François Maynard

(1582-1646)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

 

Adieu, Paris, adieu pour la dernière fois...

Alcippe, reviens dans nos bois...

À un homme puissant

L’auteur à son livre

 

Belle, qui sans fouteur foutez...

La Belle Vieille

 

Cache ton corps...

Ce que ta plume produit...

Chanson : Je ne puis souffrir les esprits...

Chaque Priape du vieux temps...

Charmant rossignol...

Le Chercheur de Chenilles

Ci-gît Paul qui baissait les yeux...

Colin est un capricieux...

Contre le Cardinal de Richelieu

 

Dames de qui la vanité...

 

Épitaphe : Ci-gît Paul qui baissait les yeux...

Épitaphe : Le temps, par qui tout se consume...

 

Flote, vois-tu ce petit homme...

Fuis le jour, demeure caché...

 

Il n’est homme en l’Univers...

 

Je ne puis souffrir les esprits...

Je suis dans le penchant de mon âge de glace...

Je touche de mon pied le bord de l’autre monde...

J’éloigne mes yeux et mes pas...

 

La plupart de mes Partisans...

Le temps, par qui tout se consume...

L’homme qui gît en ce lieu...

 

Mon âme, il faut partir...

 

Nymphes, de grâce, approchez-vous...

 

Ô que vous êtes éblouis...

 

Pierre qui durant sa jeunesse...

Plainte sur la mort d’une chatte

Pour le menuisier de Nevers

Pour requête

 

Quand dois-je quitter les rochers...

Que sert-il d’user de remise ?...

 

Sonnet à la Reine, mère de Louis XIV

 

Tes lèvres ont perdu leurs roses...

Ton Mari paraît plus vieux...

Toutes les femmes s’étonnent...

 

Un rare écrivain comme toi...

 

Voici Jeanne la mal peignée...

 
Pour requête


 
Armand l’âge affaiblit mes yeux,
Et toute ma chaleur me quitte ;
Je verrai bientôt mes aïeux,
Sur le rivage du Cocyte.
 
C’est où je serai des suivants
[...]

[lire le poème...]


Que sert-il d’user de remise ?
Jeanne, voici le mois d’avril,
Çà ! que je trousse ta chemise
Jusqu’au-dessus de ton nombril.
 
Eh ! que penses-tu que te die
L’incomparable mélodie
[...]

[lire le poème...]


Nymphes, de grâce, approchez-vous
D’un vit qui semble une machine :
Je suis perdu si je ne fous ;
La paillardise m’assassine.
 
Vous souvient-il qu’au temps passé
Vous fûtes vertement foutues
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Βеаuté dеs fеmmеs, lеur fаiblеssе, еt сеs mаins pâlеs...»

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

Sсudérу : Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе

Sсudérу : Sur un Sоngе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Εn vоуаnt lеurs frоnts...»

Αrаgо : Lе Ρеtit Εndrоit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Hugо : Сlаirе Ρ.

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Саrаvаnе (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Ρrédit mе fut, quе dеvаit fеrmеmеnt...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх pоrt оù ј’аspirе еn се bаs nаvigаgе...» (Fiеfmеlin)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz