Constant Dubos

(1768-1845)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À Caecilianus : Cent épigrammes sans dormir !...

À Caecilianus : Quand ta femme de près n’était pas observée...

À Céler : D’un ouvrage que tu composes...

À Fidentinus : Fidentinus, dans mon ouvrage...

À Fidentinus : Tu m’as volé mes vers, et tu te crois poète...

À Flaccus : Ô toi le tendre objet de ma sollicitude...

À Flaccus : Quelle maîtresse je voudrais ?...

À Flaccus sur la sportule : Avec tes cent quadrans...

À Fronton : Toi qui, capitaine, orateur...

À Fuscus : Veux-tu, Fuscus, m’accorder une grâce ?...

À Gallus : Ta maison, cher Gallus, est vaste et magnifique...

À la porte Capène...

Alcime, enfant chéri, qu’à mes embrassements...

À Maximus : Je prétends être libre...

À Olus : Je t’appelais jadis mon maître...

À Quinctianus : Sous ton illustre patronage...

À Quintilien : Ô Vous, dont les leçons...

À Rome, où je ne puis protéger ta faiblesse...

À Rufus : D’où te vient cet air sombre...

À Rufus : Un traiteur, des bains, un barbier...

À Sextus : Je puis te respecter ou t’aimer...

À soixante dîneurs...

À son lecteur : Le voilà cet auteur qui sait pincer et rire...

À son livre : À Rome, où je ne puis protéger ta faiblesse...

À son livre : Mon petit livre, adieu ! pars en leste équipage !...

À son livre : Pars, mon cher livre, et sans retard...

À son livre : Tu vas te rendre à Rome...

Avant de me quitter pour te rendre à la ville...

Avec tes cent quadrans...

À Vélox : Mon style, selon toi...

 

Candide, laisse là ton refrain importun...

Ce lièvre, ce turbot...

Cent épigrammes sans dormir !...

Cinna, dit-on, en vers sur moi...

Côme épouse Thaïs la borgne...

Comme au printemps, l’Hybla...

Contre Cécilianus : Je t’invite à dîner ; à peine as-tu pris place...

Contre Cinna : Cinna, dit-on, en vers sur moi...

Contre Cosmus : Côme épouse Thaïs la borgne...

Contre Fabulle : Hier, à ton dîner, tout était parfumé...

Contre Laelius : Tu critiques mes vers...

Contre Lalagée : Sur trente boucles de cheveux...

Contre Ligurinus : C’est donc uniquement pour me lire tes vers...

Contre Ligurinus : Je ne sais si Phébus...

Contre Ligurinus : Tout le monde te fuit...

Contre Linus : Que peut te rapporter ton champêtre manoir ?...

Contre Lupercus : Te rencontrè-je à mon passage...

Contre l’avare Calenus : Lorsqu’à peine tes revenus...

Contre Mancinus : À soixante dîneurs...

Contre Maximina : Le rire vous sied bien...

Contre Naevia : Ce lièvre, ce turbot...

Contre Naevolus : Comme au printemps, l’Hybla...

Contre Philomuse : Homme sage et de prévoyance...

Contre Posthume : Pourquoi donc tes baisers sont-ils parfumés d’ambre ?...

Contre Sabidius : D’un gâteau trop brûlant...

Contre Scaevole : Oh ! si des Dieux un jour la faveur indulgente...

Contre Sextus : Si, pour environ cent écus...

Contre un envieux : Tu fronces le sourcil aux vers...

Contre un faux riche : Vois-tu ce jeune fat...

Contre un plagiaire

Contre Zoïle : Malgré le luxe dont tu brilles...

C’est donc uniquement pour me lire tes vers...

 

D’où te vient cet air sombre...

D’un gâteau trop brûlant...

D’un ouvrage que tu composes...

 

Faustinus, ce bosquet, ce modeste jardin...

Fidentinus, dans mon ouvrage...

 

Hier, à ton dîner, tout était parfumé...

Homme sage et de prévoyance...

 

Je ne sais si Phébus...

Je prétends être libre...

Je puis te respecter ou t’aimer...

Je t’appelais jadis mon maître...

Je t’invite à dîner ; à peine as-tu pris place...

 

La borgne Lycoris...

La chaste Laevina...

Le rire vous sied bien...

Le voilà cet auteur qui sait pincer et rire...

Lorsqu’à peine tes revenus...

 

Malgré le luxe dont tu brilles...

Mon petit livre, adieu ! pars en leste équipage !...

Mon style, selon toi...

 

Oh ! si des Dieux un jour la faveur indulgente...

Ô toi le tendre objet de ma sollicitude...

Où se vendent ses livres

Ô Vous, dont les leçons...

 

Pars, mon cher livre, et sans retard...

Ponticus, j’ai besoin de votre patronage...

Pourquoi donc tes baisers sont-ils parfumés d’ambre ?...

Près de son cher Fabrice, Aquin gît aujourd’hui...

 

Quand ta femme de près n’était pas observée...

Quelle maîtresse je voudrais ?...

Que peut te rapporter ton champêtre manoir ?...

 

Si, pour environ cent écus...

Sous ton illustre patronage...

Sur Alcimus : Alcime, enfant chéri, qu’à mes embrassements...

Sur Aquin : Près de son cher Fabrice, Aquin gît aujourd’hui...

Sur Bassus : À la porte Capène...

Sur Laevina : La chaste Laevina...

Sur la petite chienne de Publius

Sur Lycoris : La borgne Lycoris...

Sur trente boucles de cheveux...

Sur une salle à manger appelée Diamant

Sur une vipère cachée dans la gueule d’une lionne

Sur un lion

 

Ta maison, cher Gallus, est vaste et magnifique...

Te rencontrè-je à mon passage...

Toi qui, capitaine, orateur...

Tout le monde te fuit...

Tu critiques mes vers...

Tu fronces le sourcil aux vers...

Tu m’as volé mes vers, et tu te crois poète...

Tu vas te rendre à Rome...

 

Un traiteur, des bains, un barbier...

 

Veux-tu, Fuscus, m’accorder une grâce ?...

Vois-tu ce jeune fat...

 

Zoïle, en m’invitant, tu crois combler mes vœux...

 
Contre Ligurinus



Je ne sais si Phébus au festin de Thyeste
A reculé d’horreur ; mais ce que je sais bien,
C’est que, de peur d’ouïr tes vers que je déteste,
Je suis prêt pour jamais de renoncer au tien.
[...]

[lire le poème...]

Sur une vipère cachée dans la gueule d’une lionne



          Près du portique aux cent colonnes,
    Au Platanon, à l’ombre des berceaux,
En bronze figurait, parmi des animaux,
          La plus terrible des lionnes
[...]

[lire le poème...]

À Quinctianus



          Sous ton illustre patronage,
    Quinctianus, je place mon ouvrage ;
Si je puis dire mien un livre qu’aujourd’hui
Un poète impudent affirme être de lui ;
En esclave à sa loi s’il prétend le soumettre,
[...]

[lire le poème...]

Contre Cécilianus



Je t’invite à dîner ; à peine as-tu pris place,
          Qu’à droite, à gauche, ainsi qu’en face,
Tout ce qu’on a servi dans l’instant disparaît,
Tout est raflé. D’un porc la hure et le filet,
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...» (Lе Μоuël)

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz