Charles d’Orléans

(1394-1465)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

À ce jour de Saint Valentin que chacun doit...

Ah Dieu ! qu’il m’ennuie...

Allez-vous-en, allez, allez...

Au puits parfond de ma mérancolie...

 

Bien montrez, printemps gracieux...

 

Ce premier jour du mois de mai...

Comme j’ois que chacun devise...

 

Dedans la maison de Douleur...

Dedans mon Livre de Pensée...

La Départie d’amours en ballades : Quant vint à la prochaine fête...

Dieu, qu’il la fait bon regarder...

 

Écolier de Mérancolie...

En acquittant notre temps vers jeunesse...

En faites-vous doute ? Point ne le devez...

En hiver : du feu, du feu !...

En la forêt de Longue Attente...

En la forêt d’Ennuyeuse...

En la nef de bonne nouvelle...

En regardant ces belles fleurs...

En regardant vers le pays...

En tirant d’Orléans à Blois...

En verrai-je jamais la fin...

 

Fermez-lui l’huis au visage...

Fiez-vous-y...

 

Hiver, vous n’êtes qu’un vilain...

 

Je fu en fleur au temps passé d’enfance...

Je meurs de soif, en côté la fontaine...

Je n’ai plus soif, tarie est la fontaine...

Jeunes amoureux nouveaux...

J’ai fait l’obsèque de ma Dame...

J’aime qui m’aime, autrement non...

 

Laissez-moi penser à mon aise...

Las ! Mort, qui t’a fait si hardie...

Le beau soleil, le jour saint Valentin...

Le lendemain du premier jour de mai...

Le premier jour du mois de mai...

Les en voulez-vous garder...

Les fourriers d’Été sont venus...

Le temps a laissé son manteau...

Loué soit celui qui trouva...

 

Ma Dame, tant qu’il vous plaira...

Ma seule amour, ma joie et ma maîtresse...

Ma seule amour que tant désire...

Mon cœur, étoupe tes oreilles...

Mon cœur m’a fait commandement...

 

Ne heurtez plus à l’huis de ma pensée...

Nouvelles ont couru en France...

 

On ne peut servir en deux lieux...

 

Petit mercier, petit panier...

Plus penser que dire...

Pour ce que Plaisance est morte...

Pourquoi moi, plus que les autres ne font...

Pourquoi m’as-tu vendu, Jeunesse...

Priez pour paix...

Puis çà, puis là...

 

Quand je suis couché en mon lit...

Quand j’ai ouï le tabourin...

Quand n’ont assez fait dodo...

Quant vint à la prochaine fête...

Que me conseillez-vous, mon cœur ?...

Que nous en faisons...

Qui a toutes ses hontes bues...

Qui ? quoi ? comment ? à qui ? pourquoi ?...

 

Saluez-moi toute la compagnie...

S’il vous plaît vendre vos baisers...

 

Trop longtemps vous vois sommeiller...

 

Votre bouche dit : Baisez-moi...

 


On ne peut servir en deux lieux
Choisir convient ou cà ou là
Au fétu tire qui pourra
Pour prendre le pis ou le mieux
 
Qu’en dites-vous jeunes et vieux
Parle qui parler en voudra
On ne peut servir en deux lieux
Choisir convient ou cà ou là
 
Les faits de ce monde sont tieux
Qui bien fera bien trouvera
Chacun son paiement aura
[...]

[lire le poème...]


 
En la forêt d’Ennuyeuse Tristesse,
Un jour m’advint qu’à part moi cheminais,
Si rencontrai l’Amoureuse Déesse
Qui m’appela, demandant où j’allais.
Je répondis que, par Fortune, étais
[...]

[lire le poème...]


 
Dieu, qu’il la fait bon regarder
La gracieuse, bonne et belle !
Pour les grands biens qui sont en elle
Chacun est prêt de la louer.
 
Qui se pourrait d’elle lasser ?
Toujours sa beauté renouvelle.
Dieu, qu’il la fait bon regarder
La gracieuse, bonne et belle !
 
Par deçà ni delà la mer
Ne sais dame ni demoiselle
[...]

[lire le poème...]


Je n’ai plus soif, tarie est la fontaine,
Bien échauffé, sans le feu amoureux ;
Je vois bien clair, jà ne faut qu’on me mène,
Folie et sens me gouvernent tous deux,
En nonchaloir réveille sommeilleux ;
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βlаisе Сеndrаrs

Сеndrаrs : Соntrаstеs

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...»

Rоnsаrd : «Νi lа dоuсе pitié, ni lе plеur lаmеntаblе...»

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Cоmmеntaires récеnts

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сigаrеttе (Lаfоrguе)

De Lа Μusérаntе sur «Ν’еst-се pаs еn vоtrе présеnсе...» (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lа Соnquе (Hеrеdiа)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz