Charles Van Lerberghe

(1861-1907)

Recueil complet

1904 : Chanson d'Ève

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Ah ! combien d’heures blondes...

Apprends-moi, dis-je, qui tu es, Azraël...

L’Attente

Au bois dormant

Au cœur solitaire du bonheur...

Au long des eaux pâles, dans ces vallées...

 

La Barque d’or

 

Cachée en ce beau lit de branches et de feuilles...

Ce rire de lumière...

Ce soir, à travers le bonheur...

Comme Dieu rayonne aujourd’hui...

Comme elle chante...

Comme une branche d’aubépine...

C’est dans ce silence enchanté...

C’est de leurs voix que j’ai redit...

C’est en toi, bien-aimé, que j’écoute...0

C’est le premier matin du monde...

 

Dans ma prière du matin...

Dans son jardin caché de roses et de silence...

Dans un parfum de roses blanches...

De ces terrasses où, le soir, il flotte encor...

De mon mystérieux voyage...

Du fond des eaux, qui nous appelle ?...

D’entre les roses de l’aurore...

 

Elle dort dans l’ombre des branches...

Elle songe près des fontaines...

Elle s’avance, comme je viens...

En quel silence frémissant...

En robe de pâle clarté...

Entre les biches et les daims...

Est-ce son souffle dont je frissonne...

Et je revis auprès de l’Arbre merveilleux...

Et je vis à l’entrée...

Et je vous salue, ô mes Sons...

Et je vous suis, de mon cri, dans l’orage...

Ève pleurait. Ses mains cachaient sa tête pâle...

 

Ferme-toi, cercle enchanté...

 

Il est des heures où je leur dis —...

Il luit dans l’ombre...

Ils font à tous mes rêves...

 

Je l’ai cueilli ! je l’ai goûté...

Je l’ai prise dans mes bras...

Je l’ai tué, je l’ai tué !...

Je me suis cachée...

Je voudrais te la dire...

J’ai traversé l’ardent buisson dont le feuillage...

 

La douce nuit vers elle est venue...

La Poussière m’a dit : Tu es poussière...

Le sais-tu encore...

Le Seigneur a dit à son enfant :...

L’ange de l’étoile du matin...

L’aube blanche dit à mon rêve :...

L’herbe est molle et profonde...

L’onde tremble comme une moire...

 

Mais comment vous comprendre et comment vous nommer...

Ma sœur la Pluie...

Mes sœurs des fontaines...

Mets sur mon front...

Mon âme atteint ce qu’elle chante...

Mon âme sois joyeuse !...

 

Ne suis-je vous, n’êtes-vous moi...

Nous voici. Dans le ciel naît l’aurore nouvelle...

 

Ô beau rosier du Paradis...

Ô blanche fleur des airs...

Ô dieu, sois donc béni !...

Ô Dieu ! qui donc est là...

Ô Fleurs, âmes légères...

Oh ! de grâce, fleur que je cueille...

Ô Lumière...

Ô ma parole...

Ô mer splendide de clarté qui chantes...

Ô mes anges, les Flammes...

Ô mes anges, les Ondes...

Ô mort, poussière d’étoiles...

Or, Vénus, une nuit, vint m’apporter des roses...

Oui, le jour luit encore, et j’entends...

 

Par cette porte de lumière...

Pardonne-moi, ô mon Amour...

Parfois, ils viennent près de moi...

Pourquoi, mes anges, m’éveillez-vous ?...

Pourquoi mes anges ont-ils fui ?...

 

Quand vient le soir...

Que tu es simple et claire...

Qu’elle repose douce et sereine...

Qu’il vient doucement sur la terre...

 

Regarde au fond de nous : nous sommes l’Émeraude...

Roses ardentes...

 

Si tu veux les voir, m’a dit une Fée...

Sois absous par ma bouche...

Songe

Suis-moi, suis-moi...

Sur mon fleuve il danse...

 

Tandis que tu reposes sur mon cœur...

Toutes blanches et toutes d’or...

Tu n’es donc plus, Esprit, qui viens de mourir !...

 

Une aube pâle emplit le ciel triste ; le Rêve...

Un silence se fit dans le déclin du jour...

 

Veilles-tu, ma senteur de soleil...

Vers le soleil s’en vont ensemble...

Voici qu’ils éclatent...

Vous m’enseignerez la douceur...

 


 
« Du fond des eaux, qui nous appelle ? Est-ce toi, Lune,
Qui sur l’écume d’or danses comme une plume
D’oiseau de paradis ? Est-ce toi, Brise, aux ailes
Si pâles dans le soir, ô Brise aux ailes bleues,
[...]

[lire le poème...]


Au long des eaux pâles, dans ces vallées
De lune et de saules argentées,
Au bleu crépuscule, deux à deux,
Une main sur l’épaule,
Ou seules,
De lentes Ombres se promènent :
[...]

[lire le poème...]


 
                Ô mes anges, les Flammes,
Ô mes souffles de feu, qui résonnez dans l’air,
Qui dansez et chantez en vos robes légères
                D’étoiles et d’éclairs ;
                Vers vous aussi mon âme
                S’élance avec ardeur,
                Et mon rire qui brille,
                Ô mes filles, mes sœurs !
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Lа rоbе dе lаinе а dеs tоns d’ivоirе...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lа Siеstе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе qui dе sоn сhеf lеs étоilеs pаssаit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz