Antoinette Deshoulières

(1638-1694)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

Vers allégoriques à ses enfants

Dans ces lieux fortunés qu’est-ce qui vous rappelle...

Déclaration

Venez, petits oiseaux, c’est moi qui vous appelle...

Air : Suivi des rossignols, des zéphyrs, des amours...

Ne pourrais-je donc point connaître

Sur le même ouvrage

Sonnet burlesque sur la Phèdre de Racine

Dieux ! qu’est-ce que je sens d’inquiet et de tendre ?...

Aimables habitants de ce naissant feuillage...

Les Fleurs

L’hiver

De quels aveuglements sont frappés les humains !...

Idylle : Tombeau dont la vue empoisonne...

Suivi des rossignols, des zéphyrs, des amours...

Alcidon contre sa bergère...

L’Oranger à Madame ***

Ores est temps de vous donner conseil...

Agréables transports qu’un tendre amour inspire...

Air : Triomphez, aimable printemps...

Taisez-vous, tendres mouvements...

Dans un bois sombre et solitaire...

Tombeau dont la vue empoisonne...

Air : L’aimable printemps fait naître...

Rien, rien ne peut égaler mon ennui...

Air : Venez, petits oiseaux, c’est moi qui vous appelle...

Ballade : Votre bonne foi m’épouvante...

Le Ruisseau

Au Révérend Père Bouhours

Contre l’amour voulez-vous vous défendre ?...

Air : Rien, rien ne peut égaler mon ennui...

Ballade des ’Amants à caution’

Madrigal : Dans ces lieux fortunés qu’est-ce qui vous rappelle...

Caprice

Madrigal : Alcidon contre sa bergère...

Réflexions sur la mort

Les Moutons

Chanson : Soyons toujours inexorable...

La Solitude

Votre bonne foi m’épouvante...

Stances : Dieux ! qu’est-ce que je sens d’inquiet et de tendre ?...

Chanson : Ah ! que je sens d’inquiétude !...

Les Oiseaux

Eh ! que te sers, amour, de me lancer des traits ?...

Rondeau : Taisez-vous, tendres mouvements...

Rondeau : Contre l’amour voulez-vous vous défendre ?...

Air : Dans un bois sombre et solitaire...

Chanson : Revenez, charmante verdure...

Revenez, charmante verdure...

Air : Qu’est devenu cet heureux temps...

Triomphez, aimable printemps...

L’aimable printemps fait naître...

Ah ! que je sens d’inquiétude !...

Chanson : Pourquoi me reprocher, Sylvandre...

Stances : Eh ! que te sers, amour, de me lancer des traits ?...

Iris sur la fougère...

Épître chagrine à Mlle de La Charce (1685)

Air : Iris sur la fougère...

Pourquoi me reprocher, Sylvandre...

Qu’est devenu cet heureux temps...

Stances : Agréables transports qu’un tendre amour inspire...

Air : Aimables habitants de ce naissant feuillage...

Soyons toujours inexorable...

Ode à Climène

Ballade : Ores est temps de vous donner conseil...

Entre deux draps...

 
Stances


 
Agréables transports qu’un tendre amour inspire,
Désirs impatients, qu’êtes-vous devenus ?
Dans le cœur du berger pour qui le mien soupire
              Je vous cherche, je vous désire,
[...]

[lire le poème...]

Sur le même ouvrage


 
On voit, par le recueil qu’il vient de mettre au jour,
Qu’il lit et prose et vers de folie et d’amour ;
Cela vaut beaucoup mieux que de prendre la peine
          De débrouiller saint Augustin,
Le dur Tertullien et l’obscur Origène.
[...]

[lire le poème...]

Au Révérend Père Bouhours

sur son livre de l’Art de bien penser sur les ouvrages d’esprit (1687)


          Dans une liste triomphante
De célèbres auteurs que votre livre chante,
          Je ne vois point mon nom placé.
À moi, n’est-il pas vrai ? vous n’avez point pensé.
[...]

[lire le poème...]

Les Fleurs


 
          Que votre éclat est peu durable,
      Charmantes fleurs, honneur de nos jardins !
Souvent un jour commence et finit vos destins,
          Et le sort le plus favorable
Ne vous laisse briller que deux ou trois matins.
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Klingsоr : Lе Νаin

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

Lаfоrguе : Dаns lа ruе

Sаtiе : Lе Τrаînеаu

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Sсènе d’аtеliеr : «Sасhаnt qu’Εllе еst futilе, еt pоur surprеndrе à l’аisе...» (Сrоs)

De Jаdis sur Sоnnеt bоuts-rimés (Gаutiеr)

De Jаdis sur Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs (Rоllinаt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz