Heredia

(1842-1905)

Recueil complet

1893 : Les Trophées

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À Claudius Popelin

À Hermès Criophore

L’Ancêtre

Andromède au monstre

Antoine et Cléopâtre

Après Cannes

Ariane

Armor

Artémis

À Sextius

Au Même

À une Ville morte

À un Fondateur de Ville

À un Triomphateur

Au Tragédien E. Rossi

Aux Montagnes Divines

 

Bacchanale

Le Bain des Nymphes

Le Bain

La Belle Viole

Les Bergers

Blason céleste

Bretagne

Brise marine

 

Carolo Quinto imperante

Centaures et Lapithes

La Centauresse

La Chasse

Le Chevrier

Le Cocher

Les Conquérants de l’or

Les Conquérants

La Conque

Le Coureur

Le Cydnus

 

Le Daïmio

Le Dieu Hêtre

La Dogaresse

 

Émail

Entre donc. Mes piliers sont fraîchement crépis...

L’Épée

Épigramme funéraire

Épigramme votive

Épiphanie

Épitaphe

L’Esclave

L’Estoc

Et la foule grandit plus innombrable encor...

L’Exilée

 

Fleurs de Feu

Fleur séculaire

Floridum Mare

La Flûte

Fuite de Centaures

Les Funérailles

 

Holà, maudits enfants ! Gare au piège, à la trappe...

Le Huchier de Nazareth

 

Jason et Médée

La Jeune Morte

Jouvence

 

Le Laboureur

La lune sur le Nil, splendide et ronde, luit...

Le Lit

Lupercus

 

La Magicienne

Maris Stella

Marsyas

Médaille antique

Médaille

Mer montante

Michel-Ange

Midi. L’air brûle, et sous la terrible lumière...

La Mort de l’Aigle

 

La Naissance d’Aphrodité

Le Naufragé

Némée

Nessus

Nymphée

N’approche pas ! Va-t’en ! Passe au large, Étranger !...

 

L’Oubli

 

Pan

Persée et Andromède

Plus Ultra

Pour le Vaisseau de Virgile

La Prière du Mort

Le Prisonnier

 

Quel froid ! le givre brille aux derniers pampres verts...

 

Le Ravissement d’Andromède

Le Récif de Corail

Regilla

Respecte, ô Voyageur, si tu crains ma colère...

La Revanche de Diego Laynez

Le Réveil d’un dieu

Rêves d’Émail

 

Le Samouraï

Le Serrement de mains

La Sieste

Soir de Bataille

Soleil couchant

La Source

Sphinx

Stymphale

Suivant Pétrarque

Sur le Livre des Amours

Sur le Pont-Vieux

Sur l’Othrys

Sur un Marbre brisé

 

Le Tepidarium

Le Tombeau du Conquérant

Tranquillus

La Trebbia

Le Triomphe du Cid

 

Un Peintre

 

Le Vase

Vélin doré

Vendange

La Vie des Morts

Le Vieil Orfèvre

Villula

Vitrail

Le Vœu

 
Le Lit


 
Qu’il soit encourtiné de brocart ou de serge,
Triste comme une tombe ou joyeux comme un nid,
C’est là que l’homme naît, se repose et s’unit,
Enfant, époux, vieillard, aïeule, femme ou vierge.
 
[...]

[lire le poème...]

Vendange


 
Les vendangeurs lassés ayant rompu leurs lignes,
Des voix claires sonnaient à l’air vibrant du soir
Et les femmes, en chœur, marchant vers le pressoir,
Mêlaient à leurs chansons des appels et des signes.
 
[...]

[lire le poème...]

Le Dieu Hêtre


 


Le Garumne a bâti sa rustique maison
Sous un grand hêtre au tronc musculeux comme un torse
Dont la sève d’un Dieu gonfle la blanche écorce.
La forêt maternelle est tout son horizon.
[...]

[lire le poème...]

À un Triomphateur


 
Fais sculpter sur ton arc, Imperator illustre,
Des files de guerriers barbares, de vieux chefs
Sous le joug, des tronçons d’armures et de nefs,
Et la flotte captive et le rostre et l’aplustre.
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 25 avril 2014 à 20h33

« Des collines d’Aghfar, un silence pesant
S’est soudain installé sur l’immense garrigue.
Mais au front des guerriers, c’est le souffle glaçant
D’une peur que fierté ni dignité n’endigue.

Poings serrés, rage au cœur, Eksandar le Persan
Dévisage un par un les cent chefs de la Ligue.
Pas un seul ne soutient son regard menaçant :
Tous ressentent l’ampleur et l’horreur de l’intrigue.

Ainsi donc d’Eksandar le pouvoir est si grand,
Si puissante l’aura que même vieillissant,
Il triomphe des chefs, en dénonçant leur brigue.

Il leur fait éprouver dans leur chair, dans leur sang,
Qu’on peut vaincre parfois même seul contre cent ;
Et que son sang à lui n’est pas du jus de figue. »

https://www.youtube.com/watch?v=cNVZVBxVFkM

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 avril 2014 à 10h30

Odyssée
------------

Au port j’ai débarqué, sans nul fardeau pesant ;
J’ai quitté cette ville aux vénérables digues
Pour marcher sur la route, ainsi qu’un paysan,
Allant vers la montagne envahie de garrigues.

Le vent m’accompagnait d’un murmure apaisant ;
Les chants d’oiseaux faisaient oublier la fatigue.
Parfois, dans la broussaille, on voyait un faisan
Prendre un repas de fruits dont la ronce est prodigue.

De la montagne vient un souffle bienfaisant ;
Du soleil l’éclat baisse, et va s’amenuisant,
Sur l’horizon, déjà, des étoiles naviguent.

Le paysage va se métamorphosant.
Vers minuit, je rejoins ce jardin reposant :
La vigne de mon oncle, où je mangeais des figues.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 26 avril 2014 à 11h37

Un âne un jour sur la garrigue
l’esprit brouillé par la fatigue
succomba-t-en mâchant une feuille de figue
car en fait non c’était de la cigüe

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 octobre 2019 à 11h31

Faisan d’Adam, faisane d’Ève
-------------------------------------

Édéniques oiseaux, plutôt fiers de leur corps,
C’est une vanité qui parfois les égare ;
L’arbre interdit leur plaît, le serpent les effare,
Avec lequel jamais ils ne sont en accord.

Or, sur Adam qui veille et sur Ève qui dort.
S’annonce le malheur que nul fruit ne répare ;
Quittant ce beau jardin pour un monde barbare,
Ils n’ont pas de plaisir à changer de décor.

Le chemin des humains n’est pas jonché de roses,
Il seront occupés à de pénibles choses ;
Mais les faisans viendront en visite, parfois.

Peut-être, ils gagneront des quartiers de noblesse,
Adam sera seigneur, Ève sera princesse ;
Le fils d’un charpentier, bien plus tard, sera roi.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Fiеz-vоus-у...»

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе Μаriniеr qui plus аgité n’еrrе...» (Lа Gеsséе)

De Сосhоnfuсius sur «À bеаuсоup dе dаngеr еst suјеttе lа flеur...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Frégаtе Lа Sériеusе (Vignу)

De Jаdis sur «Νе ditеs pаs...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur «Dе се rоуаl pаlаis quе bâtirоnt mеs dоigts...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz