Tristan Klingsor

(1874-1966)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À la chandelle

À la fontaine

L’Almanach

Les Ânes

L’Attente inutile

L’Aubépine

L’Auberge

Les Audacieux

Au jardin de ma tante

Au joli jeu des fourberies

L’Aveu

 

Les Baladins

Le Baladin

La Belle au bois dormant

La Belle d’Argenteuil

Berceuse de la poupée

Bonjour Monsieur

Bonnard

Le Bourgeois de Dreux

Brouwer

 

La Chaise de paille

Chanson à la lune

Chanson de Bohême : Comme un écho de la ballade de Villon...

Chanson de Bohême : Princesse, savez-vous où est la Bohême...

Chanson de Jean Brochet

Chanson de la citrouille

Chanson de la merluche

Chanson de l’artichaut

Chanson de Thulé : Il était un roi de Bohême...

Chanson de Thulé : Je suis un pauvre fou de Thulé...

Chanson du merle

Chanson du roi de Prusse

Chanson d’autrefois

Le Chasseur

Le chien de Jean de Nivelle

Comme un écho de la ballade de Villon...

Le Cortège

Cueille la rose et le fuseau...

 

Dame Kundry

Les Dés

Devant l’obélisque

Le Dragon

 

L’Eau claire

Envoi

Esmérée

 

Le Faucon

La Fleur sèche

Le Fou

 

Le Grimoire

 

Hirondelle qui pars aux Indes

Humoresque

 

Il était un roi de Bohême...

Impression au clair de lune

L’Indifférent

L’Inutile Chanson

Isabelle

 

Je suis un pauvre fou de Thulé...

 

Klingsor

 

La pie est perchée sur un pieu...

Le vent a renversé le géranium...

L’averse a cessé ; le vieux soleil rit...

 

La Margot

Marguerite au rouet

Le Mariage de Manon

Mélisande au fuseau

Le Merle

Messire de Coquelicoquibus

Monsieur de Malbrough

 

La Naine

Le Nain

La Neige

Nocturne familier

Les Noisettes

 

L’Oiseau de paradis

L’Oiseau jaune et bleu

Ondine

Où le coq a-t-il la plume ?

 

Parce que je reviens du bout du monde...

Paysage

Pendant la pluie

Peter Schlemihl

La Pie : La pie est perchée sur un pieu...

La Pie : L’averse a cessé ; le vieux soleil rit...

La Pinte vide

Plaisir d’amour

La Plume d’autruche

Le Pommier tordu

La Poule jaune

Princesse, savez-vous où est la Bohême...

Le Printemps

 

La Reine du lac

La Rencontre

Le Retour : Parce que je reviens du bout du monde...

Le Retour : Toits bleus d’ardoise...

Rêverie d’automne

La Rose morte

La Route

 

Schéhérazade

Sérénade

Si dans cent ans ou plus...

Le souci, la rose, ou la marjolaine

Sous la cendre

Sous la pluie

 

Le Tendre Railleur

Toits bleus d’ardoise...

Les Trois Écus

Les Trois Gars du village

Les Trois Jeunes Filles

 

Le Vagabond

Le Vieil Homme

La Vieille Maison

Vuillard

 

Yeldis

Yseult

 
Chanson de Jean Brochet


 
Au bruit clair des battoirs et des chansons
La rivière coule et file sous les saules,
Pour fuir avec sa richesse de poissons,
Les brochets d’argent et les truites folles,
Au bruit clair des battoirs et des chansons.
[...]

[lire le poème...]


Le vent a renversé le géranium ;
Je ne le verrai plus à la fenêtre
De la maison.
 
Voici venue l’arrière-saison ;
La paysanne passe sous le faix
De son fagot de hêtre ;
[...]

[lire le poème...]

Les Ânes


 
Les ânes aux oreilles de trèfle parées,
Les ânes qui vont au long des ruisseaux clairs entendre
L’Angélus ou la musette dans le vent,
Et manger le feuillage encor tendre
Aux branches légères de l’oseraie,
[...]

[lire le poème...]

Où le coq a-t-il la plume ?


 
Où le coq a-t-il la plume ?
Pas au bout du bec ;
Le bois n’est pas sec,
La cheminée fume ;
Où le coq a-t-il la plume ?
 
Dans les doigts de la servante
Qui l’arrachent au croupion bleu ;
Où le coq a-t-il la plume ?
L’eau dans la marmite chante
Sur le feu.
 
Où le coq a-t-il la plume ?
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Vicky le 16 octobre 2016 à 04h21

JEAN GOSSART

Que Jean Gossart boive un bon coup
De cidre frais ou de vin chaud,
Que Jean Gossart boive un bon coup
Et que Margot vide la bourse du grigou,
Peu me chaut.

Je ne regarde que la route qui poudroie
Par la fenêtre de l’auberge;
Je n’écoute que cet oiseau dans le bois:
Jean Gossart, n’as-tu pas le roi?
Ton nez s’allonge comme asperge.

Mais que le clocher fin de la Landelle
Se voie de partout,
Et tes cornes aussi, Jean Gossart, que m’importe,
Puisque l’infidèle
M’a fermé pour ce soir sa porte
Et que je n’ai plus de dame d’atout.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Vоiсi lа fоllе qui pаssе еn dаnsаnt...»

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

☆ ☆ ☆ ☆

Νоаillеs : Lеs Ρlаintеs d’Αriаnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lе Сеrf mаlаdе (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur Соntе simplе (Сосtеаu)

De Jаdis sur «Εllе étаit pâlе, еt pоurtаnt rоsе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’аs-tu éprоuvé tеl quе се Τrоуеn pаrјurе...» (Νuуsеmеnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоir étеrnеl (Сrоs)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz