Heredia

(1842-1905)

Recueil complet

1893 : Les Trophées

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À Claudius Popelin

À Hermès Criophore

L’Ancêtre

Andromède au monstre

Antoine et Cléopâtre

Après Cannes

Ariane

Armor

Artémis

À Sextius

Au Même

À une Ville morte

À un Fondateur de Ville

À un Triomphateur

Au Tragédien E. Rossi

Aux Montagnes Divines

 

Bacchanale

Le Bain des Nymphes

Le Bain

La Belle Viole

Les Bergers

Blason céleste

Bretagne

Brise marine

 

Carolo Quinto imperante

Centaures et Lapithes

La Centauresse

La Chasse

Le Chevrier

Le Cocher

Les Conquérants de l’or

Les Conquérants

La Conque

Le Coureur

Le Cydnus

 

Le Daïmio

Le Dieu Hêtre

La Dogaresse

 

Émail

Entre donc. Mes piliers sont fraîchement crépis...

L’Épée

Épigramme funéraire

Épigramme votive

Épiphanie

Épitaphe

L’Esclave

L’Estoc

Et la foule grandit plus innombrable encor...

L’Exilée

 

Fleurs de Feu

Fleur séculaire

Floridum Mare

La Flûte

Fuite de Centaures

Les Funérailles

 

Holà, maudits enfants ! Gare au piège, à la trappe...

Le Huchier de Nazareth

 

Jason et Médée

La Jeune Morte

Jouvence

 

Le Laboureur

La lune sur le Nil, splendide et ronde, luit...

Le Lit

Lupercus

 

La Magicienne

Maris Stella

Marsyas

Médaille antique

Médaille

Mer montante

Michel-Ange

Midi. L’air brûle, et sous la terrible lumière...

La Mort de l’Aigle

 

La Naissance d’Aphrodité

Le Naufragé

Némée

Nessus

Nymphée

N’approche pas ! Va-t’en ! Passe au large, Étranger !...

 

L’Oubli

 

Pan

Persée et Andromède

Plus Ultra

Pour le Vaisseau de Virgile

La Prière du Mort

Le Prisonnier

 

Quel froid ! le givre brille aux derniers pampres verts...

 

Le Ravissement d’Andromède

Le Récif de Corail

Regilla

Respecte, ô Voyageur, si tu crains ma colère...

La Revanche de Diego Laynez

Le Réveil d’un dieu

Rêves d’Émail

 

Le Samouraï

Le Serrement de mains

La Sieste

Soir de Bataille

Soleil couchant

La Source

Sphinx

Stymphale

Suivant Pétrarque

Sur le Livre des Amours

Sur le Pont-Vieux

Sur l’Othrys

Sur un Marbre brisé

 

Le Tepidarium

Le Tombeau du Conquérant

Tranquillus

La Trebbia

Le Triomphe du Cid

 

Un Peintre

 

Le Vase

Vélin doré

Vendange

La Vie des Morts

Le Vieil Orfèvre

Villula

Vitrail

Le Vœu

 
La Chasse


 
Le quadrige, au galop de ses étalons blancs,
Monte au faîte du ciel, et les chaudes haleines
Ont fait onduler l’or bariolé des plaines.
La Terre sent la flamme immense ardre ses flancs.
 
[...]

[lire le poème...]


 


N’approche pas ! Va-t’en ! Passe au large, Étranger !
Insidieux pillard, tu voudrais, j’imagine,
Dérober les raisins, l’olive ou l’aubergine
Que le soleil mûrit à l’ombre du verger ?
[...]

[lire le poème...]

Centaures et Lapithes


 
La foule nuptiale au festin s’est ruée,
Centaures et guerriers ivres, hardis et beaux ;
Et la chair héroïque, au reflet des flambeaux,
Se mêle au poil ardent des fils de la Nuée.
 
[...]

[lire le poème...]

Le Naufragé


 
Avec la brise en poupe et par un ciel serein,
Voyant le Phare fuir à travers la mâture,
Il est parti d’Égypte au lever de l’Arcture,
Fier de sa nef rapide aux flancs doublés d’airain.
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 25 avril 2014 à 20h33

« Des collines d’Aghfar, un silence pesant
S’est soudain installé sur l’immense garrigue.
Mais au front des guerriers, c’est le souffle glaçant
D’une peur que fierté ni dignité n’endigue.

Poings serrés, rage au cœur, Eksandar le Persan
Dévisage un par un les cent chefs de la Ligue.
Pas un seul ne soutient son regard menaçant :
Tous ressentent l’ampleur et l’horreur de l’intrigue.

Ainsi donc d’Eksandar le pouvoir est si grand,
Si puissante l’aura que même vieillissant,
Il triomphe des chefs, en dénonçant leur brigue.

Il leur fait éprouver dans leur chair, dans leur sang,
Qu’on peut vaincre parfois même seul contre cent ;
Et que son sang à lui n’est pas du jus de figue. »

https://www.youtube.com/watch?v=cNVZVBxVFkM

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 avril 2014 à 10h30

Odyssée
------------

Au port j’ai débarqué, sans nul fardeau pesant ;
J’ai quitté cette ville aux vénérables digues
Pour marcher sur la route, ainsi qu’un paysan,
Allant vers la montagne envahie de garrigues.

Le vent m’accompagnait d’un murmure apaisant ;
Les chants d’oiseaux faisaient oublier la fatigue.
Parfois, dans la broussaille, on voyait un faisan
Prendre un repas de fruits dont la ronce est prodigue.

De la montagne vient un souffle bienfaisant ;
Du soleil l’éclat baisse, et va s’amenuisant,
Sur l’horizon, déjà, des étoiles naviguent.

Le paysage va se métamorphosant.
Vers minuit, je rejoins ce jardin reposant :
La vigne de mon oncle, où je mangeais des figues.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 26 avril 2014 à 11h37

Un âne un jour sur la garrigue
l’esprit brouillé par la fatigue
succomba-t-en mâchant une feuille de figue
car en fait non c’était de la cigüe

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 octobre 2019 à 11h31

Faisan d’Adam, faisane d’Ève
-------------------------------------

Édéniques oiseaux, plutôt fiers de leur corps,
C’est une vanité qui parfois les égare ;
L’arbre interdit leur plaît, le serpent les effare,
Avec lequel jamais ils ne sont en accord.

Or, sur Adam qui veille et sur Ève qui dort.
S’annonce le malheur que nul fruit ne répare ;
Quittant ce beau jardin pour un monde barbare,
Ils n’ont pas de plaisir à changer de décor.

Le chemin des humains n’est pas jonché de roses,
Il seront occupés à de pénibles choses ;
Mais les faisans viendront en visite, parfois.

Peut-être, ils gagneront des quartiers de noblesse,
Adam sera seigneur, Ève sera princesse ;
Le fils d’un charpentier, bien plus tard, sera roi.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz