Charles Cros

(1842-1888)

Recueils (ou ensembles) complets

1873 : Le Coffret de santal (revu en 1879)

1908 : Le Collier de griffes (posthume)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À grand-papa

À la mémoire de Gambetta

À la plus belle

Almanach

À M. Haussmann

À Madame ***

À ma femme endormie

Aquarelle

L’Archet

À travers la forêt des spontanéités...

À tuer

Au café

Au milieu du sang, au milieu du feu...

À une attristée d’ambition

À une chatte

À une jeune fille

À un Page bleu de la Reine Ysabeau

Au plus grand nombre je déplais...

Aux femmes

Aux imbéciles

Avec un ruban peint

Avenir

 

Ballade de la ruine

Ballade des mauvaises personnes

Ballade des souris

Ballade du dernier amour

Banalité

Bénédiction

Berceuse : Endormons-nous, petit chat noir...

Berceuse : Il y a une heure bête...

Bibelots d’emplois incertains...

Bien que Parisienne en tous points, vous avez...

La Blessée

Bois frissonnants, ciel étoilé...

Bonne fortune

Brave homme

Le But

 

Le Caillou mort d’amour

Caresse

Ceux qui dédaignent les amours...

Chanson de la côte

La Chanson de la plus belle femme

Chanson de route Arya

La Chanson des Hydropathes

Chanson des peintres

Chanson des sculpteurs

Chant éthiopien

Cœur simple

Coin de tableau

Comme tu souffres, mon pays...

Conclusion

Conquérant

Conseil

Le Crapaud

Croquis de dos

Croquis d’hospitalité

Croquis

Cueillette

 

La Dame en pierre

Dans la clairière

Délabrement

Déserteuses

Destinée

Diamant enfumé : Folle d’abord...

Diamant enfumé : Il est des diamants aux si rares lueurs...

Distrayeuse

Don Juan

Drame

 

École buissonnière

Effarement

Elle s’est endormie un soir, croisant ses bras...

En cour d’assises

Endormons-nous, petit chat noir...

Époque perpétuelle

L’Été

Évocation

Excuse

Exquis musicien, devant son chevalet...

 

Fiat Lux

Le Fleuve

Folle d’abord...

 

Gagne-petit

Galatée et Pygmalion

Les Gens de lettres

 

Le Hareng Saur

L’Heure froide

Heures sereines

L’Heure verte

Hiéroglyphe

 

Ignorante ou plutôt dédaigneuse des maux...

Il est des diamants aux si rares lueurs...

Il y a des moments où les femmes sont fleurs...

Il y a la fleur, il y a la femme...

Il y a une heure bête...

Indignation

In morte vita

Inscription

Insomnie

Insoumission

Intérieur

 

Je crois que Mantegna vous a faite en peinture...

Je ne vous ferai pas de vers...

Je sais faire des vers perpétuels. Les hommes...

Je suis un homme mort depuis plusieurs années...

Jeune homme

Je voudrais, en groupant des souvenirs divers...

Le Journal de l’avenir

Jours d’épreuve

J’ai bâti dans ma fantaisie...

J’ai peur de la femme qui dort...

 

Les Langues

La robe de laine a des tons d’ivoire...

Lassitude

Le casque de velours, qui de plumes s’égaie...

Lendemain

Lento

Le rossignol se plaint dans la ramure noire...

Les saphirs durs et froids, voilés par la buée...

Liberté

Lilas

Li-taï-pé

L’aurore naît et la mort vient...

 

Madrigal : Mes vers, sur les lames d’ivoire...

Madrigal viol

Madrigal

Malgré tout

Matin

Maussaderie

Mémento

Mes vers, sur les lames d’ivoire...

Le Meuble

Moi, je vis la vie à côté...

Morale : Orner le monde avec son corps, avec son âme...

Morale : Sur des chevaux de bois enfiler des anneaux...

 

Noceur

Nocturne : Bois frissonnants, ciel étoilé...

Nocturne : Le rossignol se plaint dans la ramure noire...

Novembre

 

L’Orgue

Orner le monde avec son corps, avec son âme...

 

Paquita

Paroles d’un miroir à une belle dame

Paroles perdues

Paysage

Phantasma

Pituite

Plainte

Pluriel féminin

Possession

Préface : Au plus grand nombre je déplais...

Préface : Bibelots d’emplois incertains...

Profanation

Promenade

Le Propriétaire

 

Quatorze vers à Victor Hugo

Les Quatre Saisons

 

Rancœur lasse

Réconciliation

Rendez-vous

Réponse

Résipiscence

Rêve

Révolte

Romance

Ronde flamande

Roses et muguets

 

Sachant qu’Elle est futile, et pour surprendre à l’aise...

Saint Sébastien

Scène d’atelier : Exquis musicien, devant son chevalet...

Scène d’atelier : Sachant qu’Elle est futile, et pour surprendre à l’aise...

Scherzo

La Science de l’amour

Six tercets

Soir éternel

Soir

Songe d’été

Sonnet : À travers la forêt des spontanéités...

Sonnet : Bien que Parisienne en tous points, vous avez...

Sonnet : Ignorante ou plutôt dédaigneuse des maux...

Sonnet : Il y a des moments où les femmes sont fleurs...

Sonnet : Je crois que Mantegna vous a faite en peinture...

Sonnet : Je ne vous ferai pas de vers...

Sonnet : Je sais faire des vers perpétuels. Les hommes...

Sonnet : Je voudrais, en groupant des souvenirs divers...

Sonnet : J’ai bâti dans ma fantaisie...

Sonnet : J’ai peur de la femme qui dort...

Sonnet : La robe de laine a des tons d’ivoire...

Sonnet : Les saphirs durs et froids, voilés par la buée...

Sonnet : Moi, je vis la vie à côté...

Sonnet : Vent d’été, tu fais les femmes plus belles...

Sonnet à Mme Fanny A. P.

Sonnet astronomique

Sonnet cabalistique

Sonnet d’Oaristys

Sonnet madrigal

Sonnet métaphysique

Souvenir d’avril

Sultanerie

Supplication

Sur des chevaux de bois enfiler des anneaux...

Sur la femme

Sur un éventail

Sur un miroir

 

Tableau de sainteté

Tableau

Tant pis pour la vertu ! Polichinelle ivrogne...

Testament

Toute la semaine

Transition

Triolets fantaisistes

Trois quatrains : Au milieu du sang, au milieu du feu...

Trois quatrains : Le casque de velours, qui de plumes s’égaie...

Tsigane

 

Un immense désespoir...

 

Le Vaisseau-piano

Valse

Vanité sous-marine

Vent d’été, tu fais les femmes plus belles...

Vers amoureux

Vertige

La Vie idéale

Villégiature

La Vision du grand canal royal des Deux Mers

Vision

Vocation

Vue sur la cour

 


 
Comme tu souffres, mon pays,
Ô lumineuse, ô douce France,
Et tous les peuples ébahis
Ne comprennent pas ta souffrance.
 

[lire le poème...]

La Science de l’amour


 

Très jeune, j’eus une belle fortune et le goût de la science. Non de cette science en l’air qui, prétentieuse, croit pouvoir créer le monde de toutes pièces et voltige dans l’atmosphère bleue de l’imagination. J’ai pensé toujours, d’accord avec la cohorte serrée des savants modernes, que l’homme n’est qu’un sténographe des faits brutaux, qu’un secrétaire de la nature palpable ; que la vérité conçue non dans quelques vaines universalités, mais dans un volume immense et confus, n’est abordable partiellement qu’aux gratteurs, rogneurs, fureteurs, commissionnaires et emmagasineurs de faits réels, constatables, indéniables ; en un mot qu’il faut être fourmi, qu’il faut être ciron, rotifère, vibrion, qu’il faut n’être rien ! pour apporter son atome dans l’infinité des atomes qui composent la majestueuse pyramide des vérités scientifiques. Observer, observer, surtout ne jamais penser, rêver, imaginer ; voilà les splendeurs de la méthode actuelle.

[...]

[lire le poème...]


 
Ceux qui dédaignent les amours
        Ont tort, ont tort,
Car le soleil brille toujours ;
        La Mort, la Mort
Vient vite et les sentiers sont courts.
 

[lire le poème...]

À tuer


 
Voici venir le printemps vague.
Je veux être belle. Une bague
Attire à ma main ton baiser.
 
Aime-moi bien ! Aime-moi toute.
Surtout jamais, jamais de doute.
Ta fureur ? Je vais l’apaiser.
 
J’ai mal fait. — Mais ne sois pas triste,
Enterre-moi sous la batiste.
Je meurs ! des coussins, des coussins !
 
À présent je serai bien sage
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Squеlеttе (Vеrlаinе)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz