Constant Dubos

(1768-1845)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À Caecilianus : Cent épigrammes sans dormir !...

À Caecilianus : Quand ta femme de près n’était pas observée...

À Céler : D’un ouvrage que tu composes...

À Fidentinus : Fidentinus, dans mon ouvrage...

À Fidentinus : Tu m’as volé mes vers, et tu te crois poète...

À Flaccus : Ô toi le tendre objet de ma sollicitude...

À Flaccus : Quelle maîtresse je voudrais ?...

À Flaccus sur la sportule : Avec tes cent quadrans...

À Fronton : Toi qui, capitaine, orateur...

À Fuscus : Veux-tu, Fuscus, m’accorder une grâce ?...

À Gallus : Ta maison, cher Gallus, est vaste et magnifique...

À la porte Capène...

Alcime, enfant chéri, qu’à mes embrassements...

À Maximus : Je prétends être libre...

À Olus : Je t’appelais jadis mon maître...

À Quinctianus : Sous ton illustre patronage...

À Quintilien : Ô Vous, dont les leçons...

À Rome, où je ne puis protéger ta faiblesse...

À Rufus : D’où te vient cet air sombre...

À Rufus : Un traiteur, des bains, un barbier...

À Sextus : Je puis te respecter ou t’aimer...

À soixante dîneurs...

À son lecteur : Le voilà cet auteur qui sait pincer et rire...

À son livre : À Rome, où je ne puis protéger ta faiblesse...

À son livre : Mon petit livre, adieu ! pars en leste équipage !...

À son livre : Pars, mon cher livre, et sans retard...

À son livre : Tu vas te rendre à Rome...

Avant de me quitter pour te rendre à la ville...

Avec tes cent quadrans...

À Vélox : Mon style, selon toi...

 

Candide, laisse là ton refrain importun...

Ce lièvre, ce turbot...

Cent épigrammes sans dormir !...

Cinna, dit-on, en vers sur moi...

Côme épouse Thaïs la borgne...

Comme au printemps, l’Hybla...

Contre Cécilianus : Je t’invite à dîner ; à peine as-tu pris place...

Contre Cinna : Cinna, dit-on, en vers sur moi...

Contre Cosmus : Côme épouse Thaïs la borgne...

Contre Fabulle : Hier, à ton dîner, tout était parfumé...

Contre Laelius : Tu critiques mes vers...

Contre Lalagée : Sur trente boucles de cheveux...

Contre Ligurinus : C’est donc uniquement pour me lire tes vers...

Contre Ligurinus : Je ne sais si Phébus...

Contre Ligurinus : Tout le monde te fuit...

Contre Linus : Que peut te rapporter ton champêtre manoir ?...

Contre Lupercus : Te rencontrè-je à mon passage...

Contre l’avare Calenus : Lorsqu’à peine tes revenus...

Contre Mancinus : À soixante dîneurs...

Contre Maximina : Le rire vous sied bien...

Contre Naevia : Ce lièvre, ce turbot...

Contre Naevolus : Comme au printemps, l’Hybla...

Contre Philomuse : Homme sage et de prévoyance...

Contre Posthume : Pourquoi donc tes baisers sont-ils parfumés d’ambre ?...

Contre Sabidius : D’un gâteau trop brûlant...

Contre Scaevole : Oh ! si des Dieux un jour la faveur indulgente...

Contre Sextus : Si, pour environ cent écus...

Contre un envieux : Tu fronces le sourcil aux vers...

Contre un faux riche : Vois-tu ce jeune fat...

Contre un plagiaire

Contre Zoïle : Malgré le luxe dont tu brilles...

C’est donc uniquement pour me lire tes vers...

 

D’où te vient cet air sombre...

D’un gâteau trop brûlant...

D’un ouvrage que tu composes...

 

Faustinus, ce bosquet, ce modeste jardin...

Fidentinus, dans mon ouvrage...

 

Hier, à ton dîner, tout était parfumé...

Homme sage et de prévoyance...

 

Je ne sais si Phébus...

Je prétends être libre...

Je puis te respecter ou t’aimer...

Je t’appelais jadis mon maître...

Je t’invite à dîner ; à peine as-tu pris place...

 

La borgne Lycoris...

La chaste Laevina...

Le rire vous sied bien...

Le voilà cet auteur qui sait pincer et rire...

Lorsqu’à peine tes revenus...

 

Malgré le luxe dont tu brilles...

Mon petit livre, adieu ! pars en leste équipage !...

Mon style, selon toi...

 

Oh ! si des Dieux un jour la faveur indulgente...

Ô toi le tendre objet de ma sollicitude...

Où se vendent ses livres

Ô Vous, dont les leçons...

 

Pars, mon cher livre, et sans retard...

Ponticus, j’ai besoin de votre patronage...

Pourquoi donc tes baisers sont-ils parfumés d’ambre ?...

Près de son cher Fabrice, Aquin gît aujourd’hui...

 

Quand ta femme de près n’était pas observée...

Quelle maîtresse je voudrais ?...

Que peut te rapporter ton champêtre manoir ?...

 

Si, pour environ cent écus...

Sous ton illustre patronage...

Sur Alcimus : Alcime, enfant chéri, qu’à mes embrassements...

Sur Aquin : Près de son cher Fabrice, Aquin gît aujourd’hui...

Sur Bassus : À la porte Capène...

Sur Laevina : La chaste Laevina...

Sur la petite chienne de Publius

Sur Lycoris : La borgne Lycoris...

Sur trente boucles de cheveux...

Sur une salle à manger appelée Diamant

Sur une vipère cachée dans la gueule d’une lionne

Sur un lion

 

Ta maison, cher Gallus, est vaste et magnifique...

Te rencontrè-je à mon passage...

Toi qui, capitaine, orateur...

Tout le monde te fuit...

Tu critiques mes vers...

Tu fronces le sourcil aux vers...

Tu m’as volé mes vers, et tu te crois poète...

Tu vas te rendre à Rome...

 

Un traiteur, des bains, un barbier...

 

Veux-tu, Fuscus, m’accorder une grâce ?...

Vois-tu ce jeune fat...

 

Zoïle, en m’invitant, tu crois combler mes vœux...

 
Sur Bassus



À la porte Capène, à l’endroit où la route
Est humide des pleurs que distille la voûte,
Près du champ qui d’Horace a conservé le nom,
L’Almon coule ses flots consacrés à Cybèle.
[...]

[lire le poème...]

Contre Lupercus



          Te rencontrè-je à mon passage ;
Aussitôt tu me dis : Mon ami, voudrais-tu
Demain par ton valet m’envoyer ton ouvrage,
Que je te renverrai dès que je l’aurai lu ?
[...]

[lire le poème...]

Sur un lion



Un lion, adouci par la captivité,
          Souffrait avec docilité
    Les châtiments infligés par son maître ;
Même sa complaisance allait jusqu’à permettre
          Qu’il promenât en liberté
[...]

[lire le poème...]

À Flaccus



          Quelle maîtresse je voudrais ?
          Trop de facilité me lasse,
          Trop de difficulté me chasse ;
          Je n’aime l’un ni l’autre excès.
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz