Tristan Klingsor

(1874-1966)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À la chandelle

À la fontaine

L’Almanach

Les Ânes

L’Attente inutile

L’Aubépine

L’Auberge

Les Audacieux

Au jardin de ma tante

Au joli jeu des fourberies

L’Aveu

 

Les Baladins

Le Baladin

La Belle au bois dormant

La Belle d’Argenteuil

Berceuse de la poupée

Bonjour Monsieur

Bonnard

Le Bourgeois de Dreux

Brouwer

 

La Chaise de paille

Chanson à la lune

Chanson de Bohême : Comme un écho de la ballade de Villon...

Chanson de Bohême : Princesse, savez-vous où est la Bohême...

Chanson de Jean Brochet

Chanson de la citrouille

Chanson de la merluche

Chanson de l’artichaut

Chanson de Thulé : Il était un roi de Bohême...

Chanson de Thulé : Je suis un pauvre fou de Thulé...

Chanson du merle

Chanson du roi de Prusse

Chanson d’autrefois

Le Chasseur

Le chien de Jean de Nivelle

Comme un écho de la ballade de Villon...

Le Cortège

Cueille la rose et le fuseau...

 

Dame Kundry

Les Dés

Devant l’obélisque

Le Dragon

 

L’Eau claire

Envoi

Esmérée

 

Le Faucon

La Fleur sèche

Le Fou

 

Le Grimoire

 

Hirondelle qui pars aux Indes

Humoresque

 

Il était un roi de Bohême...

Impression au clair de lune

L’Indifférent

L’Inutile Chanson

Isabelle

 

Je suis un pauvre fou de Thulé...

 

Klingsor

 

La pie est perchée sur un pieu...

Le vent a renversé le géranium...

L’averse a cessé ; le vieux soleil rit...

 

La Margot

Marguerite au rouet

Le Mariage de Manon

Mélisande au fuseau

Le Merle

Messire de Coquelicoquibus

Monsieur de Malbrough

 

La Naine

Le Nain

La Neige

Nocturne familier

Les Noisettes

 

L’Oiseau de paradis

L’Oiseau jaune et bleu

Ondine

Où le coq a-t-il la plume ?

 

Parce que je reviens du bout du monde...

Paysage

Pendant la pluie

Peter Schlemihl

Le Petit Soldat de plomb

La Pie : La pie est perchée sur un pieu...

La Pie : L’averse a cessé ; le vieux soleil rit...

La Pinte vide

Plaisir d’amour

La Plume d’autruche

Le Pommier tordu

La Poule jaune

Princesse, savez-vous où est la Bohême...

Le Printemps

 

La Reine du lac

La Rencontre

Le Retour : Parce que je reviens du bout du monde...

Le Retour : Toits bleus d’ardoise...

Rêverie d’automne

La Rose morte

La Route

 

Schéhérazade

Sérénade

Si dans cent ans ou plus...

Le souci, la rose, ou la marjolaine

Sous la cendre

Sous la pluie

 

Le Tendre Railleur

Toits bleus d’ardoise...

Les Trois Écus

Les Trois Gars du village

Les Trois Jeunes Filles

 

Le Vagabond

Le Vieil Homme

La Vieille Maison

Vuillard

 

Yeldis

Yseult

 
Les Dés


 
Et maintenant il me faut bien te regarder
En face, vieillesse : la vie
Hélas ! n’est qu’un jeu de dés
Et j’ai déjà perdu la partie.
 
Voici venir novembre, avec ses vieilles pies
[...]

[lire le poème...]

Si dans cent ans ou plus...


 
Si dans cent ans ou plus un homme à barbe grise,
Par quelque triste jour de pluie
Parcourant ce poème
Rêve de celle qu’en secret il aime,
Qu’il songe à mon tourment et se dise
[...]

[lire le poème...]


Le vent a renversé le géranium ;
Je ne le verrai plus à la fenêtre
De la maison.
 
Voici venue l’arrière-saison ;
La paysanne passe sous le faix
De son fagot de hêtre ;
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Déposé par Vicky le 16 octobre 2016 à 04h21

JEAN GOSSART

Que Jean Gossart boive un bon coup
De cidre frais ou de vin chaud,
Que Jean Gossart boive un bon coup
Et que Margot vide la bourse du grigou,
Peu me chaut.

Je ne regarde que la route qui poudroie
Par la fenêtre de l’auberge;
Je n’écoute que cet oiseau dans le bois:
Jean Gossart, n’as-tu pas le roi?
Ton nez s’allonge comme asperge.

Mais que le clocher fin de la Landelle
Se voie de partout,
Et tes cornes aussi, Jean Gossart, que m’importe,
Puisque l’infidèle
M’a fermé pour ce soir sa porte
Et que je n’ai plus de dame d’atout.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz