Apollinaire

(1880-1918)

Recueils (ou ensembles) complets

1911 : Le Bestiaire

1913 : Alcools

1918 : Calligrammes

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

Le Hibou

Rencontre

Un poème

Le Paon

Mon cher Pablo la guerre dure...

Acousmate : J’entends parfois une voix...

Le Pont Mirabeau

Échelon

Le Lapin

Le chemin qui mène aux étoiles...

Il y a

La Petite Auto

Tourbillon de mouches

Le Voyageur

Peu de chose

Lecture

Chant de l’honneur

Souvenirs

La Cravate et la Montre

Du coton dans les oreilles

L’Inscription anglaise

Mon aimée adorée avant que je m’en aille...

À Nîmes

Bientôt bientôt finira l’oût...

Palais

Stavelot

Le Vigneron champenois

J’entends parfois une voix...

Et toi mon cœur pourquoi bats-tu ?...

Toujours

Visée

Désir

À la Santé

14 juin 1915

Le Lièvre

Un fantôme de nuées

Clotilde

La Ceinture

Parmi le tan et le plantain...

Voyage à Paris

La Tzigane

La nuit descend comme une fumée rabattue...

La nuit s’achève...

Mutation

Mon ALAMBIC vos yeux ce sont mes ALCOOLS...

À travers l’Europe

Les Sirènes

1904

Le Jupon

La Blanche Neige

Lettre-Océan

Mon Lou je veux te reparler maintenant de l’Amour...

Simultanéités

La châtelaine pâle a dit...

Nos étoiles

Les Cloches

La Traversée

Les Bacs

Au lac de tes yeux très profond...

Cœur couronne et miroir

Le Poulpe

Ibis

Ô délicate bûcheronne...

1915...

Ami, je vous écris du fond d’une cantine...

Dans un café à Nîmes

Ville presque morte, ô Cité...

La Mésange

La Loreley

La Colombe

Lorsque vous partirez, je ne vous dirai rien...

Les Sapins

Faction

Rhénane d’automne

La Sauterelle

La fumée de la cantine est comme la nuit qui vient...

Le Plongeon

Un soir d’été

L’Avion

Souvenir des Flandres

2e canonnier conducteur

De la batterie de tir

La Force du miroir

Admirez le pouvoir insigne...

Zone

Enfance

La Chèvre du Thibet

Il y a [des petits ponts épatants...]

L’ombre de la très douce...

La Porte

Les Collines

Vitam impendere amori

Les villes sont pleines d’amour et de douleur...

Orphée : Que ton cœur soit l’appât et le ciel, la piscine !...

Le Phoque

Vous êtes un verger plein de tentations...

Venez venez fillettes...

Allons plus vite

Mai

Signe

Mon Lou ma chérie Je t’envoie...

Le Bœuf

Mon cœur j’ai regardé longtemps ce soir...

Oriande

Automne malade

Le Cheval

Les Fenêtres

La Tortue

Hôtels

Je pense à toi mon Lou ton cœur est ma caserne...

Guirlande de Lou

La nudité des fleurs c’est leur odeur charnelle...

La Souris

Le Dromadaire

L’Adieu

Montparnasse

Mon destin ô Marie est de vivre à vos pieds

Le Vent nocturne

Poème lu au mariage d’André Salmon

Saltimbanques

Carte postale à Jean Royère...

Loin du pigeonnier

Orphée : Admirez le pouvoir insigne...

La Jolie Rousse

Dans le jardin d’Anna

Le Mendiant

La Dame

Un oiseau chante

Tu te souviens, Rousseau, du paysage astèque...

L’Assassin

L’hiver revient mon âme est triste...

Vous dont je ne sais pas le nom ô ma voisine...

Le Chant d’amour

Avenir

Parce que tu m’as parlé de vice...

Voici le cercueil...

La Méduse

Vers le Sud

Chanson : Je suis la rose...

L’Émigrant de Landor Road

Le Trésor

Gratitude

Au soleil j’ai sommeil...

Annie

Quatre jours mon amour pas de lettre de toi...

Vendémiaire

Onirocritique

Fumées

L’anémone a fleuri dans le nom d’Archangel...

Veille

Per te praesentit aruspex

Rosemonde

Inscription pour le tombeau du peintre Henri Rousseau douanier

Le Chat

Marie

Adieu

Rêverie sur ta venue

Si je mourais là-bas...

L’Éléphant

Madeleine

J’écris tout seul à la lueur tremblante...

La Colombe poignardée et le Jet d’eau

Réclame pour la maison Walk over

La Boucle retrouvée

Regardez cette troupe infecte...

C’est

L’Avenir

Je t’adore mon Lou et par moi tout t’adore...

Automne

Aquarelliste

Les statues endormies qui rêvent toutes blanches...

La Mouche

L’Ermite

Orphée : Regardez cette troupe infecte...

Aussi bien que les cigales

Fête

Bleuet

Saillant

Les Colchiques

Les Grenadines repentantes

Carte postale

L’adieu du cavalier

Guerre

Je suis la rose...

Fusée

Que ton coeur soit l’appât et le ciel, la piscine !...

La Grenouillère

Train militaire

Éventails des saveurs

Chef de section

Reconnaissance

Lul de Faltenin

Océan de terre

Les moutons noirs des nuits d’hiver...

Au ciel

Ma Lou je coucherai ce soir dans les tranchées...

L’Écrevisse

La Mandoline l’œillet et le bambou

La Grâce exilée

Un rossignol en mal d’amour...

Ô Lou ma très chérie...

Merlin et la vieille femme

Mon très cher petit Lou je t’aime...

Photographie

Le Brasier

Sur les prophéties

Les Femmes

Le Lion

Chevaux de frise

Paris

C’est Lou qu’on la nommait

La femelle de l’alcyon...

Le Départ

Tour

Trente ans debout à la frontière...

Orphée : La femelle de l’alcyon...

La Clef

Léo Larguier soldat mystique ô brancardier...

Le Larron

C’est une nuit d’orage...

Crépuscule

Les Feux du bivouac

Au prolétaire

Crépuscule : Ruines au bord du vieux Rhin...

Venu de Dieuze

Liens

La Chenille

Nuit rhénane

La Cueillette

À l’Italie

Vais acheter une cravache...

L’Enfer

Arbre

Oracles

Beaux fruits défendus...

Le Dauphin

La Carpe

Tristesse d’une étoile

Clair de lune

Les Doukhobors

Cors de chasse

Ombre

En allant chercher des obus

L’Espionne

Hyde Park

La Victoire

Le Repas

La Nuit d’avril 1915

Cortège

La Vierge à la fleur de haricot à Cologne

Chant de l’horizon en Champagne

Je suis au bord de l’océan sur une plage...

Mes pauvres yeux sont pleins de vous...

Les Soupirs du servant de Dakar

La Maison des morts

Dame à la servante

Les Fiançailles

Dans l’abri-caverne

1909

Acousmate : Paix sur terre...

Ballade : La châtelaine pâle a dit...

Lettre-poème : Beaux fruits défendus...

Schinderhannes

Les Attentives

Le Serpent

Voyage

Chapeau-tombeau

Exercice

Paysage

Votre nom très païen, un peu prétentieux...

Lundi rue Christine

Adieux

Sonnet du huit février 1915

L’Amour

Je vis un soir la zézayante...

La Fuite

Funérailles

Il pleut

La Chanson du Mal-Aimé

Lettre-poème : Mes pauvres yeux sont pleins de vous...

Le Palais du tonnerre

Mon Lou la nuit descend tu es à moi je t’aime...

Un soir

Amour-Roi dites-moi...

Sanglots

Ô naturel désir pour l’homme être roi...

Le Suicidé

Salomé

Le ciel est étoilé par les obus des Boches...

C’est l’hiver et déjà j’ai revu des bourgeons...

Marizibill

Ruines au bord du vieux Rhin...

La Puce

Le Musicien de Saint-Merry

Merveille de la guerre

La nuit descend...

Scène nocturne du 22 avril 1915

Les Saisons

S P...

La Synagogue

Refus de la colombe

Chantre

Et prends bien garde aux Zeppelins...

Paix sur terre...

 


 
 

I


 
Le ciel est étoilé par les obus des Boches
La forêt merveilleuse où je vis donne un bal
La mitrailleuse joue un air à triples croches
[...]

[lire le poème...]

Train militaire


 
Nous marchons nous marchons d’un immobile pas
Nous buvons au bidon à la fin du repas
Le dernier arbre en fleurs qu’avant Dijon nous vîmes
(Car c’est fini les fleurs des environs de Nîmes)
Était tout rose ainsi que tes seins virginaux
[...]

[lire le poème...]


Parmi le tan et le plantain
Et les ruines légendaires
Chaque richard stavelotain
Ingurgitant diverses bières
Et comptant les jours révolus
En bon bourgeois songe aux affaires
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Déposé par Gardien des Albatros le 14 décembre 2017 à 10h33

Le titre est Cors de chasse : http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=apollinaire/cors-de-chasse

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par GAGNAIRE le 13 décembre 2017 à 09h32

Bravo pour votre site !
regrets pour Apollinaire dans "Alcool" :

Notre histoire est noble et tragique
Comme le masque d’un tyran
Nul drame hasardeux ou magique
Aucun détail indifférent
Ne rend notre amour pathétique

Et Thomas de Quincey buvant
L’opium poison doux et chaste
A sa pauvre Anne allait rêvant
Passons passons puisque tout passe
Je me retournerai souvent

Les souvenirs sont cors de chasse
Dont meurt le bruit parmi le vent

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz