Verhaeren

(1855-1916)

Recueils (ou ensembles) complets

1893 : Les Campagnes hallucinées

1895 : Les Villages illusoires

1896 : Les Heures claires

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes par ordre alphabétique

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

 

L’Abreuvoir

À ces reines qui lentement descendent...

À la Gloire des Cieux

À la Gloire du Vent

Les Alouettes

Amours de gars

À pleine voix — midi s’exaltant au dehors...

Âprement

L’Arbre

Art flamand

Asseyons-nous tous deux près du chemin...

Au bord du quai

Au clos de notre amour, l’été se continue...

Au temps où longuement j’avais souffert...

Autour de ma Maison

Aux flamandes de Rubens

Aux moines

Avec les doigts de ma torture...

Avec leurs groins...

L’Aventurier

 

Le Bain

Le Banquier

La Barque

La Bêche

Bien que déjà, ce soir...

Brisez-leur pattes et vertèbres...

 

Ce chapiteau barbare, où des monstres se tordent...

Celui du rien

Celui qui n’a rien dit...

Le Chaland

Chanson de fou : Brisez-leur pattes et vertèbres...

Chanson de fou : Celui qui n’a rien dit...

Chanson de fou : Je les ai vus, je les ai vus...

Chanson de fou : Je suis celui qui vaticine...

Chanson de fou : Le crapaud noir sur le sol blanc...

Chanson de fou : Les rats du cimetière proche...

Chanson de fou : Vous aurez beau crier contre la terre...

Chaque heure, où je pense à ta bonté...

Les Chiens de garde

Combien elle est facilement ravie...

Comme aux âges naïfs, je t’ai donné mon cœur...

Comme tous les soirs

Les Complaintes

Conseil absurde

Les Cordiers

La Couronne

La Cour

Le Cri

La Cuisine

Cuisson du pain

 

Dans la maison où notre amour a voulu naître...

Dans l’ombre

Dans un pesant repos d’après-midi vermeil...

Décembre : Les Hôtes

Le Départ

Des fleurs fines et mousseuses comme l’écume...

Deuil

Dialogue

Dis-moi, ma simple et ma tranquille amie...

Le Donneur de mauvais conseils

 

L’Effort

En ce rugueux hiver où le soleil flottant...

En ces heures où nous sommes perdus...

L’Enclos

En été

En hiver

Éperdument

Épilogue : Oh ! les heures du soir...

Les Espaliers

L’Étable

Et qu’importent et les pourquois et les raisons...

L’Europe

 

La Ferme

Les Fermiers

La Ferveur

Les Fièvres

Le Fléau

Fleur fatale

La Folie

Le Forgeron

Le Fossoyeur

Fût-il en nous une seule tendresse...

 

Le Glaive

La Grande Chambre

Les Granges

Les Greniers

Les Gueux

 

Le Hangar

Heures d’hiver

Les Horloges

Les Hôtes

 

Les Idées

Il fait novembre en mon âme

Inconscience

 

Je dédie à tes pleurs, à ton sourire...

Je les ai vus, je les ai vus...

Je noie en tes deux yeux mon âme toute entière...

Je suis celui qui vaticine...

La Joie

 

Kato

La Kermesse

 

La glycine est fanée et morte est l’aubépine...

Le Lait

Le beau jardin fleuri de flammes...

Le ciel en nuit s’est déplié...

Le crapaud noir sur le sol blanc...

Le don du corps, lorsque l’âme est donnée...

Légendes

Le printemps jeune et bénévole...

Les fleurs du clair accueil, au long de la muraille...

Le soir tombe, la lune est d’or...

Les rats du cimetière proche...

Londres

Lorsque tu fermeras mes yeux...

La Louange du Corps Humain

 

Les Malades

Ma race

Marines

Les Mendiants

Le Menuisier

Les Meules qui brûlent

Le Meunier

Moine doux

Les Moines

Le Monde

La Morte

 

Le Navire

La Neige

 

Oh ! ce bonheur...

Oh ! laisse frapper à la porte...

Oh ! les heures du soir...

Oh ! tes si douces mains et leur lente caresse...

Ô la splendeur de notre joie...

 

Partout d’herbes en Mai, d’orges en Juillet pleines...

Le Passeur d’eau

Les Pauvres

Les Paysans

Les Pêcheurs à cheval

Les Pêcheurs

Le Péché

Pèlerinage

La Peur

Les Plaines : Partout d’herbes en Mai, d’orges en Juillet pleines...

Les Plaines

La Plaine

La Pluie

Plus loin que les gares, le soir

Les Porcs : Avec leurs groins...

Les Porcs

Le Potager

Pour nous aimer des yeux...

Pour que rien de nous deux n’échappe à notre étreinte...

 

Que tes yeux clairs, tes yeux d’été...

Quoique nous le voyions fleurir devant nos yeux...

 

Les Récoltes

Rentrée des moines

La Révolte

Roses de juin

 

Le Silence

Si morne !

Sitôt que nos bouches se touchent...

Soirs d’octobre

Le Sonneur

S’il arrive jamais...

 

La Tête

Les Trains

Les Troupeaux

Truandailles

Tu arbores parfois cette grâce bénigne...

 

Un matin

Un soir : Avec les doigts de ma torture...

Un toit, là-bas

 

La Vachère

La Vache

Le Vent

Les Vergers

Vers le cloître

La Vieille Demoiselle

Les Vieilles

La Vieille

Viens lentement t’asseoir...

Les Vieux Maîtres

Les Villes

La Ville

Vivons, dans notre amour et notre ardeur...

Vous aurez beau crier contre la terre...

Vous m’avez dit, tel soir...

Les Voyageurs

 
Le Hangar


 
Sous le hangar, debout sur ses piliers de briques,
Sous le hangar énorme encombré de fatras,
Charrettes, chariots levaient, comme des bras,
Leurs brancards se coupant par plans géométriques.
 
[...]

[lire le poème...]

Les Malades


 
Pâles, nerveux et seuls, les tragiques malades
Vivent avec leurs maux. Ils regardent le soir
Se faire sur la ville et grandir les façades.
Une église près d’eux lève son clocher noir.
 
[...]

[lire le poème...]

Les Vieilles


 
Les chairs, les belles chairs en fleur des gouges mortes,
Jeunes encore, où vont-elles ? Et qui de nous
Les verra resplendir ailleurs, rouges et fortes,
Et les adorera, toujours à deux genoux ?
Souvent, lorsque Juillet flamboie, on rêve d’elles,
[...]

[lire le poème...]

Les Troupeaux


 
Dix ! vingt ! ils étaient cent ! à les voir par chemins,
Par sentiers, par talus, par digues, par prairies,
Trotter, les gras moutons laineux des bergeries,
Avec leur pâtre noir marchant houlette aux mains.
 
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz