Théophile de Viau

(1590-1626)

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

Élégie : Cloris, lorsque je songe, en te voyant si belle...

Aussi souvent qu’Amour fait penser à mon âme...

Élégie : Proche de la saison où les plus vives fleurs...

Me dois-je taire encore, Amour, quelle apparence ?...

Dialogue

Désespoirs amoureux.

Pour une amante irritée

À Monsieur de L. sur la mort de son père

Un corbeau devant moi croasse...

Tout y chevauche, tout y fout...

J’ai fait ce que j’ai pu pour m’arracher de l’âme...

Élégie : J’ai fait ce que j’ai pu pour m’arracher de l’âme...

Quand tu me vois baiser tes bras...

Chanson en dialogue

Approche, approche, ma driade !...

L’autre jour inspiré d’une divine flamme...

Esprits qui connaissez le cours de la nature...

Grâce à ce Comte libéral...

Proche de la saison où les plus vives fleurs...

Je ne vis onc femme si froide...

Je songeais que Phyllis des enfers revenue...

Épigramme : Grâce à ce Comte libéral...

Ah ! Philis, que le Ciel me fait mauvais visage !...

Mon frère je me porte bien...

Apollon Champion

Sur une tempête qui s’éleva comme il était prêt de s’embarquer pour aller en Angleterre

Cloris, lorsque je songe, en te voyant si belle...

Au moins ai-je songé que je vous ai baisée...

La Maison de Sylvie

Le plus aimable jour qu’ait jamais eu le monde...

Ton orgueil peut durer au plus deux ou trois ans...

Stances : Quand tu me vois baiser tes bras...

D’un sommeil plus tranquille à mes Amours rêvant...

Sonnet sur son exil dans les landes de Castel-Jaloux

Remontrance à M. de Vertamon

Que mes jours ont un mauvais sort...

Si j’étais dans un bois poursuivi d’un lion...

Les Nautoniers

Les Parques ont le teint plus gai que mon visage...

Cloris, pour ce petit moment...

La frayeur de la mort ébranle le plus ferme...

Épigramme d’un impuissant

La Solitude

S’il est vrai, Cloris, que tu m’aimes...

Courtisans, qui passez vos jours dans les délices...

Ode : Cloris, pour ce petit moment...

Mesdames qui avez inventé cet usage...

Quelque si doux espoir où ma raison s’appuie...

Le Matin

Vos rigueurs me pressaient d’une douleur si forte...

J’ai trop d’honneur d’être amoureux...

 
Dialogue


 
— Qui est ce corps que mille enfants en deuil
S’en vont pleurant le menant au cercueil ?
— C’est Picholin que ses veuves pleurantes
Vont conduisant sous ces voûtes relentes.
— Les veuves, non les filles ?
[...]

[lire le poème...]

Satyre


Que mes jours ont un mauvais sort,
Que ma planète est mal logée,
Que la fortune est enragée
De me persécuter si fort.
 
L’on ne me voit point rire aux farces,
Je n’aime ni bals ni chansons,
Foutre des culs et des garçons,
Maugrébieu des cons et des garces.
 
L’un me dit : Ta femme chevauche.
[...]

[lire le poème...]


Courtisans, qui passez vos jours dans les délices,
Qui n’éloignez jamais la demeure des rois,
Qui ne savez que c’est de la rigueur des lois,
Vous seuls à qui le Ciel a caché ses malices.
 
[...]

[lire le poème...]

Élégie


 
Proche de la saison où les plus vives fleurs
Laissent évanouir leur âme et leurs couleurs,
Un amant désolé, mélancolique et sombre,
Jaloux de son chemin, de ses pas, de son ombre,
[...]

[lire le poème...]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Μussеt : Αprès unе lесturе

Gоmbаud : Démаngеаisоn d’éсrirе

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Éсrit еn 1827

Rоdеnbасh : Rеndеz-vоus tristеs

Βаudеlаirе : Lе Viеuх Sаltimbаnquе

Luсiе Dеlаruе-Μаrdrus

Νоаillеs : «S’il tе plаît dе sаvоir јusqu’оù...»

Сrоs : Сuеillеttе

Βruаnt : À Μоntmеrtе

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Μаîtrе sаns соntrеdit dе се glоbе hаbité...» (Vаlléе dеs Βаrrеаuх)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz