Renée Vivien

(1877-1909)

Recueils (ou ensembles) complets

1901 : Études et préludes

1902 : Cendres et Poussières

1907 : Chansons pour mon ombre

Tous ses poèmes disponibles

Liste alphabétique

Liste analphabétique

Poèmes en vrac

Vieillesse commençante

Viens, Déesse de Kupros

Ici, dans le verger où se croisent les vents...

Désir

Les Chardons

Les Amazones

La Dogaresse

Velléité

Les Yeux gris

Nuptiale

Ressemblance inquiétante

À mon ombre

Viviane

La Nuit est à nous

Le Bloc de marbre

Le vol de la chauve-souris...

Mes victoires

Départ

La Mort d’une Bacchante

Les Ébauches [1907]

Tu gardes dans tes yeux la volupté des nuits...

Les Emmurées

Lucidité : Tendre à qui te lapide...

La Conque

Revenues

Paroles soupirées

Let the dead bury their dead [1902]

À la perverse Ophélie

Les Lèvres pareilles

Comment oublier le pli lourd...

L’Amour borgne

Les Êtres de la nuit

Mon Paradis

Incipit Liber Veneris Cæcorum

J’ai l’âme lasse...

Les algues entrouvraient leurs âpres cassolettes...

Parle-moi, de ta voix pareille à l’eau courante...

À l’Amie

La Madone aux Lys

Elle passe

Ton Âme [1902]

Sommeil : Ô Sommeil, ô Mort tiède...

Je t’aime d’être faible...

Devant la mort d’une amie véritablement aimée

Ta royale jeunesse...

Union

Vers les sirènes

Ton âme

Pénitentes espagnoles

Aveu dans le silence

Nous irons vers les poètes

L’Ombre assourdit le flux...

En débarquant à Mytilène

À la bien aimée

Il vaut mieux être vil que d’être estimé vil...

Le couchant adoucit le sourire du ciel...

Lassitude

Les Couleurs de la nuit

Amour

Litanie de la Haine

Quittant l’air troublé que laboure...

Sur les rocs ont erré les pieds nus de Kupris...

Les Solitaires

Paroles à l’Amie

Le Jardin matinal

Les Arbres

Le Miroir

Sans fleurs à votre front

La Soif impérieuse

Les Mangeurs d’herbe

Violettes blanches

Caravanes

Pour une

J’ai ruiné mon cœur

D’invisibles pipeaux charment ma solitude...

Épitaphe [1902]

Chanson : Il se fait tard... tu vas dormir...

Réconciliées

La Double Ambiguïté

Sonnet à l’Androgyne : Ta royale jeunesse...

Petit poème érotique

Lassitude [1902]

Victoire

Sonnet de Porcelaine

Mon Ami le Vent...

Psappha revit

À mon Avril

Sourire dans la mort

La Douve

Sonnet féminin

Toi notre père Odin

Chanson : La mer murmure une musique...

Water Lillies

Vous pour qui j’écrivis

Arums de Palestine

Voici ce que je chanterai...

Les Îles

L’orgueil des lourds anneaux...

La Pleureuse

Nocturne

Ta forme est un éclair...

Sonnet : Sur les marbres massifs plane la paix de l’air...

Lucidité

Ainsi je parlerai...

L’Automne

Atthis

Chanson pour mon Ombre

Sur la place publique

Sommeil : Ton sommeil m’épouvante...

Elle écarte en passant...

Mon Cœur est lourd

La Rançon

Naïade moderne

Qu’une vague l’emporte...

La Fusée

Tendre à qui te lapide...

After glow

Ta chevelure d’un blond rose...

Allons dans le soir

Les Yeux gris [1901]

Amata

Le Sang des Fleurs

Sois Femme...

Nudité

Ta voix est un savant poème...

Tes cheveux irréels...

Aurore sur la mer

Prophétie

Sous un ciel ambigu...

Intérieur

Vêtue

De ta robe à longs plis flottants...

Morts inquiets

Ressouvenir

Aurore sur la mer [1901]

Bacchante triste

Naples

Épitaphe

Elle demeure en son palais...

Cri

Ha ! ne me blâme plus, mais blâme mon destin...

Écoutez... Celles-là sont les Musiciennes...

Péché des Musiques

Ô forme que les mains...

Ô Sommeil, ô Mort tiède...

J’aime la boue humide et triste où se reflète...

Les Cygnes sauvages

Locusta

L’Offrande

Le Pilori

Les Morts Aveugles

Roses du Soir

La Promesse des Fées

Le Toucher

Le soir verse les demi-teintes...

Ton sommeil m’épouvante...

Sur le Rythme saphique

Soir

Pour toutes

Les Succubes disent...

Devant la mort

Sonnet à une Enfant

Profession de Foi

Les roses sont entrées

La mer murmure une musique...

L’Anxiété des lèvres

Aube incertaine

Amazone

Sommeil

Dédain de Psappha

Chair des choses

Je pleure sur toi...

Let the dead bury their dead

Poème d’amour

L’Éternelle vengeance

L’Odeur des vignes

Il se fait tard... tu vas dormir...

Elle habite les Ruines...

Invocation

Les Ébauches

Sonnet : Les algues entrouvraient leurs âpres cassolettes...

Sonnet : Ha ! ne me blâme plus, mais blâme mon destin...

Sur les marbres massifs plane la paix de l’air...

Chanson pour Elle

À la Femme aimée

Vers Lesbos

Ondine

Fleurs de Séléné

Sonnet irrégulier : Il vaut mieux être vil que d’être estimé vil...

Devant le couchant

Sonnet : J’aime la boue humide et triste où se reflète...

 
Elle passe


 
Le ciel l’encadre ainsi que ferait une châsse,
Et je vivrais cent ans sans jamais la revoir.
Elle est soudaine : elle est le miracle du soir.
L’instant religieux brille et tinte. Elle passe...
 
[...]

[lire le poème...]

Sonnet de Porcelaine


 
Le soir, ouvrant au vent ses ailes de phalène,
Évoque un souvenir fragilement rosé,
Le souvenir, touchant comme un Saxe brisé,
De ta naïveté fraîche de porcelaine.
 
[...]

[lire le poème...]

Les Lèvres pareilles


 
L’odeur des frézias s’enfuit
Vers les cyprès aux noirs murmures...
La brune amoureuse et la nuit
Ont confondu leurs chevelures.
 
J’ai vu se mêler, lorsque luit
[...]

[lire le poème...]

Sonnet


 
J’aime la boue humide et triste où se reflète
Le merveilleux frisson des astres, où le soir
Revient se contempler ainsi qu’en un miroir
Qui découvre à demi son image incomplète.
[...]

[lire le poème...]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Τristе, à сôté du сhiеn еt du сhаt, ј’аi сhаuffé...»

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Stèlе du сhеmin dе l’âmе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе suis pаs dе сеuх pоur qui lеs саusеriеs...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz