,
Leur fit croir’ que cet homme
Était fort étranger,
Portant comme ouvrier,
Devant lui, tablier.
 
Lui dirent : « Bonjour, maître !
De grâce accordez-nous
La satisfaction d’être
Un moment avec vous.
Ne nous refusez pas,
Tardez un peu vos pas ?
 
— Messieurs, je vous proteste
Que j’ai bien du malheur :
Jamais je ne m’arrête,
Ni ici, ni ailleurs ;
Par beau ou mauvais temps,
Je marche incessamment.
 
— Entrez dans cette auberge,
Vénérable vieillard ?
D’un pot de bière fraîche,
Vous prendrez votre part ;
Nous vous régalerons
Le mieux que nous pourrons.
 
— J’accepterais de boire
Deux coups avecque vous ;
Mais je ne puis m’asseoir,
Je dois rester debout.
Je suis, en vérité,
Confus de vos bontés.
 
— De savoir votre âge,
Nous serions curieux ;
À voir votre visage,
Vous paraissez fort vieux,
Vous avez bien cent ans,
Vous montrez bien autant ?
 
— La vieillesse me gêne :
J’ai bien dix-sept cents ans ;
Chose sûre et certaine,
Je passe encor’ trente ans ;
J’avais douze ans passés,
Quand Jésus-Christ est né.
 
— N’êtes-vous point cet homme
De qui l’on parle tant,
Que l’Écriture nomme
Isaac, Juif-Errant ?
De grâce, dites-nous
Si c’est sûrement vous ?
 
— Isaac Laquedem,
Pour nom me fut donné ;
Né à Jérusalem,
Ville bien renommée
Oui, c’est moi, mes enfants,
Qui suis le Juif-Errant,
 
« Juste ciel ! que ma ronde
Est pénible pour moi !
Je fais le tour du monde
Pour la cinquième fois :
Chacun meurt à son tour,
Et, moi, je vis toujours !
 
« Je traverse les mers,
Rivières et ruisseaux,
Les forêts, les déserts,
Montagnes et coteaux,
Les plaines et vallons :
Tous chemins me sont bons.
 
« J’ai vu, dedans l’Europe,
Ainsi que dans l’Asie,
Des batailles et des chocs
Qui coûtaient bien des vies :
Je les ai traversés,
Sans y être blessé.
 
« J’ai vu, dans l’Amérique,
C’est une vérité,
Ainsi que dans l’Afrique,
Grande mortalité :
La mort ne me peut rien,
Je m’en aperçois bien.
 
« Je n’ai point de ressource
En maison, ni en bien ;
J’ai cinq sous dans ma bourse,
Voilà tout mon moyen :
En tous lieux, en tout temps,
J’en ai toujours autant.
 
— Nous pensions comme un songe
Le récit de vos maux ;
Nous traitions de mensonge
Tous vos plus grands travaux !..
Aujourd’hui nous voyons
Que nous nous méprenions.
 
« Vous étiez donc coupable
De quelque grand péché,
Pour que Dieu, tout aimable
Vous eût tant affligé ?
Dites-nous l’occasion
De cette punition ?
 
— C’est ma cruelle audace
Qui cause mon malheur ;
Si mon crime s’efface,
J’aurai bien du bonheur !
J’ai traité mon Sauveur
Avec trop de rigueur.
 
« Sur le mont du Calvaire,
Jésus portait sa croix ;
Il me dit d’un bon air,
Passant devant chez moi :
« Veux-tu bien, mon ami,
« Que je repose ici ? »
 
« Moi, brutal et rebelle,
Je lui dis sans raison :
« Ôte-toi, criminel,
« De devant ma maison !
« Avance et marche donc,
« Car tu me fais affront. »
 
« Jésus, la bonté même,
Me dit en soupirant :
« Tu marcheras toi-même
« Pendant plus de mille ans ;
« Le dernier jugement
« Finira ton tourment. »
 
« De chez moi, à l’heure même,
Je sortis, bien chagrin ;
Avec douleur extrême
Je me mis en chemin ;
Dès ce jour-là, je suis
En marche jour et nuit.
 
« Messieurs, le temps me presse...
Adieu la compagnie !
Grâce à vos politesses !
Je vous en remercie.
Je suis trop tourmenté,
Quand je suis arrêté ! »
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

Vаuсаirе : Соnsеils à mа pеtitе аmiе

Sаmаin : Unе

Vаlérу : Lе Суgnе

Dubus : Μаdrigаl

Vаlérу : Lе Суgnе

Lоuÿs : Sеin dе brаnléе

Βаudеlаirе : Sеd nоn sаtiаtа

Сrоs : Lа Сhаnsоn dеs Hуdrоpаthеs

Βrinn’Gаubаst : Μаtin d’ivrеssе

☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Lе Βеаu Dimаnсhе

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Αutrаn : Lе Ρrintеmps du сritiquе

Vаlmоrе : Αdiеu à l’еnfаnсе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Vеrhаеrеn : «Lе sоir tоmbе, lа lunе еst d’оr...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βrinn’Gаubаst : Dеvаnt lа Μоrt

Βrinn’Gаubаst : Εstо vir

Rоdеnbасh : «Lа flоttе dеs hеurеuх суgnеs аppаrеillаit...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βеllе qui d’un rеgаrd...» (Βеаuјеu)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаbоurеur (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Αmоur, је prеnds соngé dе tа mеntеusе éсоlе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Désir d’оisеаu (Βrinn'Gаubаst)

De Сurаrе- sur Βrеtаgnе еst univеrs (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сurаrе- sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Sаudаdе sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Un début (Αutrаn)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz