Heredia

(1842-1905)

Recueil complet

1893 : Les Trophées

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

Nymphée

Plus Ultra

Jason et Médée

La Source

Sur le Livre des Amours

La Chasse

Brise marine

Le Cydnus

La Trebbia

La Mort de l’Aigle

Le Vœu

L’Ancêtre

La Magicienne

À Sextius

Sur un Marbre brisé

Villula

Le Prisonnier

Mer montante

Le Tepidarium

La Centauresse

Émail

La Sieste

Tranquillus

Maris Stella

Le Vieil Orfèvre

Quel froid ! le givre brille aux derniers pampres verts...

Le Coureur

Après Cannes

Rêves d’Émail

À une Ville morte

Le Dieu Hêtre

Le Tombeau du Conquérant

Au Même

La Vie des Morts

Carolo Quinto imperante

Le Samouraï

Le Vase

Jouvence

Sur le Pont-Vieux

L’Oubli

Sphinx

Michel-Ange

Fuite de Centaures

Némée

À un Fondateur de Ville

Le Bain des Nymphes

Artémis

Le Lit

Respecte, ô Voyageur, si tu crains ma colère...

Épitaphe

L’Estoc

La Revanche de Diego Laynez

Pour le Vaisseau de Virgile

Sur l’Othrys

Vélin doré

Aux Montagnes Divines

L’Exilée

Le Chevrier

La Jeune Morte

Le Huchier de Nazareth

Persée et Andromède

Fleurs de Feu

Pan

Andromède au monstre

À Claudius Popelin

Le Ravissement d’Andromède

La Conque

Épigramme funéraire

La Flûte

Le Naufragé

Au Tragédien E. Rossi

Fleur séculaire

Et la foule grandit plus innombrable encor...

Les Funérailles

Soleil couchant

La Naissance d’Aphrodité

À Hermès Criophore

Lupercus

Le Laboureur

Le Récif de Corail

Médaille antique

Le Serrement de mains

Médaille

La Prière du Mort

Les Bergers

Soir de Bataille

La Dogaresse

Le Daïmio

Centaures et Lapithes

Entre donc. Mes piliers sont fraîchement crépis...

Un Peintre

Le Triomphe du Cid

Vendange

Les Conquérants

Floridum Mare

Les Conquérants de l’or

Armor

La lune sur le Nil, splendide et ronde, luit...

À un Triomphateur

Ariane

Regilla

Stymphale

Épiphanie

Bretagne

Holà, maudits enfants ! Gare au piège, à la trappe...

Marsyas

L’Épée

N’approche pas ! Va-t’en ! Passe au large, Étranger !...

Midi. L’air brûle, et sous la terrible lumière...

Blason céleste

Épigramme votive

Antoine et Cléopâtre

Bacchanale

Le Réveil d’un dieu

Vitrail

L’Esclave

Suivant Pétrarque

Le Cocher

Le Bain

Nessus

La Belle Viole

 
La Jeune Morte


 
Qui que tu sois, Vivant, passe vite parmi
L’herbe du tertre où gît ma cendre inconsolée ;
Ne foule point les fleurs de l’humble mausolée
D’où j’écoute ramper le lierre et la fourmi.
 
[...]

[lire le poème...]

Émail


 
Le four rougit ; la plaque est prête. Prends ta lampe.
Modèle le paillon qui s’irise ardemment,
Et fixe avec le feu dans le sombre pigment
La poudre étincelante où ton pinceau se trempe.
 
Dis, ceindras-tu de myrte ou de laurier la tempe
[...]

[lire le poème...]

Rêves d’Émail


 
Ce soir, au réduit sombre où ronfle l’athanor,
Le grand feu prisonnier de la brique rougie
Exalte son ardeur et souffle sa magie
Au cuivre que l’émail fait plus riche que l’or.
 
[...]

[lire le poème...]

Lupercus


 


Lupercus, du plus loin qu’il me voit : — Cher poète,
Ta nouvelle épigramme est du meilleur latin ;
Dis, veux-tu, j’enverrai chez toi demain matin,
Me prêter les rouleaux de ton œuvre complète ?
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 25 avril 2014 à 20h33

« Des collines d’Aghfar, un silence pesant
S’est soudain installé sur l’immense garrigue.
Mais au front des guerriers, c’est le souffle glaçant
D’une peur que fierté ni dignité n’endigue.

Poings serrés, rage au cœur, Eksandar le Persan
Dévisage un par un les cent chefs de la Ligue.
Pas un seul ne soutient son regard menaçant :
Tous ressentent l’ampleur et l’horreur de l’intrigue.

Ainsi donc d’Eksandar le pouvoir est si grand,
Si puissante l’aura que même vieillissant,
Il triomphe des chefs, en dénonçant leur brigue.

Il leur fait éprouver dans leur chair, dans leur sang,
Qu’on peut vaincre parfois même seul contre cent ;
Et que son sang à lui n’est pas du jus de figue. »

https://www.youtube.com/watch?v=cNVZVBxVFkM

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 avril 2014 à 10h30

Odyssée
------------

Au port j’ai débarqué, sans nul fardeau pesant ;
J’ai quitté cette ville aux vénérables digues
Pour marcher sur la route, ainsi qu’un paysan,
Allant vers la montagne envahie de garrigues.

Le vent m’accompagnait d’un murmure apaisant ;
Les chants d’oiseaux faisaient oublier la fatigue.
Parfois, dans la broussaille, on voyait un faisan
Prendre un repas de fruits dont la ronce est prodigue.

De la montagne vient un souffle bienfaisant ;
Du soleil l’éclat baisse, et va s’amenuisant,
Sur l’horizon, déjà, des étoiles naviguent.

Le paysage va se métamorphosant.
Vers minuit, je rejoins ce jardin reposant :
La vigne de mon oncle, où je mangeais des figues.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 26 avril 2014 à 11h37

Un âne un jour sur la garrigue
l’esprit brouillé par la fatigue
succomba-t-en mâchant une feuille de figue
car en fait non c’était de la cigüe

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Guitаrе : «Vоus qui vаlsеz се sоir...»

Jаmmеs : J’аimе l’ânе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Vеrlаinе : Соlоmbinе

Gérаrd : Lа Сhаumièrе

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Саügt (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «L’еаu hоulеusе du pоrt еst sаns mirаgе аuсun...» (Rоdеnbасh)

De Jаdis sur «Jе nе sаis pоurquоi...» (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz