Pierre Louÿs

(1870-1925)

Recueils (ou ensembles) complets

1895 : Les Chansons de Bilitis

1905 : Pybrac (±, publication posthume)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

L’Absence

Acrostiche saphique

À Gyrinnô

À la poupée de cire

Ambition

L’Amie complaisante

L’Amie mariée

Les Amies à dîner

L’Amour

L’Ange

L’Antre des Nymphes

Aphrodite

L’Arbre

À ses seins

Attente

Au dieu de bois

À un égaré

À un mari heureux

Au pas blanc de leurs haquenées...

Aussi blonde que je suis brune...

Au vaisseau

Aux cheveux

Aux laveuses

 

La Bague symbolique

Le Bain

Le Baiser entre les jambes

Le Baiser sous l’aisselle

Le Baiser sur la joue

Le Baiser sur les seins

Le Baiser

La Berceuse de Mnasidika

Berceuse

Les Bijoux

Bilitis

La Bouche à la vulve

 

La Ceinture chaude

Celle d’Aix-Les-Bains

Chanson (Ombre du bois)

Chanson : La nuit est si profonde...

Chanson : Le premier me donna un collier...

Chanson : Quand il est revenu...

Chanson : Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ?...

Chant funèbre

Chant pastoral

Les Chatouilles

La Chevelure

Le Clitoris

Le Cœur

La Colombe

La Commande

Les Comparaisons

Les Confidences

Conseils à un amant

Les Conseils

Les Contes

Conversation

La Coupe

Les Courtisanes égyptiennes

Couturière

Le Croisement des jambes

 

La Danse de Glôttis et de Kysé

La Danse des fleurs

Les Danses au clair de lune

La Danseuse aux crotales

Dans la forêt où j’ai coutume...

Le Dernier Amant

Dernière épitaphe

Le Dernier Essai

Le Désir

La Dispute

Le Doigt dans le vagin

La Domesticité

La Dormeuse

La Duperie

 

L’Eau pure du bassin

L’Effort

Élévation

L’Enfourchement

En levrette

Et je m’étais fait une vie...

L’Étranger

L’Étreinte éperdue

 

Les Fards

Fellatrices

La Femme qui danse

La Femme qui se caresse

La Figure de Pasiphaë

Fleur d’eau

Les Fleurs

La Flûte de Pan

Funérailles

 

Gibier divin

Glaucé

Gougnotte femelle

 

L’Hôtellerie

Hyacinthe

L’Hymen

Hymne à Astarté

Hymne à la nuit

 

Impatience

L’Incertitude

L’Inconnu

Indications

L’Indifférent

Intimités

 

Je chante ma chair et ma vie

Je ne suis qu’un enfant, Madame, et je sais bien...

La Jeune Mère

Jeux

Je voudrais cette nuit trouver un crocodile...

La Jongleuse

La Joueuse de flûte

Le Joyau de cristal

J’ai douze ans, du noir aux yeux...

J’aurais voulu t’avoir quand tu n’étais pas femme...

 

La fille blonde que j’avais vue...

Le Lait

La nuit est si profonde...

Le Lavement des seins

Le premier me donna un collier...

Les glaives de tes panoplies...

Les yeux qui voient la mer et les champs et les eaux...

Les yeux sont moins purs que les seins...

La Lettre perdue

Lettre

Le Lever

La Lune aux yeux bleus

Lykas

 

Main de branlée

Le Marchand de femmes

La Masturbation entre les seins

Mélancolie

Les Ménades

La Mer de Kypris

La Métamorphose

Le Mont de Vénus

La Mort véritable

Mydzouris

Les Mystères

 

Les Noces

La Nuit

Les Nymphes

 

L’Objet

L’Offrande à la déesse

L’Orchidée

 

Parce que strictement de par le double fer...

Les Parfums

Paroles dans la nuit

Paroles maternelles

La Partie d’osselets

Le Passant : Près des rives d’iris...

Le Passant

Le Passé qui survit

Pégase

Pénombre

Pervigilium mortis

La Petite Aphroditê de terre cuite

La Petite Maison

La Petite Marchande de roses

La Petite Phaniôn

Les Petits Enfants

Phitta Meliaï

Les Pieds nus

La Pluie au matin

La Pluie

Plus sérieux peut-être qu’on ne pense

Les Poils : Quand j’énerve mes doigts...

Les Poils : Un rayon du soleil levant...

La Poupée

La Prairie

Première épitaphe

Près des rives d’iris...

Les Prêtresses de l’Astarté

Prière à Perséphonê

Prières

Prière

Promenade au bord de la mer

Psappha

Puisque tes yeux veulent mourir...

La Purification

Pybrac

 

Quand il est revenu...

Quand j’énerve mes doigts...

La Quenouille

 

Les Remords

La Rencontre

Réponse

Le Réveil

La Rivière de la forêt

La Robe déchirée

Roses dans la nuit

 

Scène

Seconde épitaphe

Sein de branlée

Les Seins de Mnasidika

La Senteur des bras

La Senteur des reins

Le Serment

Le Silence de Mnasidika

Si vous n’avez pas peur d’aimer...

La Sodomie par derrière

Les Sœurs incestueuses

Les Soins jaloux

Le Soir à la campagne

Soir près du feu

La Solitude

Le Sommeil interrompu

Sonnet : Parce que strictement de par le double fer...

Sonnet adressé à M. Mallarmé

Le Souvenir déchirant

Le Souvenir de Mnasidika

Svbsciptvm tvmvmo ioannis secvndi

Le Symbole

 

Ta fleur secrète et reculée...

Tendresses

La Tentative

Thérapeutique

Le Tombeau des Naïades

Le Tombeau d’une jeune courtisane

Le Tombeau sans nom

Torti-tortue, que fais-tu là au milieu ?...

Le Triomphe de Bilitis

Tristesse d’Olovio

Tristesse

Les Trois Beautés de Mnasidika

 

Un rayon du soleil levant...

Un rêve m’a hanté dans mes heures de veille...

 

La Vermine

Vie de Bilitis

Le Vieillard et les Nymphes

Viens, blanche sur le divan rouge, viens baiser...

La Violence

Voisine de table

Volupté

Vulve blonde

 

Les Yeux

 
À Gyrinnô


 

Ne crois pas que je t’aie aimée. Je t’ai mangée comme une figue mûre, je t’ai bue comme une eau ardente, je t’ai portée autour de moi comme une ceinture de peau.

 

Je me suis amusée de ton corps, parce que tu as les cheveux courts, les seins en pointe sur ton corps maigre, et les mamelons noirs comme deux petites dattes.

[...]

[lire le poème...]

Seconde épitaphe


 

Sur les rives sombres du Mélas, à Tamassos de Pamphylie, moi, fille de Damophylos, Bilitis, je suis née. Je repose loin de ma patrie, tu le vois.

 

Toute enfant, j’ai appris les amours de l’Adôn et de l’Astarté, les mystères de la Syrie sainte, et la mort et le retour vers Celle-aux-paupières-arrondies.

[...]

[lire le poème...]

Les Parfums


 

Je me parfumerai toute la peau pour attirer les amants. Sur mes belles jambes, dans un bassin d’argent, je verserai du nard de Tarsos et du metôpiôn d’Aigypte.

 

Sous mes bras, de la menthe crépue ; sur mes cils et sur mes yeux, de la marjolaine de Kôs. Esclave, défais ma chevelure et emplis-la de fumée d’encens.

[...]

[lire le poème...]

Psappha


 

Je me frotte les yeux... Il fait déjà jour, je crois. Ah ! qui est auprès de moi ?... une femme ?... Par la Paphia, j’avais oublié... Ô Charites ! que je suis honteuse.

 

Dans quel pays suis-je venue, et quelle est cette île-ci où l’on entend ainsi l’amour ? Si je n’étais pas ainsi lassée, je croirais à quelque rêve... Est-il possible que ce soit là Psappha !

[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Cоmmеntaires récеnts

De Vinсеnt sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...» (Βаïf)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz