Tristan Derème

(1889-1941)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

Ah ! jeter les filets crevés, les hameçons...

Allez et que l’amour vous serve de cornac...

À quoi bon te chercher, gloire, vieille étiquette !...

L’Auberge béarnaise

Aux soirs mornes, devant la table d’un café...

 

Celui qui partira loin de la ville, qu’il le...

Ce sera la maison blanche avec un arbuste...

Ce soir de septembre où je suis...

Cette grande chambre et ce lit défait...

Chambre d’hôtel morose et vide. Un œillet penche...

Chambre d’hôtel où flotte une odeur de benzine...

Comme j’allais, couvert de la poussière du voyage...

C’est février, le mois des chattes et du givre...

 

Dans l’odeur des œillets, du fenouil et du buis...

Débouchons l’encrier et, du titre à la table...

Délaissons, s’il te plaît, Baruch de Spinoza...

Droite, dans la candeur des voiles, à l’orée...

D’allégresse vibrant de la nuque au talon...

 

Elle disait : Le bonheur vient on ne sait d’où...

En l’honneur de ton nom je veux sonner du luth...

 

Girouette, tu peux crier sur les ardoises...

 

Je dirai pour l’instruction des biographes...

J’ai laissé de mon cœur tout le long du chemin...

J’avais toujours rêvé d’éternelles amours...

J’exprimais autrefois d’une façon morose...

 

La chaleur tout le jour a rougi le vignoble...

La porte du jardin donne sur la ruelle...

Le jardin bourdonnait de soleil et d’essors...

Le Passé maugréait et frappait à la porte...

Les bouleaux du matin sous quoi tu te recueilles...

Les jours sont plats comme des soles...

Les souvenirs ce soir vibrent comme des mouches...

Le temps est achevé des cris et des tempêtes...

Lève le nez, ferme ton livre et ton pupitre...

 

Maintenant que la neige a blanchi la maison...

Maisons rouges, pavés brûlés, feuillages bleus...

Mon Dieu, madame, il faut nous consoler...

Mon espérance était tombée...

 

Ni les roses, ni l’air morose que tu siffles...

Nous nous taisons. Le vent balance...

 

Ô vous qui par le bout du nez me conduisîtes...

 

Pélops, par l’épaule d’ivoire...

Le Poisson rouge

Puisque dans cette chambre où l’amour triompha...

Puisque je suis assis sous ce pin vert et sombre...

 

Quand tu m’auras quitté (ne lève pas les bras)...

Que de fois j’ai souri pour te cacher mes larmes !...

Que mes poèmes soient étranges...

 

Regarde. La glycine a jauni sur la porte...

Regarde le jardin abandonné, le banc...

 

Si tu as bu le vin suprême des idées...

 

Terrible passion, voici que tu m’exiles...

Tes bras ont une courbe adorable et malgré que...

Toi, tu ris, tu te renverses...

Triste, à côté du chien et du chat, j’ai chauffé...

Tu parus. Mais les doigts posés sur le loquet...

T’en souviens-tu (comme on écrit dans les romances)...

 

Une pie de neige et d’ébène...

 

Va ! tu n’es qu’une femme, une fleur vide, rien !...

Vieille arquebuse entre les vieilles arquebuses...

Vous Carco, Pellerin, Vérane et vous Jean-Marc...

 



Que mes poèmes soient étranges
Et qu’on les raille et leur auteur,
Cela m’est peu, car les louanges
Ne sont pas chères à mon cœur,
 
Hors celles de quelques poètes
Au cœur fervent, au regard pur,
Et qui nagent, blanches mouettes,
Dans les ténèbres et l’azur.
 
Ma vie en silence s’écoule,
C’est pour peu d’hommes que j’écris,
[...]

[lire le poème...]


T’en souviens-tu (comme on écrit dans les romances)
t’en souviens-tu, de ce dimanche des dimanches
où nous avons erré sous les mornes platanes
après l’azur et la poussière et la chaleur ?
 
[...]

[lire le poème...]


Ah ! jeter les filets crevés, les hameçons,
Les livres. Devenir un de ces bons garçons
Sans tristesse, railleurs des barbons à catarrhe,
Qui le soir lancent des chansons sur leur guitare
Et dont l’âme aux exploits amoureux se complaît.
[...]

[lire le poème...]


Le temps est achevé des cris et des tempêtes ;
Aimons-nous aujourd’hui sans tambours ni trompettes ;
Et les étalons blancs qui piaffent dans la cour
Nous les mettrons à l’écurie. Ô mon amour,
Suis-moi ; nous mènerons le troupeau noir des chèvres.
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Αmаnt : «Εntrеr dаns lе bоrdеl...»

Βаudеlаirе : Lа Μоrt dеs Ρаuvrеs

Vаuсаirе : Νоtrе divin mоdèlе

Μérаt : Ρауsаgе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : Lеs Dеmоisеllеs d’аutrеfоis

Villоn : Lе Lаis

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Rоsеs dаns lа nuit

Μussеt : «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...»

Соuсhоud : «D’unе mаin еllе bаt lе lingе...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Jоuу : Lа “Vеuvе”

Сhаmbriеr : Lеs Ιgnоrés

Βérаngеr : Lеs Quаtrе Âgеs histоriquеs

Du Βеllау : «Jе n’éсris pоint d’аmоur, n’étаnt pоint аmоurеuх...»

Léоnаrd : Lеs Rеgrеts

Βruаnt : J’suis dаns l’Βоttin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur lа résurrесtiоn dе Νоtrе Sеignеur (Gоdеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Οupаviа sur Sоnnеt d’аutоmnе (Βеаuliеu)

De Сurаrе- sur Dеvаnt lе fеu (Νеlligаn)

De Sоlаirе sur Sur lе Βаlсоn (Vеrlаinе)

De Lа Μusérаntе sur «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...» (Viоn Dаlibrау)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz