Jean-Baptiste Chassignet

(1570 ?-1635 ?)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

À beaucoup de danger est sujette la fleur...

Archimède abusé, pendant que tu t’abuse...

Assieds-toi sur le bord d’une ondante rivière...

Celui quiconque apprend à mourir constamment...

Ce que tu vois de l’homme, homme, l’homme n’est pas...

Comme petits enfants d’une larve outrageuse...

Compte les ans, les mois, les heures et les jours...

Désormais éloigné du monde injurieux...

Est-il rien de plus vain qu’un songe mensonger...

Le malade affligé de la pâle jaunisse...

Le tracassant Veneur communément méprise...

L’enfance incontinent meurt devant la jeunesse...

L’Enfance n’est sinon qu’une stérile fleur...

Mortel pense quel est dessous la couverture...

Nos corps aggravantés sous le poids des tombeaux...

Notre vie est semblable à la lampe enfumée...

Nous n’entrons point d’un pas plus avant en la vie...

N’est-ce pas la raison que le profit redonde...

Quand le fruit est vieilli, la feuille ternissante...

Quelquefois les chevaux vont caparaçonnés...

Qu’est-ce de votre vie ? une bouteille molle...

Si le simple enfançon, et le fol irrité...

Si tu meurs en jeunesse, autant as-tu goûté...

Tantôt la crampe aux pieds, tantôt la goutte aux mains...

Toute chose aisément retourne à sa nature...

Va par les carrefours des places désolées...

Vous quiconque alléchés des voluptés charnelles...

Vu que tous étaient morts, un seul est mort pour tous...

 


L’Enfance n’est sinon qu’une stérile fleur,
La jeunesse qu’ardeur d’une fumière vaine,
Virilité qu’ennui, que labeur, et que peine,
Vieillesse que chagrin, repentance, et douleur ;
 
Nos jeux que déplaisirs, nos bonheurs que malheur,
[...]

[lire le poème...]


Celui quiconque apprend à mourir constamment
Désapprend à servir, et n’y a violence,
Torture, ni prison dont l’extrême souffrance
Rompe de ses desseins le stable fondement.
 
Méditer à la mort, c’est le commencement
[...]

[lire le poème...]


 
Quelquefois les chevaux vont caparaçonnés
De drap d’or et d’argent, richesse inestimable ;
Toutefois, arrivés en la fumante étable,
On leur ôte l’habit duquel ils sont ornés.
 
[...]

[lire le poème...]


 
Est-il rien de plus vain qu’un songe mensonger,
Un songe passager vagabond et muable ?
La vie est toutefois au songe comparable
Au songe vagabond muable et passager :
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz